Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie
Elle l'a qualifié d'"inacceptable"
Publié dans Liberté le 04 - 08 - 2020

La Turquie a dénoncé hier un accord pétrolier qualifié d'"inacceptable" conclu entre une compagnie pétrolière américaine et l'administration semi-autonome kurde dans le nord-est de la Syrie morcelée par la guerre, affirmant qu'il revenait à "financer le terrorisme". L'immense majorité des champs pétroliers, dans l'est et le nord-est du pays, échappe toujours à Damas. Ils sont contrôlés essentiellement par les Kurdes —soutenus par des troupes américaines sur place —, qui en ont fait la principale source de revenus de leur administration semi-autonome. Ni l'administration semi-autonome kurde ni les Forces démocratiques syriennes (FDS) n'ont communiqué sur ce dossier, alors qu'à Washington, des responsables ont confirmé un accord "pour moderniser les champs pétroliers du Nord-Est syrien" sans plus de détails. Le ministère turc des Affaires étrangères a précisé dans un communiqué que l'accord avait été conclu avec la compagnie Delta Crescent Energy LLC. "Nous regrettons le soutien américain à ce fait qui ignore le droit international (...) et qui concerne le financement du terrorisme", ajoute le communiqué, qualifiant l'accord d'"inacceptable".
L'armée turque mène régulièrement des opérations en Turquie contre les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré par Ankara comme une organisation "terroriste". Dimanche, le gouvernement syrien avait déjà condamné cet accord, dénonçant un "vol" et une atteinte à la souveraineté du pays. Jeudi, lors d'une audience au Congrès américain à Washington, le sénateur Lindsey Graham a assuré avoir évoqué l'accord avec le commandant en chef des FDS, Mazloum Abdi. "Apparemment ils ont signé un accord avec une compagnie pétrolière américaine pour moderniser les champs pétroliers du Nord-Est syrien", a-t-il dit. Interrogé par M. Graham lors de cette audience, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a confirmé le soutien de Washington. "L'accord a pris plus longtemps que ce que nous espérions, nous en sommes maintenant à sa mise en œuvre. Il peut être très puissant", a-t-il ajouté.
La guerre meurtrière qui dévaste la Syrie depuis 2011 a coûté des dizaines de milliards de dollars au secteur des hydrocarbures. Les combats ont parfois ravagé les infrastructures, cibles des convoitises des différents belligérants. Avant le conflit, la production de pétrole brut syrien atteignait près de 400 000 barils par jour. Aujourd'hui, elle s'est effondrée.
R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.