Constitution: Une large révision de lois essentielles en perspective    Le délai de dépôt des comptes sociaux prorogé au 30 novembre    Investissement: «L'instabilité législative, une entrave majeure»    Energies renouvelables: Des réformes sont nécessaires    Le syndrome libanais    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Compétitions sportives: Tebboune ordonne la reprise    Football à l'Ouest: Les clubs dans un labyrinthe    Hormis les pneumologues, les réanimateurs et les généralistes: Les médecins spécialistes affectés à l'hôpital de Haï Nedjma rejoignent l'EHU    Skikda: 40 conteneurs de carburant saisis, l'exportateur écroué    Laghouat: Deux morts et un blessé dans un carambolage    HUMEURS PREFABRIQUEES    Bekkat Berkani s'exprime à nouveau    Yasmine Moussous, 1re Algérienne à recevoir une dose    Alger et Tunis attachés à la solution politique    Koweït: le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Sabah nommé nouvel émir    Inondations: l'Algérie octroie un don de 500 tentes au Niger    Nécessité d'accompagner le renouveau des arts de l'oralité    Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030    Real Madrid: Jovic vers la Serie A ?    El Guergarat : la MAP attribue une fausse déclaration au SG de l'ONU    Covid-19: 155 nouveaux cas, 101 guérisons et 7 décès    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pays à déconfiner
Réouverture progressive des mosquées et des lieux de détente
Publié dans Liberté le 05 - 08 - 2020

Même si ces mesures seront "graduelles" et assorties de conditionnalités, il reste qu'elles ne manqueront pas d'être accueillies favorablement par les citoyens de plus en plus incommodés par la prolongation du confinement.
La présidence de la République a annoncé, mardi, la réouverture prochaine des mosquées et des lieux de détente, deux mesures qui préfigurent certainement d'une tendance vers un déconfinement progressif. "Le président de la République a instruit le Premier ministre à l'effet de programmer une réouverture graduelle des lieux de culte, qui sera limitée, dans une première phase, aux seules grandes mosquées d'au moins mille places, et qui soient en mesure de permettre la distanciation physique indispensable, avec comme impératif le port du masque par tous", a précisé le communiqué de la présidence de la République publié au terme de la réunion du Conseil de sécurité.
"Inscrite également à l'ordre du jour de cette réunion, la question de la réouverture des plages aux citoyens et des lieux de récréation et de détente, en particulier dans la conjoncture estivale actuelle, a permis au président de la République de charger le Premier ministre de prendre les mesures qui s'imposent pour un accès graduel à de tels espaces et qui tienne compte, là aussi, de l'impératif du respect des conditions sanitaires", ajoute le texte.
Même si ces mesures seront "graduelles" et assorties de conditionnalités, particulièrement l'observation stricte sur le terrain des mesures barrières, il reste qu'elles ne manqueront pas d'être accueillies favorablement par de nombreux citoyens de plus en plus incommodés par la prolongation du confinement, devenu pesant, notamment sur le plan psychologique.
Instruite sans doute de l'évolution de la situation épidémique, la présidence de la République précise, toutefois, que les services de sécurité seront mobilisés pour faire respecter les consignes, surtout pour les estivants, et qu'un éventuel reconfinement n'est pas à exclure si d'aventure un rebond de l'épidémie venait à être constaté.
"Il a (le Président, ndlr), à ce titre, ordonné aux responsables des services de sécurité de veiller, par une présence renforcée, à l'observation sur le terrain des consignes de distanciation entre les estivants et le port du masque. Le président de la République a chargé le Premier ministre de préparer des décrets en vue de prévoir les modalités pratiques pour une application flexible de ces mesures.
L'Etat restera vigilant quant au respect rigoureux de ces mesures par les citoyens, lesquelles mesures peuvent être remises en cause en cas d'aggravation de la situation sanitaire. Il y va de la santé de tous", souligne le texte. Ces mesures qui devraient probablement entrer en vigueur au milieu de la semaine prochaine se déclinent d'ores et déjà comme les premiers jalons à un déconfinement progressif et à l'autorisation pour la reprise d'autres activités.
D'autant que les retombées et l'impact du confinement prolongé affectent les citoyens à quelques semaines d'une rentrée sociale qui s'annonce difficile à tous points de vue. D'ailleurs, ce n'est pas sans raison que le communiqué rappelle que la réunion du Conseil de sécurité a été également l'occasion pour l'"examen de l'accumulation, au cours de ces dernières semaines, d'un certain nombre de dysfonctionnements graves qui ont impacté négativement la vie du citoyen, et pris la forme, dans certains cas, d'actes de sabotage destinés à nuire à la bonne marche de l'économie et des institutions du pays.
"Après avoir écouté un compte rendu circonstancié du Premier ministre, le président de la République a insisté pour que des enquêtes approfondies soient menées avec la plus grande célérité sur de tels agissements, entre incendies de forêt, ruptures en alimentation en électricité et eau potable, indisponibilité brutale des liquidités au niveau des centres postaux et dégradation des bouteilles et citernes d'oxygène dans les hôpitaux, à l'effet de déterminer avec précision les véritables responsabilités."
Une façon de suggérer que des "mains occultes" œuvrent pour torpiller la démarche des autorités. Qui sont-elles ? Pour quel objectif ? De la réponse à ces questions dépendra la levée des soupçons sur l'existence ou non de l'aspect "gestion politique" de la crise sanitaire, comme le prétendent certains.

K. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.