Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Nekkaz demande à Zeghmati de le remettre en liberté    RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR l'ALGERIE : Le tiers présidentiel au Sénat dénonce    C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI LE DIT : Pas de bureaux de change en Algérie    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    EDUCATION NATIONALE : 50 000 DA pour le personnel touché par le Covid    ORAN : Démolition de cabanons à la plage Calypso d'Ain Feranine    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Report au 16 décembre du procès en appel des frères Kouninef    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Pétrole : le Brut de l'Opep à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l'Opep+    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    Des parlementaires britanniques interpellent leur gouvernement sur la répression marocaine au Sahara occidental    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    Ouverture de nouvelles spécialités en master économie    Trois terroristes abattus à Jijel    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    L'opinion politique à l'appréciation des juges    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    L'AADL met en demeure le groupe Aceg-Chine    Les travailleurs de l'Eniem investissent la rue    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    Le gouvernement Castex contredit Macron    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Inquiétude des bénéficiaires    Tesla rappelle 870 voitures en Chine    Le procès de Merzoug Touati renvoyé au 26 janvier 2021    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    Décès de Mgr Teissier : la scène religieuse perd "un de ses fidèles serviteurs"    SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Ecole El Merdja Djedida à Baraki : Les parents d'élèves irrités par la dégradation    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    Combat «Don quichotien» ?    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Indifférence aux prix    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La révolte des avocats
ils décident d'observer une grève nationale de deux jours
Publié dans Liberté le 29 - 09 - 2020

Les robes noires montent, de nouveau, au créneau pour dénoncer le non-respect des droits de la défense par les magistrats. Elles boycottent toutes les juridictions mercredi et jeudi prochains.
L'Union nationale des conseils d'ordres d'avocats a donné raison au barreau d'Alger. Elle a décrété, hier, au terme de sa réunion à la Cour suprême, le 30 septembre et le 1er octobre, journées de grève générale des robes noires. Elle conforte ainsi le barreau d'Alger dans son insurrection contre le corps de la magistrature, coupable, de son point de vue, de violations des droits de la défense.
Le bureau de l'organisation, composé de bâtonniers, a dénoncé spécifiquement "le comportement du président de la première chambre pénale près la Cour d'Alger, le 24 septembre 2020, envers le collectif de défense et envers le bâtonnier d'Alger".
Il a demandé de déférer cette affaire devant la commission nationale des recours. Lors du procès en appel de l'ex-patron de Sovac, Mourad Oulmi, Me Abdelmadjid Sellini a demandé un report de l'audience pour des raisons de santé.
Le juge de siège a opposé une fin de non-recevoir à sa requête, au motif que l'administration pénitentiaire ne peut assurer la liaison, par vidéoconférence, entre la prison où est détenu l'homme d'affaires et le Palais de justice. Devant le refus du bâtonnier à renoncer à sa demande, il l'a menacé de l'évacuer de la salle par la force publique.
À ce moment-là, Me Sellini a flanché sous l'effet d'une hypertension artérielle. Ce qui a nécessité son transfert à l'hôpital. L'incident a provoqué le courroux de ses confrères d'Alger. Ils se sont résolus vendredi dernier à paralyser l'activité judiciaire dans la capitale pendant une semaine à partir du 27 septembre, et d'observer, dimanche, un rassemblement à la Cour d'appel.
C'est dire que pour nombre d'entre eux, les décisions de l'Union nationale des conseils d'ordres des avocats ne sont pas à la hauteur de leurs attentes. "Déterminer, dans le temps, le seuil des revendications et des actions ne pèsera pas. Il aurait fallu que l'Union nationale des barreaux adopte un ton plus tranchant et prenne des décisions plus radicales", estime Me Abdelghani Badi.
De son point de vue, les entorses aux droits de la défense et, par là même, aux droits des justiciables sont de plus en plus nombreuses et graves : "Sans une mobilisation forte des avocats, rien ne sera réglé." Il cite, en exemple, le cas du président de la cinquième chambre correctionnelle près la Cour d'Alger, boycotté par les plaideurs depuis le 24 mars 2020, jour du procès en appel de Karim Tabbou.
"Il juge des affaires sans avocats depuis des mois. Pourtant, aucune disposition n'a été prise contre lui par les autorités judiciaires", relève-t-il. Il suppose qu'il en sera ainsi pour son collègue de la première chambre pénale et tous les magistrats qui ne respectent pas vraiment les formes lors des procédures judiciaires.
Dès lors, il ne se fait pas d'illusion quant à l'aboutissement de la revendication formulée, hier, par l'Union nationale des conseils d'ordres d'avocats, en l'occurrence l'abrogation de la disposition afférente à l'organisation de procès à distance sans le consentement préalable du détenu ou de ses avocats.
L'amendement a été introduit, en août dernier par ordonnance, dans le code de procédure pénale. "La généralisation des procès par vidéoconférence enlève à la justice sa valeur humaine.
À ce titre, le recours à cette procédure doit rester exceptionnelle, car le prévenu a le droit de comparaître devant la juridiction et d'interagir avec elle", ont soutenu les membres du bureau de l'Union nationale des barreaux.
"Les derniers procès par vidéoconférence ont attenté aux principes des procès équitables et aux droits de la défense", ont-ils poursuivi, précisant que l'organisation n'a pas été consultée, en amont, sur ledit projet du ministre de la Justice.

Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.