Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    L'Abef allège le recours au Credoc    Le pic de l'inconscience    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour une Algérie libre et démocratique
Marche de soutien au hirak à Montréal
Publié dans Liberté le 07 - 07 - 2020

Ce slogan générique résume la quintessence de la problématique du changement systémique réitéré dimanche, à Montréal, à l'occasion de la marche de la diaspora de soutien à la Révolution du sourire. Pour les centaines de manifestants qui ont battu le pavé des rues montréalaises à l'occasion de la Fête de l'indépendance, cette "loi non écrite" de la prééminence des militaires sur le pouvoir civil reste le verrou qui empêche la consécration pleine et entière de la citoyenneté. Dès 11h, des groupes de manifestants arrivaient à la place du Canada, point de départ de la manifestation.
La sonorisation amplifiait déjà les chants patriotiques, alors que Montréal sortait de son déconfinement imposé par la crise sanitaire. Les organisateurs s'affairaient à régler les derniers détails avant le coup d'envoi devant des policiers qui étaient là non pas pour réprimer les manifestants, mais pour leur baliser le chemin. "Qu'est-ce qui empêche la police algérienne de faire de même ?" s'est interrogée une manifestante, le drapeau national sur les épaules. La banderole portée par le premier carré met justement en garde le pouvoir sur sa propension à recourir à la répression, devenue un véritable violon d'Ingres. "Halte à la répression", y lit-on. Des autres carrés fusaient des slogans habituels du Hirak. "Libérez les détenus", "Le peuple veut l'indépendance", "Pouvoir assassin", scandait-on à tue-tête. "Djazayer horra dimocratiya", répliquaient des femmes, visiblement nombreuses.
La marche a emprunté la rue Peel avant de bifurquer sur la rue Sherbrooke pour finir devant le consulat algérien à Montréal. La procession humaine aux couleurs nationales et amazighes poursuivait son petit bonhomme de chemin dans une ambiance bon enfant. Toujours fidèle au rendez-vous, la mascotte du Hirak, Djamel Témiscamingue, brandissait ses caricatures à l'humour corrosif, capable d'arracher un fou rire à une statue en zinc. Devant le consulat, les manifestants ont crié leur rejet du pouvoir qu'ils invitent à déguerpir, comme pour rappeler la revendication historique de la révolution du 22 février : "Yetnehaw gaâ !" Un intervenant a lu une déclaration dans laquelle est rappelée l'illégitimité qui a frappé tous les régimes politiques qui se sont succédé depuis l'indépendance.
"Nous sommes là pour dire que le Hirak n'est pas fini et que ses revendications sont toujours d'actualité", a-t-il déclaré. Et à la foule de répliquer : "Ulac smah ulac !", avant de se disperser dans le calme, après que Qassaman eut déchiré le ciel de Montréal.

Yahia ARKAT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.