Le Président Tebboune reçoit le secrétaire américain à la Défense    De Bruyne meilleur milieu de la Ligue des Champions 2019/20    Nouveau stade d'Oran: la réfection de la pelouse presque achevée "avec succès    Tamanrasset: Impliquer la population locale dans la préservation du patrimoine culturel    Belaili serait une piste écartée pour Al Ahli    Conseil de la Nation: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    La conférence nationale des start-up organisée samedi à Alger    Aminatou Haider appelle l'ONU à dépêcher des commissions pour visiter le territoire sahraoui occupé    La sécurité routière, parent pauvre des décrets 20-226 et 20-227 sur l'activité des constructeurs et concessionnaires automobiles    Le Cnes lance ses travaux    Hachemi Djaâboub, nouveau ministre du Travail    Un sage médiateur dans une "région poudrière"    Deux soldats tués dans une embuscade    M. Makri et la république    Les procès de Tahkout et de Mme Maya reportés    Nahda, FJD et El Binaa se prononceront ce week-end    Palais de la colère    La fille des Aurès    Les non-dits    Les Algériens de l'EST risquent de rater le stage de l'EN    Naïdji, un autre Algérien en renfort    Après la pluie, le beau temps ?    8 décès et 162 nouveaux cas en 24 heures    La faillite par les examens    Pain à burger fait maison    "Il faut que des mesures soient prises en urgence"    Amin Zaoui signe son roman "Canicule glaciale"    «Survivre pour Ibiza, une fiction qui prend l'aspect d'une réalité»    L'amusnaw Hadj Mokhtar At Sayd réhabilité par les siens    La grande petite marche du livre    Enseignement Supérieur/Poste: Signature de deux conventions-cadre    L'Ordre des avocats d'Alger répond au syndicat des magistrats    Ferhat Aït Ali annonce un code de l'investissement "plus incitatif"    Le dispositif de surveillance renforcé    Khiati favorable à l'"application de la peine de mort"    Les mesures de confinement allégées dans plusieurs wilayas    Sit-in des sortants des écoles supérieures de l'enseignement    Des chaînes interminables devant la Casnos    Gérald Darmanin la semaine prochaine en Algérie    Sur les Dunes de Chéraga dès dimanche prochain    Le conseiller Noureddine Khellassi remercié    Mohamed Djemaï, ex SG du FLN, remis en liberté    Des auteurs invités à leur insu    Mahmoud l'Argentin est algérien, pas ami de l'Algérie    GENDARMES DU MONDE    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Mokka change de look    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour un élargissement des domaines de compétences
Chambre de commerce et d'industrie Sufat de AIN TéMOUCHENT
Publié dans Liberté le 04 - 08 - 2020

Depuis la création de la Chambre de commerce et d'industrie Sufat dans la wilaya de Aïn Témouchent, le monde des affaires connaît une dynamique économique sans précédent, eu égard aux richesses que recèle cette région. Sauf que les résultats auraient été meilleurs si plus de prérogatives sont données à cette institution en matière d'organisation du commerce dont l'actuel système ne suit pas. La preuve a été donnée lors du dernier mois de Ramadhan, où le citoyen a eu droit à des prix abordables des produits alimentaires de première nécessité, des fruits et légumes, des viandes et même des vêtements, avec l'élimination des intermédiaires, dans la mesure où c'était le producteur qui vendait directement son produit au consommateur au niveau des marchés de proximité créés à cet effet.
"Si on veut que la zone industrielle, en particulier celle de Tamzoura, soit organisée, il faudra que la gestion soit confiée à la Chambre de commerce et d'industrie. Il en est de même pour les ports, les aéroports, les foires, les marchés de gros et les marchés de proximité à même de pouvoir créer un dynamisme économique au niveau des wilayas avec la création des richesses et des postes d'emploi", nous fera savoir Hakmi Miloud, directeur de la Chambre de commerce et d'industrie Sufat de la wilaya. D'ailleurs, ce dernier n'a pas caché sa satisfaction quant à la dernière instruction faisant partie des décisions du président de la République relatives à la réactivation du rôle des microentreprises et des entreprises qui produisent localement, notamment après la délivrance du certificat d'origine par la Chambre de commerce et d'industrie, habilitée à le faire conformément à la loi. Le certificat d'origine est un document commercial remis au client à sa demande pour prouver l'origine de sa marchandise afin de pouvoir profiter des avantages accordés par l'Etat et ce, après avoir fait l'objet d'un constat de la part d'une commission dépêchée par la chambre sur les lieux de l'unité de production. "L'encouragement des microentreprises fait suite à la réactivation du décret présidentiel n° 10-236 du 7 octobre 2010 portant réglementation des marchés publics, modifié et complété notamment dans ses articles 23 et 56, qui leur donne la priorité avec l'application d'une marge de préférence", nous précisera M. Hakmi.
Ce certificat s'appelle certificat du producteur, établi par la chambre, qui doit être ajouté au dossier pour qu'il puisse bénéficier des avantages accordés par l'Etat. Il ne faudra pas perdre de vue que l'Etat algérien a accordé d'importants avantages aux entreprises qui produisent algérien et aux microentreprises. Pour rappel, l'article 23 du décret cité plus haut stipule : "Une marge de préférence, d'un taux de vingt-cinq pour cent (25%), est accordée aux produits d'origine algérienne et/ou aux entreprises de droit algérien, dont le capital est détenu majoritairement par des nationaux résidents, pour tous les types de marché visés à l'article 13 ci-dessus. Le bénéfice de cette marge est subordonné, dans le cas où le soumissionnaire serait un groupement constitué d'entreprises de droit algérien." "Sur un autre volet, le commerçant, une fois le registre du commerce en poche, à l'instar des artisans, doit être formé pour connaître ses droits et ses obligations à travers les lois et codes (fiscal, pénal, commercial, civil, etc.).
C'est de cette façon qu'on pourra lutter contre le commerce informel", a-t-il martelé. Il va sans dire que la Chambre de commerce et d'industrie a participé à renflouer les caisses de l'Etat au niveau de la wilaya de Aïn Témouchent aussi bien en devises qu'en monnaie nationale grâce à des conventions passées avec certains pays dont l'Espagne, la Turquie et le Liban. Si on évoque uniquement le secteur de la pêche, en 2019, la commercialisation vers l'Espagne de poissons, crustacés, moules, crevette rouge et blanche, poulpe congelé et produits alimentaires a rapporté à l'Algérie 166 494 euros pour une quantité globale estimée à 126 956 kg et 1 767 794,80 DA. En 2020, en raison de la pandémie de Covid-19, les chiffres ont baissé comme suit : seulement 90 200 kg de poissons et de crustacés pour un montant de 9 760 euros, 55 219 kg de poulpe pour un montant en monnaie nationale de 11 546 703,02 DA, 2 128 kg de crevette rouge et 4 683 kg de crevette blanche pour un montant global de 5 173 295,11 DA et 1 396 kg de langoustine pour un montant de 587 421,67 DA.
M. LARADJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.