Convalescence    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    Ibbou s'incline en quarts de finale à Monastir    MCA : El Ghorbal aujourd'hui à Alger    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    Atteindre un taux de 70% de stations-service proposant le Sirghaz d'ici 5 ans    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Le président Tebboune confiné    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    10 décès et 250 nouveaux cas    L'élection présidentielle anticipée fixée au 10 janvier    L'Ethiopie dénonce des "menaces belliqueuses" de Trump    Le Soudan se rapproche d'Israël    Novembre qui rassemble, Novembre qui divise    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    La passion retrouvée    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Man City : Mahrez revient sur son transfert raté à l'OM    Campagne de contrôle de l'eau des colporteurs et des puits: La commission des MTH s'inquiète à nouveau de l'excès de nitrates    Rejet de déchets sur la voie publique Une trentaine de commerçants contrevenants mis en demeure    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Et l'ennui naquit à l'université !    Le foncier industriel sous la loupe    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Le gouvernement contre-attaque    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Sous le sceau du numérique et des solutions technologiques    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fille des Aurès
65e partie
Publié dans Liberté le 28 - 09 - 2020

Résumé : Alors que Nawel et Hakima portaient assistance à Houria, Faouzi contactait Hamid pour d'éventuels renseignements sur les lieux où Hakima avait été retrouvée alors qu'elle avait à peine quelques jours. Hamid est ému, Faouzi semble bien décidé à remonter la pente pour retrouver les origines de l'élue de son cœur.
On était au week-end. Nawel ne tenait plus en place.
Elle avait enfin consenti à contacter Ammir pour confirmer sa présence et celle de Hakima à la soirée culturelle. Pour la circonstance, elle avait changé de coiffure, s'était soigneusement maquillée, et avait opté pour un tailleur classique couleur bois de rose, qui rehaussait son teint.
Hakima pousse un sifflement d'admiration.
-Tu sors d'un défilé de mode ou quoi ? Tu es très belle, Nawel. Je pourrais te parier que cet Indien ne regardera plus jamais une autre femme que toi.
Elles rirent.
-Et toi donc, dit Nawel, pour une fois, tu ne portes pas tes jeans et tes baskets. Cette robe te va à ravir, et tes cheveux relevés te rajeunissent. Mais tu devrais rajouter une touche de rouge sur tes lèvres.
-Tu sais bien que je n'aime pas trop le maquillage.
-Cela s'appelle juste une mise en valeur. Tu ne vas pas transformer ton visage en un tableau de Picasso. Regarde-moi donc un peu. Suis-je trop maquillée, moi ?
-Juste ce qu'il faut.
-Alors tu prends ma trousse et tu fais la même chose. Ah ! Avant que j'oublie... Ton collègue Adel n'est pas passé pour sa consultation.
Hakima se met à rire.
-Adel ? Tu ne le connais pas encore. Il a la frousse des blouses blanches et des injections.
Nawel rit.
-Dis-lui de s'amener en début de semaine. Je ne porterais pas ma blouse de médecin en sa présence.
-D'accord. Je vais tenter de le raisonner. C'est un gentil garçon.
Elle jette un coup d'œil à sa montre.
-Je crois qu'il est temps pour nous de partir. Il est presque 20h, et l'ouverture est à 21h. Avec la circulation qu'il y a sur l'autoroute, nous allons mettre au moins trois quarts d'heure pour arriver.
Nawel prend son sac à main et vérifie qu'elle avait les invitations.
-Allons-y. Je préfère arriver un peu tôt pour te présenter à Ammir Kumar.
Elles arrivèrent au Palais de la culture à l'heure prévue et n'eurent aucun mal à se faufiler parmi la foule des invités. La plupart étaient des attachés de différentes ambassades, mais il y avait aussi des membres de la communauté indienne. Faciles à reconnaître à leurs tenues. Quelques hommes arboraient le sarwal karmi et le fameux turban, tandis que les femmes portaient toutes un sari, et avaient un bindi entre les sourcils.
Nawel prend Hakima par le bras.
-Moi qui pensais que nous étions les plus élégantes.
Hakima lui pince le bras.
-Nous sommes très bien habillées ainsi. Si tu veux un sari, tu n'as qu'à le demander à ton ami indien.
Comme par enchantement ce dernier vint à leur rencontre.
-Enfin vous êtes là !
Il leur serre la main à toutes les deux avec un sourire radieux.
-Tu es bien sûr Hakima, dit-il à la jeune fille, précédant ainsi Nawel qui voulait faire les présentations.
-Oui... Et toi, tu es Ammir.
Ils rirent.
-Je suis aussi facile à reconnaître que le bindi qu'arborent nos femmes sur leur front.
Il se retourne vers Nawel et lance :
-Tu es ravissante. Cette coiffure te change. Venez toutes les deux, je vais vous présenter à ma famille.
Il prend le bras de Nawel et l'entraîne vers un coin du grand hall, où discutaient quelques femmes.
La jeune fille n'eut aucun mal à reconnaître la vieille femme qu'elle avait soignée et sa fille.
Ces dernières quittèrent le groupe et s'approchèrent. Ammir fait les présentations.
-Nawel et Hakima son amie.
À la grande surprise de tous, Hakima joigna ses mains et lance :
-Namasté (salutations)
Les deux femmes sourirent et vinrent embrasser les deux jeunes filles sur les joues.
-Tu parles hindi, Hakima ?, demande Ammir
-Juste quelques phrases. À force de faire des couvertures sur l'industrie cinématographique indienne, j'ai fini par apprendre quelques mots.
-Notre langue est un véritable mélange de dialectes.
-Atcha (vraiment) ? Vous avez aussi un mélange de mots arabes et d'anglais, mais bien entendu l'accent diffère.
-Forcément. Venez, nous allons nous installer à une table en attendant le début du spectacle.
-Tchalo (allons-y), lance Hakima, en les étonnant encore une fois.
Ils s'attablèrent devant des verres de thé et une variété de confiseries indiennes au goût exquis.
Ammir explique à sa mère que Hakima était journaliste. Sa sœur Farida qui avait appris quelques rudiments de français tente d'entamer une conversation avec Nawel.
-Alors comment vas-tu Nawel ?
-Bien. Et ta maman, comment se sent-elle ces derniers temps ?
-Oh cela va beaucoup mieux depuis son passage chez toi à l'hôpital. Elle ne cesse d'ailleurs de faire tes éloges. Et lorsque mon frère Ammir nous avait dit qu'il t'avait rencontrée, elle ne tenait plus en place. Elle était si empressée de te revoir.

(À SUIVRE)
Y. H.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.