Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    L'AC Milan et Tottenham de retour    Macron et l'arabe    Campagne référendaire : le projet d'amendement constitutionnel consacre l'avènement de l'Algérie nouvelle    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le port de Skikda renforcé    La liberté dans le respect de l'autre    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Musulmans de France, tous coupables ?    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La tension monte au sein de l'Opep+
Respect de l'accord de limitation de production
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2020

Les deux ministres de l'Energie saoudien et russe étaient loin d'être conciliants avec les pays peu respectueux des accords de limitation de la production, l'Irak, le Nigeria et les Emirats arabes unis en l'occurrence.
Les Emirats arabes unis, le Nigeria et l'Irak restent parmi les plus mauvais élèves du groupe Opep+.
Ces pays ne respectent pas entièrement les termes de l'engagement relatif à l'application de l'accord de baisse de production conclu entre l'Opep et ses partenaires. Cela a suscité une polémique au sein de l'alliance. Cette dernière a organisé, jeudi 17 septembre, une réunion par visioconférence où la tension était montée d'un cran lors des discussions et où le ton était ferme de la part de certains pays participants, comme l'Arabie saoudite et la Russie.
"La conformité pleine et entière n'est pas un acte de charité, elle fait partie intégrante de notre effort collectif", a insisté le ministre saoudien de l'Energie, Abdel Aziz ben Salmane, recommandant aux pays membres de "se tenir disposés à prendre d'autres mesures nécessaires en cas de besoin au-delà des 7,7 millions de barils/jour de coupe à la suite des incertitudes liées à la pandémie mondiale de Covid-19".
Et de vitupérer : "Des tactiques pour aller au-delà des quotas de production prévus ont été essayées à maintes reprises par le passé. Elles se sont toujours soldées par un échec (...) et ont entaché la réputation et la crédibilité de l'organisation. Ces fausses promesses discréditent non seulement ceux qui les font, mais encore affaiblissent notre objectif collectif."
Il a, en outre, expliqué que "le régime de compensation mis en place pour les mauvais élèves devrait rester une exception et ne pas être interprété comme une autorisation tacite à surproduire". Son homologue russe, Alexander Novak, a appelé, lui, les pays signataires de l'accord à "respecter le taux de conformité maximal, afin de parvenir au rééquilibrage du marché et de s'assurer que la reprise des cours se poursuit".
À la faveur de la réunion de jeudi, l'Opep+ a demandé à ses membres de prolonger de trois mois, soit de la fin septembre à la fin décembre, ses engagements en matière de réduction (baisse de 7,7 millions de barils/jour) de production, afin de soutenir les cours. Il reste, cependant, beaucoup à faire pour imposer la discipline, faire remonter les prix et stabiliser le marché.
Ainsi, l'Opep+ fait beaucoup d'efforts, mais les résultats sur le terrain ne sont pas encore palpables, compte tenu de l'offre excédentaire, particulièrement importante dans certains pays producteurs, et des vents contraires touchant la demande dans un contexte international des plus difficiles.
Selon le secrétariat de l'Opep, "le PIB mondial devrait se contracter de 4,1% en 2020 et la demande pétrolière mondiale baisser de 9,6 millions de barils par jour (Mbj), tandis que l'offre de pétrole des pays non-Opep diminuerait de 2,68 Mbj".
Des experts de comité de suivi de l'accord Opep+ (JMMC) expriment, toutefois, de l'optimisme pour 2021. Selon leurs prévisions, "la situation sanitaire mondiale va s'améliorer, le PIB mondial va rebondir à +4,7%, la demande pétrolière augmenter de 6,62 Mbj et l'offre non-Opep croître de près de 1 Mbj".
Au regard des "signes encourageants de retour progressif à la situation qui prévalait avant l'apparition de la pandémie, le JMMC s'est dit confiant dans les perspectives d'évolution des fondamentaux du marché pétrolier".
Dans l'environnement actuel, le Comité de suivi a souligné "l'importance d'être proactif et préventif et a recommandé aux pays membres de l'alliance d'être prêts à prendre des mesures additionnelles si nécessaire".

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.