Man Utd : Fernandes répond à Klopp    Liverpool : Salah respecte les décisions de son coach    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les non-dits
50e partie
Publié dans Liberté le 22 - 10 - 2020

Résumé : Fadhéla prie Rédha d'expliquer à sa mère pourquoi il ne voulait pas qu'elle vienne, car elle est âgée et pourrait mal le prendre. Il risque d'avoir des regrets toute sa vie. Il suit son conseil et lors du bref appel il lui explique tout. Ils partent ensuite au restaurant. Rédha bloque un appel puis supprime des messages qu'il reçoit sans arrêt...
- Ce sont des pubs, dit-il, avant d'éteindre son portable. Je ne veux pas qu'on nous dérange. Ce soir est unique. C'est une date à ne pas oublier.
- Je ne risque pas, répond Fadhéla. Il y a la date et l'heure à la seconde près sur l'échographie. Je n'arrive pas encore à réaliser que nous serons parents dans quelques mois.
Elle fronce les sourcils en apercevant Saïd au fond de la salle.
- Il est là, murmure-t-elle en le lui désignant du regard. Ce ne peut pas être une coïncidence ! Il nous a suivis ?
- De qui parles-tu ? l'interroge-t-il en tournant la tête, suivant son regard. Saïd, ici ?
- De tous les restaurants de Londres, il fallait qu'il vienne ici. Si on n'avait pas commandé, on partirait ailleurs, dit-elle exaspérée, alors que Rédha posait la main sur la sienne. Ce n'est pas de chance. Je me sentais observée et quand je cherche je le trouve, lui.
- Calme-toi, chérie. Il est libre d'aller où il veut et de dîner où cela lui plaît. Cela ne doit pas gâcher notre soirée, la prie-t-il. Ignore-le. Ou si tu veux, on échange de place, propose-t-il.
Fadhéla retire sa main puis, fermant les yeux, elle se masse les tempes.
- Il nous a suivis, j'en suis sûre.
- Non, ce n'est pas possible, réplique Rédha. Pourquoi le ferait-il ? Ce n'est pas un psychopathe.
- Regarde, il n'a pas encore été servi. Il a juste un verre à la main.
D'ailleurs, il le soulève en leur direction et leur sourit en hochant la tête, comme pour les saluer.
- J'espère qu'il ne va pas s'inviter à notre table, émet-elle, l'avertissant. S'il vient et que tu le laisses s'asseoir, moi, je pars. Je ne le sens plus. Pourquoi a-t-il fallu qu'on vienne ici ?
- Je dois t'avouer qu'avant on y venait avec d'autres amis, confie Rédha. Mais je ne pouvais pas savoir qu'il serait là ce soir. Si tu veux, je peux demander au serveur qu'on a changé d'avis et qu'on emporterait tout. On sera plus à l'aise à la maison.
- Ah non ! On mange ici. Hors de question qu'on parte. Dès qu'il est venu à la maison, il avait gâché ma joie. J'aurais dû y voir un signe. Mais bon...
- Alors souris, la prie Rédha. Un grand sourire. Je n'aime pas te voir tendue. Je vais me laver les mains. Je ne tarde pas.
Il quitte la table au moment où le serveur apporte les entrées et la paëlla. Elle n'y touche pas, décidant d'attendre Rédha. Elle cherche du regard si les toilettes sont visibles et là, elle s'aperçoit que Saïd n'est plus à sa table. Elle ne l'a pas vu sortir. À moins qu'il ne soit allé aux toilettes.
Elle s'apprête à se lever quand elle voit Rédha revenir. Saïd aussi. Il va à sa table mais change de place. Il lui tourne le dos. Elle préfère ainsi car elle n'aurait rien pu avaler.
- Il t'a suivi aux toilettes, remarque-t-elle. Il est malade, ma parole !
- Je lui ai dit de partir. Figure-toi qu'il m'a rappelé que le restaurant ne m'appartient pas, réplique Rédha. Je lui ai dit qu'on ne veut pas le voir.
- Vivement qu'il sorte de nos vies !
- Ne parlons plus de lui, la prie Rédha. Oublie-le. Régale-toi. Moi, je ne peux plus attendre. Je meurs de faim. Bon appétit !
- Toi aussi...
Fadhéla sourit en le regardant manger rapidement.
- Un vrai régal, dit-il. Allez, mange ! Après on prendra des glaces pour le dessert. On les dégustera à la maison. Loin de Saïd. S'il ose encore nous épier, je lui arrache les yeux...

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.