Constitution: Une large révision de lois essentielles en perspective    Le délai de dépôt des comptes sociaux prorogé au 30 novembre    Investissement: «L'instabilité législative, une entrave majeure»    Energies renouvelables: Des réformes sont nécessaires    Le syndrome libanais    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Compétitions sportives: Tebboune ordonne la reprise    Football à l'Ouest: Les clubs dans un labyrinthe    Hormis les pneumologues, les réanimateurs et les généralistes: Les médecins spécialistes affectés à l'hôpital de Haï Nedjma rejoignent l'EHU    Skikda: 40 conteneurs de carburant saisis, l'exportateur écroué    Laghouat: Deux morts et un blessé dans un carambolage    HUMEURS PREFABRIQUEES    Bekkat Berkani s'exprime à nouveau    Yasmine Moussous, 1re Algérienne à recevoir une dose    Alger et Tunis attachés à la solution politique    Koweït: le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Sabah nommé nouvel émir    Inondations: l'Algérie octroie un don de 500 tentes au Niger    Nécessité d'accompagner le renouveau des arts de l'oralité    Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030    Real Madrid: Jovic vers la Serie A ?    El Guergarat : la MAP attribue une fausse déclaration au SG de l'ONU    Covid-19: 155 nouveaux cas, 101 guérisons et 7 décès    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Des mesures inadaptées", selon le Game
Rééchelonnement des dettes et pénalités épongées pour les entreprises Ansej
Publié dans Liberté le 05 - 08 - 2020

Outre l'abandon des dispositifs Cnac, Angem et Ansej, le Groupement propose une amnistie bancaire et fiscale et l'accès des anciennes entreprises aux marchés publics.
La décision du gouvernement de venir au secours des entreprises Ansej, en rééchelonnant les dettes et en épongeant leurs pénalités, n'a pas reçu un écho favorable du Groupement national d'appui à la microentreprise, (Game), qui a qualifié ces mesures "d'inadaptées" et "visant la prolongation de la souffrance de centaines de milliers de familles algériennes victimes d'une politique de rachat de la paix sociale".
À ce propos, le président du Game, Yassine Guellal, a indiqué que "cette décision a déjà été prise par le gouvernement Sellal, qui avait proposé, à l'époque, un rééchelonnement des dettes sur 20 ans, avec suppression des pénalités et des intérêts, et elle a été rejetée dans la forme et dans le fond". "Alors, comment accepter la proposition du gouvernement actuel sachant que le rééchelonnement des dettes qu'il nous propose n'est que sur 5 ans et, de surcroît, uniquement pour les entreprises issues du dispositif Ansej", a-t-il ajouté.
Quant au financement du cycle d'exploitation de ces entreprises, cette décision est venue en "retard", a estimé Yassine Guellal, expliquant que "cette étape n'est valable que pour les nouvelles entreprises car, si on veut l'adapter aux anciennes entreprises, il faudrait d'abord remettre leur compteur à zéro". "Dans ces cas-là, l'amnistie générale est une solution qui s'impose !", préconise-t-il.
Si le ministre délégué chargé des Incubateurs, Nassim Diafat, qui était, avant-hier, en visite de travail à Constantine, a exclu tout effacement des dettes des jeunes entrepreneurs qui ont bénéficié du soutien de l'Ansej et plaidé plutôt pour leur remboursement suivant des mécanismes spécifiques, Yacine Guellal estime que "la seule et unique solution pour la partie dette est l'amnistie générale comme première étape essentielle".
Pour lui, la deuxième étape est la réanimation de ces entreprises à travers des crédits d'exploitation, l'accès aux marchés publics et la défiscalisation. "Nous, en tant qu'organisme d'appui à la microentreprise, demandons la défiscalisation totale de la micro-entreprise, car nous estimons que nous ne pouvons pas faire d'elle un réservoir d'impôt, puisque son objectif essentiel est d'éradiquer la pauvreté, d'absorber le chômage et de créer de la richesse", a développé Yassine Guellal non sans considérer que "la défiscalisation assurera la pérennité de ces entreprises, la préservation des postes de travail et la création de la richesse".
En revanche, en ce qui concerne les conventions de travail, Yassine Guellal se dit plutôt favorable à la proposition du gouvernement, en affirmant que "c'est une bonne chose d'assurer des plans de charge aux entreprises". Mais cela doit se réaliser, a-t-il toutefois jugé, "dans un cadre bien réglementé pour préserver les droits de ces entreprises et les protéger notamment de l'exploitation à des prix dérisoires par les sous-traitants".
Et comme proposition du Game, Yassine Guellal a appelé carrément à mettre fin aux trois dispositifs Ansej, Cnac et Angem, et de les remplacer par des dispositifs rattachés aux différents ministères qui doivent posséder leur propre dispositif de création d'entreprises. "Pour les entreprises anciennes, nos propositions sont scindées en deux parties, à savoir la partie amnistie bancaire, PNR, fiscale et parafiscale, puis, en seconde partie, l'accès aux marchés publics et la régulation de la sous-traitance, accorder des crédits d'exploitation pour la relance des activités et l'accès au foncier industriel et agricole", a conclu Yassine Guellal.

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.