32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Un vendredi sans heurts    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les non-dits
30e partie
Publié dans Liberté le 29 - 09 - 2020

Résumé : Une fois que la colère se soit dissipée, ils passent un bon moment ensemble. Après le dîner, elle insiste pour rentrer au cottage. Ils ont besoin de se retrouver en toute intimité. Elle espère qu'ils se rapprocheront enfin. Ses vieilles peurs reviennent à chaque fois qu'elle y pense.
-Ta mère s'inquiète car on n'a pas consommé notre mariage, lui confie-t-elle. Elle craignait que tu sois victime du mauvais œil ou de sorcellerie.
Rédha rit et l'attire dans ses bras.
-Ensorcelé par toi, peut-être que oui, émet-il. Tu es la première femme dans ma vie. Avant, j'étais tranquille. Quoi que je fasse, je n'avais pas à répondre pour mes actes, de mes échecs, à personne. Maintenant, j'ai deux femmes derrière le dos qui s'inquiètent pour moi.
-Tu en as de la chance, murmure Fadhéla. On est deux à prendre soin de toi. Ta mère veut notre bonheur. Elle voulait tant venir, et tout à l'heure, franchement, ton accueil était pareil à une douche froide.
-Je me suis excusé. J'étais surpris, pris de court... Mais cessons de parler et passons aux choses sérieuses. On ne va pas la décevoir cette fois. Peut-être que ce soir, on aura plus de chance. Comme ça, ma mère pourra dormir tranquille. Son fils n'a aucun problème de ce côté-là. Je ne suis pas victime du mauvais œil, et personne ne m'a jeté un mauvais sort.
-J'espère qu'on n'aura aucun blocage. Je ne veux pas décevoir ta mère, la mienne non plus.
-Arrête de me mettre la pression...
Il l'emmène dans une chambre tout en désordre. Rédha éteint la lumière, ne lui laissant pas le temps de bien regarder autour d'elle.
Le lendemain matin, alors que Fadhéla dort encore, Rédha sort acheter des viennoiseries. La nuit a été courte. Il est soulagé d'avoir pu dépasser leur blocage physique.
La première chose que fait Fadhéla après s'être réveillée est d'appeler sa belle-mère au cottage. Elle veut la rassurer.
-Yemma, tout s'est bien passé, lui dit-elle.
-C'est vrai ?
-Je te le jure. S'il te plaît, pourrais-tu m'apporter ma valise ? Je n'ai aucun vêtement.
-Je ne peux pas débarquer aussi tôt. Dis-lui de t'acheter ce dont tu as besoin en attendant, dit Nedjma. On se verra plus tard. Ma fille, je suis si heureuse et soulagée que vous ayez réglé le problème. Soyez heureux. Prends soin de lui.
Fadhéla le lui promet avant de raccrocher. Lorsque Rédha revient, il la trouve en train de préparer du café. Elle est tout émue. Il a aussi apporté des fleurs.
-J'avais idée de préparer un petit-déjeuner romantique. J'avais tout apporté pour. C'est tombé à l'eau, conclut-il. Tu n'aurais pas dû te lever.
-Je n'ai pas l'habitude de traîner au lit. Et puis, regarde autour de toi. Il reste des poubelles. Tout est à nettoyer.
-Tu ne vas pas t'y mettre aujourd'hui.
-Je ne peux pas vivre dans la poussière, et tout est poisseux. Tu vas m'aider, lui dit-elle. Sinon, je risque de tomber malade. Après le déjeuner, on attaque. Tu vas m'aider chéri ?
-Bien sûr...
Ils prennent le petit-déjeuner au salon. Fadhéla est embarrassée. Elle se rappelle qu'elle n'a rien d'autre à porter.
-Rédha, si tu peux me récupérer ma valise, lui demande-t-elle. Je n'ai pas de vêtements de rechange. Je ne peux pas faire les boutiques dès mon arrivée. S'il te plaît.
-Ok, j'y vais. J'appelle ma mère pour avoir l'adresse du cottage.
Il s'apprête à partir quand elle lui demande:
-Et si ton ami revient maintenant ?
-Tu es aussi chez toi. Mais n'entre pas dans l'autre chambre, lui dit-il. Il entre quand il veut. C'est plus qu'un colocataire, c'est un ami.

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.