L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume de Belgique en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    La stabilité de la région nécessite une solution définitive à la question du Sahara occidental    Jeux olympiques et paralympiques: versement de subventions financières à neuf athlètes    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    HABITAT : L'AADL lance une dernière opération de choix du site    Campagne de lancement de la culture de colza    Les eaux souterraines comme alternative    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    COMMUNIQUE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES : Le rôle néocolonial du Parlement européen dénoncé    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Un groupe de laboratoires offre le PCR à 8 900 DA    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Lueur d'espoir dans les hôpitaux    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Lancement prochain d'une école des gardiens de but    Castex attendu à Alger    Deux syndicats appellent à la réouverture des frontières    Non, je préfère me taire...    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Recettes naturelles pour foncer la couleur de vos cheveux    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Les candidatures des groupes armés rejetées    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    L'Opep+ examine les différentes options    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Aribi termine meilleur buteur    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lâcher d'une centaine de faisans à El-Esnam
En vue de promouvoir la pratique de la chasse à Bouira
Publié dans Liberté le 20 - 10 - 2020

Un jeune éleveur de faisans de la commune et aussi membre de l'association a décidé de faire un don de 100 faisans pour qu'ils soient introduits dans la région. Un autre habitant de la région a réservé une partie de ses terres pour y ériger un enclos afin de permettre aux faisans de s'acclimater à la région avant d'être lâchés dans la nature.
Une centaine de faisans de Colchide ont été lâchés récemment dans la localité de D'hous, sise à quelques encablures au nord de la commune d'El-Esnam, 13 km à l'est de Bouira. L'initiative, la première du genre dans la wilaya, est l'œuvre d'un groupe de chasseurs de la région qui se sont organisés en association appelée Chasse & Pêche Ath Yaâla, dont le dossier de demande d'agrément a été déjà déposé. L'idée de l'association a commencé à germer durant les longues semaines du confinement dû au coronavirus.
"Tout a commencé lorsque des jeunes épris de la chasse se rendaient à D'hous pour fuir la ville. Ces sorties servaient aussi à assurer la protection du gibier des braconniers. Car il y a des chasseurs qui font du braconnage. C'est à partir de là que tout le monde s'était mis d'accord pour créer une association pour mettre de l'ordre dans la pratique de la chasse. Notre première rencontre a eu lieu dans la forêt", a déclaré Boucheraïne Slimane, président de l'association.
Le projet des chasseurs a été appuyé et encouragé lorsqu'un jeune éleveur de faisans de la commune et aussi membre de l'association a décidé de faire un don de 100 faisans pour qu'ils soient introduits dans la région. Un autre habitant de la région a réservé une partie de ses terres pour y ériger un enclos afin de permettre aux faisans de s'acclimater à la région avant d'être lâchés dans la nature. "Des personnes nous ont aidés à réaliser ce projet. Je tiens à remercier Hamza Messaoudi, un jeune éleveur qui nous a offert cent faisans.
Comme je remercie aussi Belkacemi Slimane, dit Le Onze, de nous avoir permis d'installer un enclos sur ses terres où nous avons mis les faisans pour pouvoir s'acclimater. Sans l'aide de ces deux personnes et l'engagement de beaucoup de jeunes, nous n'aurions pas avancé dans notre projet", ajoute M. Boucheraïne.
Les projets de ces chasseurs ne se limitent pas aux faisans, mais également à d'autres gibiers, dont la perdrix et le lièvre qu'ils comptent réintroduire dans la région. Après le lâcher d'une centaine de faisans à D'hous, le président de l'association a tenu à souligner que la chasse dans cette zone est strictement interdite pour une période pouvant aller de deux à cinq ans.
Cette zone de chasse s'étend à près de 200 ha, où la chasse est interdite dans le but de permettre à cette espèce d'oiseau de se reproduire et de barrer la route aux braconniers. "Nous avons décidé que la chasse dans cette zone soit interdite pour une période qui peut aller jusqu'à cinq ans. Des panneaux y ont été déjà installés partout. L'association assure à présent la préservation de cette zone de chasse. Aujourd'hui nous sommes en train de sensibiliser les chasseurs", affirme notre interlocuteur, qui admet qu'il y a encore des chasseurs qui ne respectent aucune règle et qui ignorent tout du gibier.
M. Boucheraïne promet que les parties de chasse seront organisées, du moins au niveau de la zone de chasse qui leur a été délimitée par la Conservation des forêts. L'association s'engage également à remettre de l'ordre dans la pêche, qui est pratiquée dans l'anarchie au niveau du barrage Tilesdit, qui attire des pêcheurs qui viennent de plusieurs wilayas.

Ali CHERARAK


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.