Le Président Tebboune reçoit le secrétaire américain à la Défense    De Bruyne meilleur milieu de la Ligue des Champions 2019/20    Nouveau stade d'Oran: la réfection de la pelouse presque achevée "avec succès    Tamanrasset: Impliquer la population locale dans la préservation du patrimoine culturel    Belaili serait une piste écartée pour Al Ahli    Conseil de la Nation: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    La conférence nationale des start-up organisée samedi à Alger    Aminatou Haider appelle l'ONU à dépêcher des commissions pour visiter le territoire sahraoui occupé    La sécurité routière, parent pauvre des décrets 20-226 et 20-227 sur l'activité des constructeurs et concessionnaires automobiles    Le Cnes lance ses travaux    Hachemi Djaâboub, nouveau ministre du Travail    Un sage médiateur dans une "région poudrière"    Deux soldats tués dans une embuscade    M. Makri et la république    Les procès de Tahkout et de Mme Maya reportés    Nahda, FJD et El Binaa se prononceront ce week-end    Palais de la colère    La fille des Aurès    Les non-dits    Les Algériens de l'EST risquent de rater le stage de l'EN    Naïdji, un autre Algérien en renfort    Après la pluie, le beau temps ?    8 décès et 162 nouveaux cas en 24 heures    La faillite par les examens    Pain à burger fait maison    "Il faut que des mesures soient prises en urgence"    Amin Zaoui signe son roman "Canicule glaciale"    «Survivre pour Ibiza, une fiction qui prend l'aspect d'une réalité»    L'amusnaw Hadj Mokhtar At Sayd réhabilité par les siens    La grande petite marche du livre    Enseignement Supérieur/Poste: Signature de deux conventions-cadre    L'Ordre des avocats d'Alger répond au syndicat des magistrats    Ferhat Aït Ali annonce un code de l'investissement "plus incitatif"    Le dispositif de surveillance renforcé    Khiati favorable à l'"application de la peine de mort"    Les mesures de confinement allégées dans plusieurs wilayas    Sit-in des sortants des écoles supérieures de l'enseignement    Des chaînes interminables devant la Casnos    Gérald Darmanin la semaine prochaine en Algérie    Sur les Dunes de Chéraga dès dimanche prochain    Le conseiller Noureddine Khellassi remercié    Mohamed Djemaï, ex SG du FLN, remis en liberté    Des auteurs invités à leur insu    Mahmoud l'Argentin est algérien, pas ami de l'Algérie    GENDARMES DU MONDE    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Mokka change de look    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers
Explosions dans le port de Beyrouth
Publié dans Liberté le 12 - 08 - 2020

La catastrophe a détruit une partie de la capitale libanaise et causé la mort de 171 personnes et fait 6000 blessés, selon un bilan officiel.
Les autorités libanaises, à leur tête le président de la République, Michel Aoun, et le Premier ministre démissionnaire, Hassan Diab, auraient été informées, dès le mois de juillet, des dangers des 2 750 t de nitrate d'ammonium, entreposées depuis six ans dans le port Beyrouth, selon un rapport des services de sécurité libanais, consulté par l'agence Reuters. Selon des sources sécuritaires, "des responsables de la Sécurité libanaise ont prévenu le mois dernier le Premier ministre et le Président que 2 750 t de nitrate d'ammonium étaient conservées dans le port de Beyrouth et pourraient détruire la capitale en cas d'explosion".
Deux semaines plus tard, l'explosion redoutée a eu lieu, engageant désormais la responsabilité des plus hautes autorités de l'Etat dans cette catastrophe qui a détruit une partie de la capitale et causé la mort de 171 personnes et fait 6000 blessés. Dans le détail, le rapport de la direction générale de la Sécurité de l'Etat fait référence à une lettre privée adressée au président Michel Aoun et au Premier ministre Hassane Diab le 20 juillet, selon toujours Reuters, qui ajoute, en citant un haut représentant des services de sécurité, que "les résultats d'une enquête judiciaire, débutée en janvier, concluait que les produits chimiques devaient être mis en sécurité immédiatement". "Il y avait un danger que ce matériau, s'il venait à être volé, soit utilisé pour une attaque terroriste", a déclaré encore à Reuters le haut représentant, sous le couvert de l'anonymat. "Je les ai prévenus que cela pourrait détruire Beyrouth en cas d'explosion", a poursuivi le représentant, impliqué dans la rédaction de la lettre.
Ces éléments révélés viennent confirmer la "négligence", comme l'affirment les manifestants dans la rue, mais surtout impliquent la responsabilité directe des plus hautes autorités de l'Etat. Les révélations en place vont en outre, à coup sûr, exacerber la colère des Libanais qui continuent d'occuper la rue, plus d'une semaine après la catastrophe qui a endeuillé Beyrouth. Le Premier ministre Hassan Diab a remis certes, lundi soir, la démission de son gouvernement, mais force est de constater que la population, déjà accablée par une grave crise socioéconomique, sur fond de crise sanitaire, continuera de réclamer la traduction des responsables devant les tribunaux tout en exigeant le départ de toutes les figures du système, y compris le président de la République, Michel Aoun.
Depuis une semaine, il ne se passe pas un jour sans que les Libanais ne sortent en masse dans les rues de la capitale pour exprimer leur colère contre l'incurie, l'incompétence et la corruption des représentants de l'Etat. Hier, pour beaucoup de Libanais, la démission du gouvernement ne résoudra pas le problème si le président ne fait que désigner, comme à l'accoutumée, un nouveau Premier ministre qui se chargera à son tour de former un gouvernement, après consultation d'un Parlement totalement "illégitime" et "discrédité" par des milliers de manifestants depuis plus d'un an.

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.