Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue
révélations de Hamel devant la cour d'appel d'Alger
Publié dans Liberté le 08 - 08 - 2020

Le déroulement du procès en appel d'Abdelghani Hamel met à nu le régime d'Abdelaziz Bouteflika. La déliquescence des institutions, déjà visible lors des procès des anciens ministres et hommes d'affaires, a désormais un nouveau visage. Outre la dilapidation des biens publics, la corruption érigée en système de gouvernance, l'ancien directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), un général à la retraite, nous apprend qu'au sein des hautes sphères du pouvoir, les marchés publics n'étaient pas le seul pourvoyeur de la corruption. Le commerce de la drogue faisait aussi partie du business. Y compris parmi des responsables de l'institution militaire.
Pour se défendre, Abdelghani Hamel a choisi la stratégie offensive. Pour détourner le cours de son procès, qui porte pour l'instant sur des faits liés à la corruption et à l'utilisation de sa position pour s'enrichir, lui et sa famille, l'ancien chef de la police passe aux aveux : selon les propos retranscrits par El Watan, il accuse l'ancien chef de la gendarmerie (son successeur), Ghali Belkecir, et l'ancien chef de la 2e Région militaire, le général-major Kamel Abderrahmane, de complicité — et peut-être plus — avec le plus grand baron de la drogue de ces dernières décennies, à savoir Ahmed Zendjabil. Abdelghani Hamel rappelle qu'à la suite d'une enquête diligentée par ses soins lorsqu'il était commandant de la 2e Région de la gendarmerie, à Oran, ces deux anciens hauts militaires Ghali Belkecir et Kamel Abderrahmane ont été limogés. Mais il a oublié de rappeler que des années après ces soupçons, Ghali Belkecir, qui était au moment de la révélation de l'affaire Zendjabil, chef du groupement de gendarmerie à Maghnia (Tlemcen), a été promu chef d'état-major de la Gendarmerie nationale, puis commandant de ce même corps de sécurité. Une revanche sur le sort de l'homme qui, malgré les lourdes présomptions qui pesaient sur lui, a été nommé à la tête de la gendarmerie avant d'être rapidement admis à la retraite et de quitter le pays, tranquillement, à l'automne 2019, alors qu'Ahmed Gaïd Salah était encore aux commandes.
Plus grave que cela, Abdelghani Hamel, censé faire appliquer la loi, ne dit pas tout. Il ne dit surtout pas comment il était possible de laisser des responsables de ce rang en liberté, alors que des rapports des services de l'Etat démontraient leur implication dans des affaires de trafic de drogue. Pour quelle raison, autre que celle du clanisme et de la perversion des institutions de l'Etat, la justice n'a-t-elle jamais été saisie ? En nommant Ghali Belkecir à la tête de la gendarmerie, Abdelaziz Bouteflika — ou son frère —, ainsi que l'ancien chef d'état-major de l'ANP ne pouvaient ignorer les rapports des services de sécurité qui le mettaient en cause. L'énigme est de savoir pourquoi maintenir des hommes à des postes de responsabilité alors qu'ils traînaient des casseroles.
En vérité, ce qu'a révélé Abdelghani Hamel dans la Cour d'Alger était sommairement connu de tous. Ce n'est en réalité que la partie émergée d'un iceberg de rapine, de corruption et surtout d'impunité dans lequel baignaient des responsables des années durant. C'est ce sentiment d'impunité qui a permis par exemple à Abdelghani Hamel de cumuler, avec ses enfants, autant de biens en l'espace de quelques années.
C'est le même système qui a protégé Zendjabil qui a permis à Belkecir, dont la femme était présidente de la Cour de Tipasa durant de longues années, de s'enrichir avant de quitter le pays. C'est aussi ce système qui a permis à Kamel Chikhi de construire des immeubles dans des endroits où même des institutions de l'Etat ne pouvaient pas le faire. Et cela n'est que l'arbre qui cache la forêt d'un système dont les répercussions seront encore vivaces durant plusieurs années.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.