L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Quand le bricolage fait des siennes    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes
Publié dans Algérie Presse Service le 10 - 08 - 2020

Des chefs d'Etat et des organisations internationales ont promis dimanche quelques 300 millions de dollars d'aide d'urgence au Liban, conditionnant, toutefois, les financements à la reconstruction de Beyrouth à une palette de réformes politiques et économiques que le pays doit engager.
Les 30 participants à cette visioconférence de soutien au Liban se sont mis d'accord sur un plan d'urgence de 252,7 millions d'euros (environ 300 millions de dollars) d'aides immédiates accordées sans conditions avec la promesse qu'elles soient directement versées aux populations dévastées par la double explosion de la zone portuaire.
"En cette période atroce, le Liban n'est pas seul", ont assuré les Etats-Unis et la France dans leurs déclarations finales, clôturant la conférence.
Pour autant, les donateurs ont clairement signifier que l'aide destinée à la reconstruction de Beyrouth est tributaire des réformes politiques et économiques que le Liban doit mener pour sortir de son marasme économique.
Outre l'Union européenne qui s'est engagée à hauteur de 60 millions d'euros afin de répondre aux "besoins les plus pressants", le Qatar a promis 50 millions de dollars et la France 30 millions d'euros.
En parallèle, de nombreux observateurs estiment que l'explosion dévastatrice qui a ébranlé Beyrouth mardi dernier, faisant 158 morts 6.000 blessés ne serait pas sans conséquences sur l'échiquier politique libanais, alors que deux ministres ont déjà démissionné mettant le gouvernement dans une situation délicate.
Lire aussi: Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban
Face à l'ampleur du drame et l'ire de la population, qui réclame depuis des mois des changements profonds au Liban, la ministre de l'Information, Manal Abdel-Samad a présenté sa démission.
"Je m'excuse auprès des Libanais, nous n'avons pu répondre à leurs attentes", a-t-elle écrit dans sa lettre de démission.
Peu après sa démission, le ministre de l'Environnement et du développement administratif, Damianos Kattar, annonçait lui aussi son départ du gouvernement.
Des tractations politiques engagées par le premier ministre libanais, Hassan Diab, ont eu pour résultat de ralentir la vague de démission des membres de son gouvernement, alors qu'une réunion de son cabinet est prévue pour lundi. Il avait rencontré dimanche dans la journée plusieurs ministres.
Selon les premières informations, l'explosion de mardi aurait été causée par 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium stockées depuis six ans au port de Beyrouth "sans mesures de précaution", de l'aveu même de M. Diab.
Des quartiers entiers de Beyrouth ont été dévastés par l'explosion, accentuant la crise socio-économique du Liban.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.