Le gouvernement entretient le suspense    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Numérisation en cours    «Nous jouerons le haut du tableau»    La FAF soutiendra le candidat sud-africain    Déjà en phase de modernisation    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour une Algérie libre et démocratique
Marche de soutien au hirak à Montréal
Publié dans Liberté le 07 - 07 - 2020

Ce slogan générique résume la quintessence de la problématique du changement systémique réitéré dimanche, à Montréal, à l'occasion de la marche de la diaspora de soutien à la Révolution du sourire. Pour les centaines de manifestants qui ont battu le pavé des rues montréalaises à l'occasion de la Fête de l'indépendance, cette "loi non écrite" de la prééminence des militaires sur le pouvoir civil reste le verrou qui empêche la consécration pleine et entière de la citoyenneté. Dès 11h, des groupes de manifestants arrivaient à la place du Canada, point de départ de la manifestation.
La sonorisation amplifiait déjà les chants patriotiques, alors que Montréal sortait de son déconfinement imposé par la crise sanitaire. Les organisateurs s'affairaient à régler les derniers détails avant le coup d'envoi devant des policiers qui étaient là non pas pour réprimer les manifestants, mais pour leur baliser le chemin. "Qu'est-ce qui empêche la police algérienne de faire de même ?" s'est interrogée une manifestante, le drapeau national sur les épaules. La banderole portée par le premier carré met justement en garde le pouvoir sur sa propension à recourir à la répression, devenue un véritable violon d'Ingres. "Halte à la répression", y lit-on. Des autres carrés fusaient des slogans habituels du Hirak. "Libérez les détenus", "Le peuple veut l'indépendance", "Pouvoir assassin", scandait-on à tue-tête. "Djazayer horra dimocratiya", répliquaient des femmes, visiblement nombreuses.
La marche a emprunté la rue Peel avant de bifurquer sur la rue Sherbrooke pour finir devant le consulat algérien à Montréal. La procession humaine aux couleurs nationales et amazighes poursuivait son petit bonhomme de chemin dans une ambiance bon enfant. Toujours fidèle au rendez-vous, la mascotte du Hirak, Djamel Témiscamingue, brandissait ses caricatures à l'humour corrosif, capable d'arracher un fou rire à une statue en zinc. Devant le consulat, les manifestants ont crié leur rejet du pouvoir qu'ils invitent à déguerpir, comme pour rappeler la revendication historique de la révolution du 22 février : "Yetnehaw gaâ !" Un intervenant a lu une déclaration dans laquelle est rappelée l'illégitimité qui a frappé tous les régimes politiques qui se sont succédé depuis l'indépendance.
"Nous sommes là pour dire que le Hirak n'est pas fini et que ses revendications sont toujours d'actualité", a-t-il déclaré. Et à la foule de répliquer : "Ulac smah ulac !", avant de se disperser dans le calme, après que Qassaman eut déchiré le ciel de Montréal.

Yahia ARKAT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.