Les ports de tous les dangers    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Tlemcen: Reprise de l'alimentation en eau dans 20 communes    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Un protocole sanitaire sera appliqué: Feu vert pour l'ouverture de 4.000 mosquées    Tremblement de terre de 4,3 degrés à Tipaza    Le Pr Mohamed Belhocine: «Le virus affecte l'intégralité du pays »    Ce sur quoi le passé a reposé    Dormir pour nous reposer de vivre !    L'entraîneur Rachid Belhout n'est plus    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    La reprise des activités attendue    L'entraineur zeghdoud donne son accord de principe au nahd    L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la Francophonie à Dakhla    L'armée de l'occupant israélien bombarde le centre de la bande de Ghaza    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    521 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    LES BAGNES INEDITS    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien...
109e partie
Publié dans Liberté le 16 - 07 - 2020

Résumé : Houari veut bien les emmener au cimetière. Toutefois, il presse Samira de parler à Radia. Elle doit rendre visite à la famille de sa mère adoptive. Nadia prend soin de sa mère, devenue hémiplégique. Elle a besoin du soutien de sa fille. Samira en parle à Radia qui en a gros sur le cœur, ce qui explique pourquoi elle restait enfermée lorsqu'ils les recevaient en Amérique. Samira s'apprête à lui confier la vérité lorsque son mari arrive...
-Mais qu'est-ce qui te prend ? Tu es
folle ?
Houari est énervé et il la secoue comme pour la ramener à la réalité.
-Non...
-Tu allais le lui dire, n'est-ce pas ?
-Non...
-Samira, je te connais par cœur. Tu sais que je donnerais ma vie pour toi, mais là, c'est trop !, dit-il entre les dents. Tu es devenue égoïste. L'état de la vieille te réjouit presque.
-Non, tu te trompes. Je lui souhaite de se remettre de cet AVC, se défend-elle en larmes. Mais je reconnais que son état m'arrange. Nadia ne pense pas à repartir. Elle ne parle même plus de leur départ. Elles ne partiront pas tant que l'état de sa mère ne s'est pas amélioré. Moi, je ne fais que profiter de sa présence comme tu me l'avais conseillé.
-Elle a une famille. Des parents magnifiques. Toi, tu ne voulais pas seulement profiter de sa présence. Ton égoïsme allait détruire tout sur son passage. Qu'est-ce que tu crois ? Qu'en lui disant la vérité, elle t'aimera davantage ? Elle va vouloir connaître ton histoire, qui est son père, ce qu'il est advenu de lui. Il lui manquera toujours quelque chose. Elle partira le chercher et qui sait comment il la recevra. Elle risque de perdre tout ce qu'elle a : sa famille, une vie paisible, un avenir prometteur.
Radia a tout ce dont une jeune peut rêver et même plus. N'écoute pas ses plaintes. Elle n'a pas fini de grandir. Elle sort à peine de l'adolescence. Une fois un peu mûre et responsable, elle ne cessera de remercier le ciel de les avoir pour parents. Regarde tout ce qu'ils ont apporté de bon dans sa vie. Avant, elle portait des appareils, et grâce à eux, elle a été opérée et elle entend. Elle rayonne de beauté et de joie de vivre. Samira, tu peux faire partie de sa vie sans détruire la sienne.
Elle secoue la tête tout en se mordant la lèvre, laissant couler ses larmes. La colère de Houari tombe d'un coup en voyant sa peine et sa douleur.
-Quand elle me parle de ses sentiments, j'ai envie de lui dire la vérité. Je veux qu'elle me voie comme sa mère, qu'elle puisse se dire qu'elle peut compter sur moi, qu'elle a une sœur...
-Mais elle le sait déjà. À ton avis, pourquoi est-elle restée ici ? C'est parce qu'elle se sent bien. Tu es passée par des moments difficiles plusieurs fois, et il a fallu que je te ramasse à la petite cuillère.
Il a encore en tête sa tentative de suicide et des périodes où elle traînait sa tristesse au point de les oublier.
-Samira, si je suis aussi dur, c'est parce que je t'aime et que je ne veux plus te voir souffrir. Toute vérité n'est pas bonne à dire. Je t'en prie... Que je ne te surprenne plus à vouloir tout gâcher. Promets-le-moi.
Samira a du mal à prononcer les mots. Une boule l'étouffe. Houari la saisit par les épaules alors qu'elle pleure.
-C'est pour le bien de tous. Surtout vous deux. Il faut que tu le comprennes et surtout que tu acceptes d'être l'amie de la famille. Elle doit rejoindre sa mère adoptive. Parle-lui...
À peine se tait-il que son portable sonne. C'est Nadia. Elle est épuisée et a besoin d'une oreille compatissante. Même aidée de ses sœurs, elle ne s'en sortait pas. L'appartement étant exigu, elles partaient le soir et c'est elle qui la veillait.
-Tu sais, je serais bien venue te soulager, dit Samira. Mais tu dis que vous n'avez pas de place, dommage.
Houari qui suit la conversation lui suggère une idée.
-Tu pourrais louer une chambre d'hôtel ou un studio.
Elle approuve l'idée avant d'en parler à Nadia qui crie de joie et de soulagement au téléphone.
-Je m'en occupe d'ici. Venez... Oh Samira, merci ! Merci de me rapprocher de ma fille. Tu me facilites la vie alors que je sais combien c'est dur pour toi.
Samira et Houari échangent un regard, se demandant à quoi elle fait allusion.

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.