Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien...
103e partie
Publié dans Liberté le 09 - 07 - 2020

Résumé : Samira reste figée dans l'entrée. Elle n'en croit pas ses yeux. Le jour qu'elle a tant espéré est arrivé. Radia et sa mère sont là. Elle perd connaissance. Houari regrette presque de lui avoir fait la surprise. Quand elle revient à elle, Nadia lui explique les raisons de ce voyage imprévu. Sa mère a fait un AVC et elle veut s'occuper d'elle. Elle voudrait aussi que Radia reste chez elle. À son grand bonheur...
- Samira, je voudrais te parler, dit Nadia. En privé...
- Oui, allons dans ma chambre.
Elles s'excusent et vont s'isoler dans la chambre. Nadia la prend par les mains.
- Ma chère amie, j'ai encore des problèmes avec Radia. Elle ne m'écoute pas. Elle fait toujours le contraire de ce que je demande. Elle me tourne souvent en bourrique. Je ne sais plus quoi faire avec elle.
- C'est normal. Elle est en pleine crise d'adolescence. Cela lui passera.
- Mais, en attendant, j'ai l'impression de devenir folle. Elle ne s'entend pas avec mes sœurs et mes nièces. Quand elles venaient passer les vacances chez nous, c'est à peine si elle leur parlait. Plus d'une fois elle s'en était prise à ses cousines, si bien que je me retrouvais dans la gêne.
Samira soupire, triste pour sa fille qui a des problèmes relationnels avec son entourage.
- Et au collège ?
- Non, là-bas, tout se passe bien. Samira, si je te demande de la garder ici, c'est bien parce que tu es la seule personne chez qui elle veut aller et qu'elle écoute. Vous avez une relation hors du commun. À chaque fois que vous discutez, elle retrouve son calme et le sourire. Samira, je t'en prie, aide-moi. Ma mère se remet d'un AVC, elle aura besoin de calme, et si je prends Radia, elle assistera à nos conflits. Je ne veux pas me quereller avec elle devant ma famille.
- Ne t'en fais pas. Je m'en occuperais comme si elle était ma fille, promet Samira. Cette petite coupure devrait lui permettre de réaliser combien tu l'aimes et surtout que tu ne lui veux que son bien. Une mère ne souhaite que le meilleur pour ses enfants.
- Va le lui dire, renifle Nadia. Parfois, quand je l'entends, j'ai le sentiment d'être la pire mère au monde.
- Mais non, tu exagères. Sa révolte finira par tomber. Sois patiente. Le conflit de générations existe depuis la nuit des temps, lui rappelle Samira. Je sais que ce sont des moments difficiles, mais la crise finira par passer et elle redeviendra la petite fille aimante et sociable que j'ai connue. Nadia, tu peux partir le cœur tranquille. Je vais lui parler et lui "casser" la tête au point où elle réalisera sa chance de t'avoir pour mère.
- Merci, Samira. Je me sens mieux maintenant que je me suis confiée à toi. Je pars le cœur apaisé. Merci, ma sœur.
Elle la serre dans ses bras et l'embrasse.
- Je te serai reconnaissante à vie.
- Je le fais avec plaisir. Pars le cœur tranquille. Je serai une mère pour elle.
Quand elles retournent au salon, Samira remarque l'absence de ses filles puis croise le sourire rassurant de son mari.
- Elles sont dans la chambre, dit-il. Laissons-les discuter.
- Je voudrais lui dire au revoir, dit Nadia. Elle va me manquer.
Samira l'emmène dans la chambre qu'occupait Narimène avant son mariage. Elle frappe avant d'ouvrir. Elles trouvent les deux filles sur le lit, en train de regarder des vidéos du mariage de Narimène.
- Radia, ma fille, dit Nadia, nous partons. Je voulais te dire...
- Oui, je ne ferai pas de bêtises. Je serai sage comme une image, promet la jeune fille, sans même la regarder, avant d'ajouter :
-Bon voyage !
Nadia, peinée, regarde vers Samira, comme pour lui dire : "Tu vois ?"
(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.