Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La dévaluation du dinar est inévitable"
Le CARE estime que la monnaie nationale pourrait être un instrument de régulation
Publié dans Liberté le 22 - 10 - 2020

Pour le Care, l'entêtement à garder le dinar surévalué, maintenant un pouvoir d'achat artificiel et subventionnant de fait les importations, nous mène à l'impasse.
La dévaluation du dinar ne pourra pas être évitée au vu de l'état de détérioration des comptes extérieurs. C'est ce que pense le Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise (Care), qui vient de publier deux contributions pour lancer le débat sur cette "condition nécessaire, mais non suffisante, à la diversification de l'économie".
Pour le Care, "l'entêtement à garder le dinar surévalué, maintenant un pouvoir d'achat artificiel et subventionnant de fait les importations, nous mène à l'impasse et à des réajustements plus douloureux lorsque nous serons contraints de les faire".
Selon le think tank, la politique de change de la Banque d'Algérie ne protège pas la balance des paiements. Chiffres à l'appui, le Care relève que les autorités économiques algériennes ont privilégié la recherche de la stabilité des prix au détriment de l'équilibre des relations économiques et commerciales avec le reste du monde.
Autrement dit, elles ont choisi de garder un dinar surévalué, évitant de renchérir ainsi le coût des importations et le niveau des prix internes, mais acceptant du même coup de laisser dériver le déficit des échanges extérieurs.
"La surévaluation du dinar est bel et bien un choix de politique économique des autorités algériennes", souligne le think tank, estimant que pour réduire les importations, la dévaluation est un outil plus efficace que les restrictions administratives au commerce. Les ajustements significatifs du taux de change opérés en 2015 et sur une partie de l'année 2016 ont contribué à faire baisser effectivement la facture des importations, constate le Care.
En revanche, le système des restrictions administratives mis en place sous ses différentes formes à partir de l'année 2017 n'aura eu qu'un impact tout à fait limité, en dépit des moyens importants mobilisés pour son application.
"Les quotas aux importations, la manipulation incessante des tarifs douaniers et les autres approches de gestion administrative du commerce extérieur n'ont pas eu d'effets notables sur nos déficits commerciaux", soutient le think tank. Ils ont juste détérioré l'environnement des affaires, créé de forts incitatifs à la corruption et surtout réduit la concurrence sur le marché.
Dans les faits, affirme le Care, "il s'agit là d'une mise en évidence d'un principe économique largement et depuis longtemps admis, à savoir que le taux de change est l'instrument par excellence pour la régulation des échanges commerciaux internationaux".
Le Care conteste certaines raisons avancées qui poussent les autorités économiques algériennes à ne pas recourir à la dévaluation du dinar, préférant la régulation par les mesures administratives. Il relève que le recours massif à la planche à billets a aggravé la surévaluation du dinar.
Le think tank soutient que la dévaluation du dinar est une solution potentielle à de nombreuses contraintes que vit actuellement l'économie algérienne. "Dans le contexte de crise financière sévère que traverse notre économie, on peut envisager cinq catégories d'avantages qui, les uns comme les autres, sont loin d'être négligeables", argue le Care.
Le premier bénéfice attendu d'une dévaluation est celui du rétablissement progressif des équilibres économiques extérieurs. "Les politiques publiques adoptées jusque-là n'arrivent pas à contenir l'hémorragie des comptes extérieurs et donnent lieu à une érosion ininterrompue des réserves de change du pays", note-t-on.
L'autre bénéfice immédiat d'une dévaluation est lié à l'apport conséquent que cela entraîne en termes de recettes fiscales supplémentaires tout à fait précieuses compte tenu du niveau du déficit du budget de l'Etat. "Chaque pourcentage de dévaluation de la valeur du dinar procure au Trésor public l'équivalent de 43 milliards de dinars.
Une dévaluation de 25% de la valeur du dinar conduirait à des recettes supplémentaires de 1 075 milliards de dinars, soit l'équivalent de 54% du déficit budgétaire inscrit dans la loi de finances complémentaire pour l'année 2020", relève le Care.
Ce dernier estime, par ailleurs, que sans une dévaluation conséquente et un rétablissement d'une parité du dinar qui protège réellement la production locale, aucun accord commercial préférentiel ne saurait être viable. Pour le think tank, la dévaluation du dinar est inévitable. Le problème, c'est d'aménager les conditions de son applicabilité effective.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.