JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sixième anniversaire de la mort du cheikh Atba Benatba Ahmed
Chlef
Publié dans Liberté le 22 - 08 - 2007

Cheïkh Atba Benatba Ahmed, qui vit le jour en 1916 à El Attaf dans la wilaya de Aïn Defla, était un historien et un religieux érudit pour l'ensemble de la région du centre du pays. Descendant d'une famille de juristes et de savants, puisque son père, cheïkh Djillali, a dirigé des années durant une institution religieuse qu'il avait lui-même fondée en 1902. Cheïkh Ahmed disposait déjà, à l'âge de 16 ans, d'une capacité importante et très remarquée, notamment en matière de connaissances relatives à l'étude des oulémas islamiques, entre autres, les imams Sidi Khelil et Malik. Son périple a été jalonné de réussites, particulièrement en ce qui concerne les différents travaux et produits intellectuels qu'il a réalisés. L'école El Khaldounia, qui dispensait un enseignement de qualité dont de nombreux domaines — dont le siège existe jusqu'à aujourd'hui au centre-ville de Chlef — était un modèle, un exemple auquel le monde arabo-islamique accordait une importance plus que considérable. C'est en 1935 qu'il a fondé cet établissement avec son père avant de recevoir de ses mains le diplôme de fin d'études pour devenir ensuite un professeur qualifié. Au total, ce sont donc plus de 6 000 étudiants qui seront formés plus tard par cheïkh Ahmed. Ils ne tarderont pas à servir l'Algérie comme cadres dans le domaine de l'enseignement. En 1954, la ville d'Orléansville, Chlef aujourd'hui, fut entièrement détruite par un séisme ravageur. Cheikh Ahmed devait alors s'installer à Relizane et ce, afin que sa noble mission ne soit pas interrompue. C'est pourquoi, cheïkh Ghoulamallah de Sidi Adda de Relizane mettra immédiatement à sa disposition les locaux et personnel de la medersa locale. De retour à Chlef en 1962, cheïkh Ahmed poursuit alors sans relâche sa carrière de formateur. Et ce n'est que durant l'année 1964 qu'il a acquis le mérite définitif de professeur titulaire en sciences islamiques. Après avoir séjourné trois années consécutives à Mostaganem, à partir de 1980, il rentre définitivement à Chlef et se consacrera entièrement à la formation des imams de la région. Sa grande personnalité et sa remarquable modestie ont fait de lui le cheïkh incontestable de son époque. Durant toute son existence, il n'a pas arrêté d'œuvrer inlassablement pour atteindre bon nombre d'objectifs, entre autres, promouvoir le patrimoine multiculturel du pays et la tolérance aux religions de l'humanité. Il affichait également une parfaite disposition pour répondre à toutes les interrogations relatives à la religion islamique, et à la jurisprudence. Il y a six années, cheïkh Ahmed Atba Benatba nous quittait à jamais, laissant derrière lui un patrimoine riche et fécond qui mérite d'être minutieusement revu afin de servir aux générations futures. La commémoration de sa mort a été célébrée à son domicile, il y a quelques jours, en présence de plusieurs chouyoukh et imams de la région.
AHMED CHENAOUI

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.