Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Des urnes et des prospectus publicitaires brûlés    136 milliards de centimes de créances impayés    Des locaux et des terrains au profit des start-up    Le gouvernement s'engage à remettre sur pied GTH    Le Polisario sur l'ouverture de «consulats» dans les territoires sahraouis occupés : «C'est une violation de toutes les lois»    Trump et Biden multiplient les meetings    Nouvelle réunion de médiation à Genève    Une présidentielle à haut risque en Côte d'Ivoire    Haidar apporte son soutien aux manifestants    Face à une deuxième vague particulièrement virulente : Nouveau confinement d'un mois sur l'ensemble du territoire français    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    FAF-MCA, la guerre des communiqués    West Ham : Benrahma pourrait faire ses débuts ce dimanche face à Liverpool    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    Des directives pour accélérer les travaux    Les habitants du quartier changent les lampes grillées    Un combat reste toujours à mener    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Ligue 1– Amical : L'ASAM affrontera l'ASO cet après-midi    Wolves : Rayan Aït-Nouri décisif pour ses grands débuts (Vidéo)    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une délégation des FDS à Damas : l'irrésistible redressement national syrien
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 07 - 2018

Depuis le début en 2011 du conflit qui ravage la Syrie les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde soutenue par Washington, ont pris le contrôle du nord et nord-est du pays où la communauté kurde y est majoritaire et instauré un pouvoir autonome prélude à l'émergence d'un Etat kurde totalement séparé du reste de la Syrie. Tant qu'ils ont pu compter sur la protection militaire des Etats-Unis et de la coalition conduite par ces derniers, les FDS ont systématiquement rejeté les offres faites par les autorités légales syriennes d'un dialogue sur l'avenir des régions sous leur contrôle dans le cadre du respect de l'intégrité territoriale du pays.
Ce qui n'étant plus le cas dès lors que les Etats-Unis pour ne pas se retrouver en conflit ouvert avec la Turquie farouchement opposée à la constitution d'une entité kurde à sa frontière ont convenu d'un accord avec Ankara qui placerait le nord et nord-est de la Syrie sous contrôle américano-turc, les FDS sont contraintes de se tourner désormais vers Damas pour échapper à l'occupation turque dont leur milice armée seule ne peut enrayer l'inéluctabilité. Ce qui explique pourquoi et depuis le début du conflit en 2011 une délégation du plus haut rang du Conseil démocratique syrien, le bras politique des FDS, s'est rendue en visite officielle à Damas à l'invitation du gouvernement dans le but, selon le vice-président de cette instance, d'«œuvrer en faveur d'une solution concernant le Nord syrien».
Toujours selon cette source, il n'y a eu aucune condition préalable à la venue à Damas de la délégation des FDS. Il en est pourtant une sans laquelle la visite de celle-ci dans la capitale syrienne aurait été impossible : celle du renoncement par les FDS à leur projet séparatiste. Bachar El Assad et le pouvoir syrien sont susceptibles de concéder aux provinces constitutives de la Syrie, dont celle du Nord où la communauté kurde est majoritaire, des statuts de large autonomie administrative mais n'admettront jamais le fait accompli de la sécession qui entraînerait la disparition de la nation syrienne.
Pour les Kurdes qui ont été cyniquement lâchés par Washington et désormais sous la menace d'une offensive turque contre l'enclave qu'ils contrôlent, il n'est pas d'autre alternative que de négocier avec Damas un retour de l'autorité syrienne dans le nord du pays. La présence de cette autorité enlèverait le prétexte de la menace kurde dont Ankara s'est saisie pour intervenir militairement en Syrie. Ce que Damas avait vainement tenté de leur faire accepter avant qu'Ankara ne lance l'offensive qui a permis à son armée d'entrer en territoire syrien et de prendre le contrôle de la ville d'Afrin et de sa région que les combattants de leur milice n'ont pu empêcher car ayant été privés du parapluie militaire dissuasif américain.
Si un accord est passé entre le gouvernement syrien et les Kurdes qui ouvrirait la voie à la restauration de l'autorité de l'Etat syrien dans le nord du pays, la présence militaire turque dans cette région en deviendrait absolument inacceptable en regard du droit international, ce qui légitimerait toute action que le pouvoir syrien pourrait entreprendre pour défendre la souveraineté nationale de son pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.