El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba
Pénurie d'eau potable à El-Milia (Jijel)
Publié dans Liberté le 08 - 08 - 2020

Les réseaux de distribution sont vétustes et certains datent même de l'époque coloniale. Pis encore, la ville a connu une extension aussi tentaculaire qu'anarchique sans que les moyens de distribution d'eau suivent, ce qui a engendré cette situation de crise.
Alors qu'elle est située à 7 km du barrage de Boussiaba, implanté sur son territoire, et à moins d'une trentaine de kilomètres de l'autre méga ouvrage hydraulique de Beni Haroun (Mila), la ville d'El-Milia ne reçoit l'eau que d'une manière rationnée et insuffisante. Les cris de détresse fusent de toutes parts, et la soif ne s'apaise pas. Si ailleurs, dans d'autres régions, des enquêtes ont été ouvertes juste parce qu'il y a eu coupure d'eau de deux jours, dans cette ville, ces coupures durent des mois.
À longueur d'année, des citoyens restent sans eau, sans qu'on ne trouve ni à redire ni à intervenir pour leur venir en aide. Le seul moyen pour les habitants, c'est d'acheter l'eau auprès de colporteurs. L'activité de ces derniers est devenue lucrative à tel point qu'ils restent le seul recours pour la population pour s'alimenter en eau. "On n'y peut rien dans cette situation", insistent les responsables de l'ADE.
"Nous distribuons l'eau selon les moyens dont nous disposons, et c'est ce que nous faisons", clame-t-on au centre de cette entreprise, à la rue du 20-Août à El-Milia. Avec de modestes moyens de stockage et de pompage, l'eau distribuée part dans ses deux tiers dans des fuites qui inondent quotidiennement la ville.
Les réseaux de distribution sont vétustes et certains datent même de l'époque coloniale. Pis encore, la ville a connu une extension aussi tentaculaire qu'anarchique sans que les moyens de distribution d'eau suivent, ce qui a engendré cette situation de crise.
Plus d'une quinzaine de quartiers sont alimentés en eau à raison d'une heure et demie par semaine. Le reste du temps, les habitants doivent se débrouiller pour chercher l'eau ailleurs que dans leurs robinets. Appeler un colporteur d'eau sur son téléphone portable pour faire son stock en eau est le seul moyen de faire face à cette situation. "On doit faire notre stock de guerre, c'est le seul moyen qui nous reste, il n'y a pas d'eau dans cette ville", lâche-t-on aux quatre coins de cette agglomération.
"On appelle les colporteurs, on a leurs numéros de téléphone, autrement on reste sans la moindre goutte d'eau", poursuit-on. Les anecdotes et les histoires relatives à cette triste situation ne manquent pas, quand chaque colporteur d'eau doit être équipé d'une pompe et d'un long tuyau pour propulser l'eau jusque dans les étages supérieurs des blocs d'habitation. "Quand l'eau coule à la maison, c'est l'événement du jour, c'est la fête au village, c'est le bonheur, on remplit même les petits jerricans, les verres et tout ce qui peut contenir la moindre goutte d'eau", relatent les habitants de la cité Ouled Salah, à la périphérie de la ville.
À Tabriht, l'autre quartier le plus touché par le manque d'eau, les habitants se plaignent d'un contexte plus dur. Dans cette cité misérable, de surcroît confrontée à un sérieux risque d'effondrement des blocs d'habitations de par les fissures apparues sur leurs façades, l'eau ne coule jamais dans les robinets. "Elle est dans la citerne qu'on achète à 1500 DA et nulle part ailleurs", s'offusque-t-on. Pour le reste, les cités Adjenak, T'har, Tatar, Bin Ledjbala, Arfa, pour ne citer que ces agglomérations, ne reçoivent l'eau qu'une fois par semaine.
À l'ADE, les réclamations des abonnés ne s'arrêtent pas. "Je suis venue pour vous dire que je ne paierai plus de factures, je ne reçois plus d'eau, je ne paie pas", lance d'emblée une femme à son arrivée au siège de cette entreprise. Tentant de contenir sa colère, un agent l'oriente vers un bureau pour vérifier ses factures. Cette scène se reproduit chaque jour dans ce centre, débordé de réclamations et de protestations des abonnés.
Et dire que cette misérable situation s'est tellement banalisée qu'elle semble ne plus concerner aucun responsable, ni à l'échelle locale ni à celle à la wilaya, cœur du pouvoir local. Aucun organisme n'a daigné intervenir pour dire assez à cette situation déplorable dans cette ville qui reste la seule parmi les grandes agglomérations de la wilaya de Jijel qui n'a pas bénéficié d'un projet de rénovation de son réseau d'AEP. Inscrit à l'ordre du jour depuis plusieurs mois dans le cadre d'un programme de mise à niveau, celui-ci tarde à être lancé.
Quant à la mise en service de l'important projet d'AEP à partir du barrage de Boussiaba, qui a été achevé, selon les responsables qui ont supervisé sa réalisation, elle est renvoyée d'un mois à l'autre depuis plus d'une année. "On attend l'eau brute, nous sommes prêts pour le traitement et le pompage en direction de la ville", confie un responsable de ce projet, avant d'ajouter que "le problème avec Sonelgaz est normalement réglé, selon les responsables de l'ANBT, qui assurent que le pompage de l'eau interviendra dans une dizaine de jours".
Avec cette promesse, un autre délai est lancé en attendant la mise en service effective de ce projet, qui alimentera dans son sillage cinq autres communes de la partie est de la wilaya de Jijel.

Amor Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.