Le Président Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Le projet de révision constitutionnelle "soutient l'économie nationale et l'investisseur algérien"    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Benzema : «Et pendant ce temps-là, les chiens aboient»    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Le ministre hongrois des AE souhaite le renforcement des relations économiques bilatérales    Taoufik Makhloufi: "Je suis un athlète propre"    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Foot/ Qualifications CAN-2021: programme des 3e et 4e journées    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    ZLECAf : Rezig prend part à la réunion préparatoire    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Affaire Rooney : Un nouveau document qui enfonce le Camerounais    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    Trois ans de prison ferme requis contre l'activiste Yanis Adjlia    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Sofiane Kherraz, Saied Abderraouf et Saïdoune Mohamed Anis, les dernières recrues    Changement dans la continuité    Toyota en leader dans l'automobile    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    Succès annoncé pour le colosse électrique    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger prend acte
Nomination de Bah NDAW, Président de la transition au Mali
Publié dans Liberté le 24 - 09 - 2020

L'offensive diplomatique que menait Alger sur le dossier malien — le chef de la diplomatie algérienne s'est rendu à deux reprises à Bamako en moins d'un mois — pour aider ce pays voisin à renouer avec l'ordre constitutionnel et la stabilité semble avoir porté ses fruits.
Au lendemain de l'arrivée du ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, à Bamako où il s'était entretenu avec nombre d'acteurs maliens, mais aussi avec des représentants d'organisations internationales (ONU, UE) et régionales (UA, Cédéao), la junte militaire au pouvoir depuis le renversement d'Ibrahim Boubacar Keita (IBK) a procédé, lundi 21 septembre, à la nomination de Bah Ndaw, colonel-major à la retraite, en tant que président de la transition, et du colonel Assimi Goïta, chef des putschistes, au poste de vice-président chargé des questions de défense et de sécurité.
Cette nomination semble agréer Alger qui affirme en avoir "pris acte", sans pour autant signer un chèque en blanc à la junte militaire au pouvoir, en disant attendre la mise en place des autres institutions de transition et, surtout, la tenue d'élections pour acter le retour définitif à l'ordre constitutionnel.
"L'Algérie prend acte de la désignation de M. Bah Ndaw, comme président de la transition au Mali, et du colonel Assimi Goïta, comme vice-président", a indiqué le ministère des Affaires étrangères (MAE) dans un communiqué rendu public le jour même de la désignation de M. Ndaw en tant que président de la transition.
"L'Algérie attend avec intérêt la mise en œuvre du reste des institutions de la transition en vue de permettre une conduite apaisée et calme de la période de transition vers l'organisation d'élections qui acteront le retour à l'ordre constitutionnel au Mali frère et voisin", a-t-il ajouté.
Chef de file de la médiation internationale au Mali et présidente du Comité de suivi de mise en œuvre de l'Accord (CSA), l'Algérie s'est félicitée de l'attachement des différents protagonistes maliens à l'Accord d'Alger signé en 2015 entre les autorités de l'époque et les mouvements rebelles indépendantistes de l'Azawad dans le nord du pays.
"Elle (l'Algérie, ndlr) se félicite de l'attachement de l'ensemble des parties maliennes à la mise en œuvre effective de l'Accord d'Alger", a assuré le MAE avant de réitérer l'"engagement" de l'Algérie à "à tout entreprendre pour poursuivre la mise en œuvre de l'Accord en tant que seule voie à même de permettre au Mali de préserver durablement sa stabilité et de relever les défis multiples auxquels il fait face".
Parce que le voisin du Sud "est un pays extrêmement important" pour l'Algérie, celle-ci "continuera de suivre de près l'évolution de la situation au Mali", a assuré le département de M. Boukadoum, qui a tenu à réitérer l'engagement d'Alger à "accompagner le Mali durant cette période difficile" et "sa solidarité indéfectible en direction du peuple malien frère".
Signe de l'importance qu'accorde l'Algérie au Mali avec lequel elle partage une frontière longue de plus de 1 300 km, le chef de la diplomatie algérienne dépêché par le président de la République, lui-même, a été le premier membre d'un gouvernement étranger à se rendre à Bamako, le 19 août dernier, juste après le coup d'Etat mené par le colonel Assimi Goïta.
Le président Tebboune a évoqué, dimanche 20 septembre, le dossier malien, en soutenant fermement qu'"il n'y a de solution pour le Nord-Mali que le retour à l'Accord de paix et de la réconciliation issu du processus d'Alger, ainsi qu'à la légitimité constitutionnelle", tout en se prononçant en faveur d'une période de transition courte et la désignation d'une personnalité civile à la tête de l'Etat.

Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.