Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Colère des souscripteurs AADL 1 et AADL 2
ILS ONT ORGANISE HIER UN SIT-IN DEVANT LE SIÈGE DE LA WILAYA DE BEJAIA
Publié dans Liberté le 12 - 10 - 2020

Les souscripteurs concernés par le programme AADL 1, lancé en 2001, réclament la distribution de leurs logements avant la fin de l'année en cours, et ceux inscrits au projet AADL 2, lancé en 2013, exigent quant à eux l'accélération de la cadence des travaux de VRD.
La colère des souscripteurs aux programmes de logements de type location-vente (AADL) de la wilaya de Béjaïa ne semble pas près de s'estomper. Après avoir organisé plusieurs rassemblements de protestation devant le siège de la wilaya et même sur le site d'Ighzer Ouzarif, abritant un nouveau pôle urbain situé sur les hauteurs de la commune d'Oued Ghir, les citoyens protestataires se sont rués hier matin vers le siège de l'agence AADL de Béjaïa, sise à la cité Si H'mimi Oufadel, pour dénoncer le retard criant pris dans la réalisation des projets AADL inscrits au profit de la wilaya de Béjaïa. Si les souscripteurs concernés par le programme AADL 1, qui remonte à 2001, réclament la distribution de leurs logements avant la fin de l'année en cours, ceux inscrits au projet AADL 2, lancé en 2013, exigent quant à eux l'accélération de la cadence des travaux de VRD (voirie et réseaux divers).
Il faut dire que les travaux engagés dans ce vaste chantier avancent à pas de tortue, d'où la colère des souscripteurs qui s'impatientent. Contraints de prendre leur mal en patience, ces derniers ont fini par descendre dans la rue afin de presser les autorités de la wilaya à intervenir auprès des entreprises en charge de la réalisation de ces travaux de voirie et de raccordement aux réseaux d'assainissement, de gaz naturel, d'électricité, d'eau potable et de fibre optique.
À sa sortie samedi dernier du siège de la wilaya, la présidente de l'association Espoir des souscripteurs au programme AADL 2, Mlle Sarah Ourabah, se dit "insatisfaite" des conclusions de l'entrevue qu'a accordée le secrétaire général de la wilaya aux délégués des citoyens rassemblés devant le siège de la même institution. Déplorant "l'absence inexpliquée" du responsable de l'agence AADL de Béjaïa à cette rencontre, Mlle Ourabah dénonce encore une fois les promesses sans lendemain des autorités en charge du secteur de l'habitat qui avaient, regrette-t-elle, fait croire à 5600 souscripteurs du programme AADL 1 de la wilaya de Béjaïa que la remise des clés de leurs logements allait intervenir durant le troisième trimestre de l'année en cours.
Finalement, toutes ces promesses s'avèrent être un véritable miroir aux alouettes ! L'oratrice interpelle par ailleurs les responsables de la wilaya à l'effet de procéder au lancement du projet portant réalisation de 2798 logements AADL à Sidi Boudrahem, avant la fin de l'année en cours.
Ne mâchant pas ses mots, Mlle Ourabah menace de recourir à d'autres actions, affirmant que "la prochaine étape nous amènera à faire un déplacement à Alger pour soumettre nos doléances aux autorités compétentes". "On ne va pas se taire !", fulmine-t-elle.
Pour rappel, le site d'Ighzer Ouzarif (commune d'Oued Ghir) abrite à lui seul plus de 16 000 logements, toutes formules confondues, dont 6600 unités dans le cadre du programme AADL. Au total, le programme AADL 2, lancé en 2013, comprend 9698 logements, dont 6600 à Ighzer Ouzarif, 2798 unités à Sidi Boudrahem (commune de Béjaïa) et 300 autres logements dont le site n'a pas encore été choisi, ont expliqué les responsables de l'association des souscripteurs au même programme. Quant au programme AADL 1, il contient 2450 logements.
À noter que les souscripteurs au programme AADL 1, majoritairement composés de chefs de famille, attendent leurs logements depuis 19 ans. Certains sont déjà passés de vie à trépas sans pouvoir réaliser leur rêve d'avoir un toit décent. Pour les "survivants", le cauchemar continue, en attendant des jours meilleurs.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.