Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Fragile consensus politique en Libye    «Le Maroc dissimule ses pertes»    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    La CAF veut-elle reprogrammer le match ?    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    "Le vaccin pour tous"    Air Algérie dévoile son programme de vols    Plus de 200 locaux fermés    Situation des artistes au temps du coronavirus : Les temps sont durs !    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    Ils ont été débarqués au port de Ghazaouet: Près de 100 harraga expulsés d'Espagne    Construction automobile: «Aucun changement n'est prévu dans le cahier des charges»    Chômage et système «D»    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Montréal rend hommage aux victimes d'Octobre 88
Le théâtre de rue au service du hirak
Publié dans Liberté le 06 - 10 - 2020

Le théâtre de rue au service du Hirak, synopsis : Hourya subit son procès public pour plusieurs chefs d'accusation dont le port du drapeau amazigh.
Devant un tribunal improvisé à même la rue, la militante tente de se défendre, convaincue qu'elle est de son innocence et de la légitimité de sa quête de liberté. Sans avocat, Hourya a vu un témoin clé venu à sa rescousse, battant ainsi en brèche le sévère réquisitoire du représentant du ministère public.
"Il est de mon devoir d'être à côté de tous les détenus injustement incarcérés", a plaidé la prévenue, listant dans son discours les noms des détenus d'opinion comme Drarni, Zeghilèche, Nekkaz, Tajadit, Benaoum, Tazaghart, etc., sous les applaudissements nourris du public.
Ce projet de théâtre de rue qui a mis en scène la réalité politique algérienne a été monté par Jamel Témiscamingue qui a attribué le rôle de Hourya à la militante Lynda Bennabi. "C'est la mise en scène du procès de la liberté en Algérie", a fait savoir cette dernière.
La pièce a été jouée en plein air par sept comédiens lors de la manifestation hebdomadaire du dimanche à la place du Canada, à Montréal. Ainsi, c'est par le 4e art que la diaspora a voulu rendre hommage aux victimes du 5 Octobre 1988, mais aussi à toutes les victimes de la répression politique qui a ciblé les mouvements populaires depuis l'indépendance.
Lors du rassemblement de ce dimanche, on a vu la participation de plusieurs dizaines de personnes encadrées par un important déploiement policier mobilisé pour faire respecter les restrictions sanitaires imposées par le gouvernement québécois à l'occasion du reconfinement partiel en vigueur depuis jeudi jusqu'au 28 octobre.
Lors des débats, les intervenants ont insisté sur la nécessité de rejeter le référendum du 1er novembre. À ce propos, l'opération "zéro vote" qui a fait ses preuves lors de la présidentielle du 12 décembre 2019 a été relancée.
Un comité d'activistes s'est chargé de faire le suivi. Outre le boycott de la consultation référendaire, les hirakistes préparent d'arrache-pied la marche populaire qui aura lieu le 1er novembre à Montréal.
"On ne vote pas quand les libertés sont brimées et des innocents croupissent en prison", a tonné un intervenant. La manifestation qui a débordé sur l'horaire de clôture a failli être chargée par la police qui a rappelé aux organisateurs la nécessité des respecter l'horaire autorisé de la manifestation ainsi que les consignes de restrictions sanitaires.

Yahia ARKAT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.