L'affaire de l'automobile sera rejugée    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    Des membres du COA convoqués par la justice    Ça coupe à Aïn-Naâdja !    La société civile espagnole renforce son soutien aux populations sahraouies    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    La dernière de Trump    La LFP ouvre un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Pr Amar Aït Ali Slimane plaide pour une gestion centralisée des lits d'hôpitaux    Saisie de 100 grammes de kif traité    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    Le Mouloudia d'Alger vise la victoire    Nul sur toute la ligne    L'héritage    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Sous pression    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Bientôt de nouvelles aides    Ouverture d'un guichet de la Casnos    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    La main de l'étranger à géométrie variable    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Le foot est mort    Ligue des champions: Buffles du Borgou - MCA, aujourd'hui à 15h00: Mettre fin à un syndrome africain    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Acquisition du vaccin anti-Covid: L'Algérie prudente    Une bande de malfaiteurs qui semait la terreur arrêtée    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les non-dits
51e partie
Publié dans Liberté le 24 - 10 - 2020

Résumé : Alors qu'ils sont à table, Fadhéla aperçoit Saïd au fond de la salle. S'ils n'avaient pas commandé, ils seraient partis. De tous les restaurants de Londres, il a fallu qu'il vienne ici. Fadhéla se demande s'il ne les a pas suivis. Rédha lui demande de l'oublier et de bien profiter de la soirée. Ils prendront le dessert à la maison...
- Yemma, la soirée aurait pu être inoubliable. Il a fallu que Saïd vienne tout gâcher. Il était passé à la maison pour soi-disant résilier le bail. Rédha lui a proposé de voir le propriétaire un autre jour. On pensait et croyait être débarrassés de lui, mais figure-toi qu'il a dîné dans le même restaurant que nous. Parfois, je pense qu'il nous a suivis.
- Il faut vous débarrasser de lui. Déménagez et partez sans laisser d'adresse, lui conseille Nedjma. Mettez de la distance entre vous.
- Oui. Moi aussi, j'ai le même sentiment. Je le trouve mauvais et faux.
- Est-ce qu'il appelle toujours Rédha ?
- Non, d'après lui ils n'étaient plus en contact depuis son départ. Cela nous a fait du bien de ne pas le voir. J'espère qu'il ne va pas s'incruster de nouveau dans notre vie.
- Inchallah ma fille ! Tiens-moi au courant.
Les jours et les semaines qui suivent, Fadhéla n'a pas beaucoup de temps. Son amie hadja Halima s'est fait opérer suite à une chute dans l'escalier. À sa sortie de l'hôpital, Soraya l'a appelée pour lui demander de s'occuper d'elle la journée et une nuit sur deux. Le salaire qu'elle lui a proposé était intéressant. Fadhéla aurait pris soin d'elle même sans être payée. Mais cette rentrée d'argent est la bienvenue. Elle pense à son bébé à venir, à sa famille qu'elle veut gâter. Elle lui manque tellement. Les soirs où hadja Halima n'est pas bien, Fadhéla passe la nuit avec elle. Les soins donnés à domicile lui facilitent la tâche. Elle n'a qu'à préparer à manger et lui tenir compagnie. Une femme de ménage vient deux fois par semaine. Quand elle est là, Fadhéla en profite pour faire un saut chez elle. Rédha, très pris par son travail, n'a pas le temps de ranger ni même de débarrasser la table.
La vaisselle encombre le plan de travail. Il s'est remis à ramener des cannettes de bière. Elle trouve aussi le cendrier plein de mégots alors qu'il ne fume pas. Elle ne comprend pas qu'il ne lui ait pas parlé des visites qu'il reçoit. Elle l'appelle alors qu'il est encore au bureau.
- C'est bien que tu appelles, chérie. Je vais tarder au bureau, la prévient-il. D'ailleurs, ce soir tu passes la nuit là-bas. Je n'aime pas rentrer à la maison quand tu n'es pas là.
- J'ai appelé pour te demander qui as-tu ramené à la maison. C'est quoi ce désordre, ces cannettes ? Tu avais arrêté de boire après le départ de ton ami. Pourquoi as-tu repris ?
- J'ai ramené un collègue, on avait travaillé ensemble. Le matin, je me suis levé en retard. Je n'ai rien pu faire. Je suis désolé.
- C'est trop...
- Chérie, je te promets de ne plus ramener de bière à la maison. S'il le faut aussi, je ne dînerai plus à la maison, comme ça je ne toucherai pas à la vaisselle, ça te va ?
- Je t'ai parlé de la boisson. Je suis heureuse quand tu manges à la maison. Je prépare ces plats avec amour pour toi, lui rappelle-t-elle. Rédha, dis, est-ce que tu revois Saïd ?
- Mais qu'est-ce que tu vas imaginer ? Tu sais que je passe tout mon temps à travailler dur pour que notre enfant ait une belle vie. Même toi, tu t'es mise à travailler pour être sûre qu'il ne manque de rien.
- Oui, je veux t'aider, mais si pendant mon absence tu renoues avec tes vieilles habitudes, j'arrêterai, le prévient-elle. Mon foyer passe avant tout.
- Moi aussi, figure-toi, réplique Rédha. Hier soir, j'ai eu ma mère et ma sœur. Elles s'inquiétaient de ne pas pouvoir te joindre. Fadhéla, garde tout pour toi. Ma mère n'a pas quarante ans. Je ne veux pas qu'elle se fasse du souci pour nous !
- Tu as raison sur ce point. Ne tarde pas. Je t'attends...
- Promis ? Tu ne lui diras rien ?
Elle ne le lui promet pas. En fait, elle est remontée contre lui. Elle qui aspirait à se reposer un peu doit tout faire. En vidant le cendrier, elle remarque deux bouts de cigarettes marqués par du rouge à lèvres. Elle râle, tout en les mettant de côté. Elle est si énervée qu'elle finit le ménage en quelques minutes.
Elle s'assoie dans le salon et attend son retour. En posant la main sur son ventre, elle respire et expire plusieurs fois, espérant retrouver son calme...

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.