Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banouh libéré de la JSK à moindre coût
Suite à la décision de la CNRL de la FAF
Publié dans Liberté le 22 - 10 - 2020

L'ex-attaquant de la JSK Hamza Banouh n'a bénéficié de la part de la CNRL que de 780 millions de centimes, soit moins que la moitié de la somme réclamée. Explications.
Libéré par la JS Kabylie en fin de saison 2019-20 pour "insuffisance technique", au même titre que Saâdou, Belaïli, Zeghdane et Addadi, l'attaquant Hamza Banouh, encore sous contrat pour une année, n'a pas signé de résiliation de contrat à l'amiable avec le club. Les deux parties ne sont pas parvenues à un accord pour le paiement de ses arriérés de salaire, correspondant, selon le joueur en question, à 11 mois de salaires impayés, notamment en ce qui concerne les 6 mois de la pandémie.
Du coup, libre de tout engagement, Banouh a saisi la Commission nationale de résolution des litiges ( CNRL) pour récupérer son dû, ce qui est tout à fait légitime, dans le mesure où il ne pouvait faire partie des effectifs de la JSK sans être payé. Il n'a pas joué à la JSK gratuitement, quoi ! Dans un communiqué publié sur son site officiel, la JSK annonce à ce titre que "l'avant-centre Hamza Banouh ne fait plus partie des effectifs de la JSK.
En effet, dans l'affaire qui oppose le joueur à la JSK, ce dernier a saisi la CNRL après sa libération par le club, et la JSK a eu au final gain de cause". Intéressons-nous à cette dernière affirmation de la direction de la JSK, qui soutient qu'elle a eu gain de cause. Un rapide coup d'œil sur la décision de la CNRL nous permet d'affirmer effectivement que la conclusion de la JSK n'est pas loin d'être juste.
Jugez-en : primo, la décision de la CNRL n'évoque aucune indemnité de licenciement, puisque le joueur est encore sous contrat, ce qui aurait dû être le cas dans une instance comme la commission du statut du joueur de la FIFA. Secundo, sachant que Banouh était payé 190 millions de centimes par mois à la JSK, il aurait dû donc récupérer, grâce à la CNRL, plus de 2 milliards de centimes. Or, selon nos informations, Banouh n'a bénéficié que de 780 millions de centimes, soit beaucoup moins que la moitié de la somme réclamée.
En vérité, le problème réside dans le fait que, pour les salaires durant la période de la pandémie, la CNRL applique un barème, pour le moins qu'on puisse dire, étrange puisque elle ne "paye" que 25% du salaire. Autrement dit, la JSK a gagné plus en acceptant le recours à la CNRL que de négocier en aparté la résiliation à l'amiable de Banouh.
D'autres clubs de la Ligue 1 qui ont libéré des joueurs suite à une séparation à l'amiable ont dû payer des sommes considérables. L'on comprend mieux dès lors le ton du communiqué de la JSK. Ce n'est pas la première fois que la JSK fait une "bonne affaire" avec la CNRL.
Le dossier Toufik Addadi, lui, a été aussi favorable. Le club a été condamné par la CNRL de la FAF à verser près de 800 millions de centimes à son ex-joueur Toufik Addadi, représentant ses arriérés de salaires impayés, alors que l'actuel milieu de terrain du MCA avait réclamé à la JSK 9 mois de salaire (il touchait 190 millions par mois), soit un peu plus d'un milliard sept cents millions de centimes, selon sa requête déposée à la CNRL.
Cette dernière a fini par lui attribuer seulement 3,5 mois de salaire et 3,5 mois de salaire de la période de confinement, à raison de 25% par mois, alors qu'il avait demandé 50%. Cependant, pour le cas Addadi, la direction de la JSK a décidé de faire appel auprès du TAS d'Alger. Le club kabyle ne conteste pas la libération du joueur puisqu'il était inscrit déjà sur la liste des libérés, mais plutôt le montant à payer.
La direction ne veut pas payer les salaires de la période de confinement, estimant que Addadi, convoqué au mois d'avril pour signer un protocole d'accord à propos justement de la rémunération de la période de confinement, conformément aux orientations de la FIFA et de la FAF, n'a pas daigné répondre. Il était, selon elle, en abandon de poste.

SAMIR LAMARI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.