Le Président Tebboune reçoit le secrétaire américain à la Défense    De Bruyne meilleur milieu de la Ligue des Champions 2019/20    Nouveau stade d'Oran: la réfection de la pelouse presque achevée "avec succès    Tamanrasset: Impliquer la population locale dans la préservation du patrimoine culturel    Belaili serait une piste écartée pour Al Ahli    Conseil de la Nation: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    La conférence nationale des start-up organisée samedi à Alger    Aminatou Haider appelle l'ONU à dépêcher des commissions pour visiter le territoire sahraoui occupé    La sécurité routière, parent pauvre des décrets 20-226 et 20-227 sur l'activité des constructeurs et concessionnaires automobiles    Le Cnes lance ses travaux    Hachemi Djaâboub, nouveau ministre du Travail    Un sage médiateur dans une "région poudrière"    Deux soldats tués dans une embuscade    M. Makri et la république    Les procès de Tahkout et de Mme Maya reportés    Nahda, FJD et El Binaa se prononceront ce week-end    Palais de la colère    La fille des Aurès    Les non-dits    Les Algériens de l'EST risquent de rater le stage de l'EN    Naïdji, un autre Algérien en renfort    Après la pluie, le beau temps ?    8 décès et 162 nouveaux cas en 24 heures    La faillite par les examens    Pain à burger fait maison    "Il faut que des mesures soient prises en urgence"    Amin Zaoui signe son roman "Canicule glaciale"    «Survivre pour Ibiza, une fiction qui prend l'aspect d'une réalité»    L'amusnaw Hadj Mokhtar At Sayd réhabilité par les siens    La grande petite marche du livre    Enseignement Supérieur/Poste: Signature de deux conventions-cadre    L'Ordre des avocats d'Alger répond au syndicat des magistrats    Ferhat Aït Ali annonce un code de l'investissement "plus incitatif"    Le dispositif de surveillance renforcé    Khiati favorable à l'"application de la peine de mort"    Les mesures de confinement allégées dans plusieurs wilayas    Sit-in des sortants des écoles supérieures de l'enseignement    Des chaînes interminables devant la Casnos    Gérald Darmanin la semaine prochaine en Algérie    Sur les Dunes de Chéraga dès dimanche prochain    Le conseiller Noureddine Khellassi remercié    Mohamed Djemaï, ex SG du FLN, remis en liberté    Des auteurs invités à leur insu    Mahmoud l'Argentin est algérien, pas ami de l'Algérie    GENDARMES DU MONDE    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Mokka change de look    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un legs patrimonial et culturel à ressusciter
20E ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE CHEIKH AHMED ATBA BENATBA
Publié dans Liberté le 12 - 08 - 2020

Contrairement aux années précédentes, la commémoration du 20e anniversaire de la mort de l'érudit cheikh Ahmed Atba Benatba de Chlef, célébrée au cours de la semaine, n'a pas connu l'engouement habituel, où séminaires, colloques et autres journées d'étude étaient à chaque fois au programme que des grands chouyoukh et historiens animaient durant plusieurs jours.
Conséquemment aux mesures de prévention dues à la Covid-19, les proches et les amis du défunt se sont contentés d'une exposition de documents, d'ouvrages et de photos qui relatent les différentes étapes de la vie professionnelle de celui qui avait formé, des années durant, à l'époque coloniale, des générations qui n'ont pas tardé à reprendre le flambeau du cheikh. "Tous ses élèves étaient devenus par la suite des cadres de l'Etat qui ont su comment faire sortir les populations algériennes, alors pauvres, démunies et opprimées sous l'occupation coloniale, de l'analphabétisme dans lequel elles sombraient durement.
La lutte contre l'analphabétisme était, durant toute sa carrière professionnelle, son principal cheval de bataille", dira Moulay Atba Benatba, fils du cheikh, en marge de ladite exposition tenue à l'école coranique El-Falah qu'il a lui-même fondée il y a quelques années. Tout en respectant les mesures barrières sanitaires imposées, les quelques visiteurs rencontrés (des jeunes, des étudiants et même des assoiffés de savoir) ont tous pris connaissance des étapes difficiles et délicates que l'érudit défunt Ahmed Atba Benatba avait traversées.
Historien et religieux, cheikh Ahmed, natif d'El-Attaf (Aïn Defla) en 1916 et descendant d'une famille de juristes et de savants, puisque son père cheikh Djilali avait dirigé, des années durant, une institution religieuse qu'il avait lui-même fondée, était dès son jeune âge doté d'une intelligence et d'un savoir-faire remarquables et exceptionnels, notamment dans les domaines des sciences, de l'histoire, de la littérature arabe et de la jurisprudence entre autres. Il disposait déjà d'une capacité importante et inégalable en ce qui concerne l'étude approfondie des oulémas, à l'exemple de Sidi Khelil et de l'imam Malek, d'après de nombreux témoignages.
"C'est pourquoi d'ailleurs on ne tardera pas à lui attribuer de grandes responsabilités surtout en matière d'enseignement et de formation de qualité que dispensait l'école El-Khaldounia d'El-Asnam (Chlef actuellement) qu'il avait créée en 1935 avec d'autres chouyoukh", racontaient brièvement de nombreux historiens dans diverses occasions à Chlef. Mais pour le fils Moulay, il est temps pour les chercheurs universitaires et historiens de se pencher sur le patrimoine culturel et historique "riche et varié laissé par le défunt que nous mettons à leur disposition pour que les futures générations puissent prendre connaissance d'un autre volet de leur histoire, car cela fait partie intégralement partie de leur identité nationale".


AHMED CHENAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.