Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouvelle alerte
Les hôpitaux face à la recrudescence des cas de Covid-19
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2020

Les hôpitaux face à la recrudescence des cas de Covid-19
-Nouvelle alerte
Les courbes de contaminations et des patients placés en soins intensifs sont reparties à la hausse. Le ministre de la Santé a instruit les hôpitaux de rouvrir d'autres unités dédiées à la Covid-19.
Pour éviter d'être submergé par la nouvelle vague épidémique qui déferle ces derniers jours, le ministère de la Santé vient d'adresser une nouvelle instruction aux chefs d'établissements hospitaliers, à l'effet de remobiliser les services médicaux face à l'épidémie qui est en train de s'emballer. La directive du ministre de la Santé sonne comme une nouvelle alerte dans les hôpitaux.
L'instruction vise la réouverture d'autres unités médicales dédiées à la Covid-19 et le renforcement des services de réanimation par des lits supplémentaires, compte tenu du nombre de cas enregistrés chaque jour depuis la mi-octobre. En somme, les derniers décomptes communiqués par l'instance scientifique de veille épidémique confirment que le virus circule plus vite et pourrait s'avérer plus virulent que lors de la vague du printemps.
Les courbes de contamination et des patients placés en soins intensifs repartent en fait à la hausse. Une simple tournée dans certains établissements hospitaliers du centre du pays montre que les hôpitaux sont en alerte maximale. Ces établissements affûtent leurs armes pour affronter cette nouvelle épreuve. Cette nouvelle vague que le Comité scientifique refuse de décréter comme étant la deuxième, intervient dans un contexte épidémique automnal qui favorise la propagation de la grippe saisonnière.
Les spécialistes en médecine relèvent que les dommages dus à la Covid-19 conjugués à la grippe saisonnière risquent d'être plus fâcheux que ceux déplorés durant les mois de juin et juillet lorsque la pandémie avait pulvérisé le record de contagion en atteignant le seuil de 642 cas confirmés en 24 heures. La nouvelle alerte du département d'Abderrahmane Benbouzid nous rappelle celle donnée au lendemain de la réunion du 9 juillet consacrée à la crise sanitaire, lorsque le chef de l'Etat avait donné des instructions au gouvernement pour résoudre le problème des hospitalisations en dépit de la disponibilité des lits.
Il avait fallu que le chef de l'Etat critique l'approche de la prise en charge de la maladie pour que les autorités sanitaires augmentent le nombre de lits réservés pour la Covid à 20 000 places à travers le territoire national. Par conséquent, il est question aujourd'hui aussi de revenir à l'organisation hospitalière de "guerre" décrétée durant le mois de juillet pour affronter les hauts pics épidémiques. "L'instruction de Benbouzid nous fait revenir au schéma du mois de juillet.
On mettra en branle le même dispositif", a lâché avant-hier, en fin de journée, un jeune médecin, très épuisé, qui venait de finir une astreinte de 8h à 18h au CHU Issad-Hassani de Beni Messous. "Mon astreinte n'a pas été de tout repos. Le flux de malades pour une consultation est en train de grimper jour après jour", regrettera-t-il. Notre interlocuteur enchaîne pour tirer la sonnette d'alarme quant aux formes des cas de Covid identifiés depuis plus d'une semaine.
Il expliquera qu'il y a un grand nombre de cas graves, oxygéno-dépendants, qui nécessitent une prise en charge en réanimation. "Le tableau clinique de la pathologie a changé. L'irruption cutanée et la diarrhée sont des symptômes récurrents", indiquera notre source. Un autre praticien exerçant dans le même établissement, citant un collègue qui avait fait une garde de 24 heures, avertira que "pas moins de 120 patients ont été examinés. 30 cas nécessitaient une hospitalisation et 14 autres étaient des cas sévères devant être transférés en réanimation qui affichait complet".
"Un patient est mort avant d'être hospitalisé", regrettera notre interlocuteur. D'autres témoignages recueillis auprès du personnel soignant de l'EPH de Baïnem et du CHU Mustapha-Pacha font état du même constat d'afflux important de patients qui se présentent aux urgences. On nous signale que l'hôpital de Rouiba affiche complet depuis au moins trois jours. "Les 75 lits réservés au Covid-19 sont totalement occupés", soutiendra un spécialiste de l'EPH de Rouiba. Joint hier par téléphone, un praticien exerçant au CHU Abdenour-Sâadna nous informe que le manque de places commence à se faire sentir au niveau de leur hôpital.
"La réanimation affiche complet, alors que nous identifions beaucoup de cas de forme sévère", regrettera notre interlocuteur avant d'imputer cette situation à la décision prise de réduire le nombre de lits en réanimation. Le personnel soignant regrette, cependant, la baisse de vigilance de ces citoyens qui se sont inscrits dans une situation de post-Covid alors que le virus continue de frapper cette fois-ci de manière très forte.
Le Comité scientifique, qui guide le gouvernement dans cette crise sanitaire, devra envisager une nouvelle stratégie de lutte adaptée et de nouvelles mesures exceptionnelles plus rigoureuses, pour éviter l'affaissement du système hospitalier. Le maintien de la fermeture des frontières ne semble pas suffire pour juguler l'expansion effrénée de l'épidémie après l'apparition des nouveaux clusters épidémiques dans plusieurs régions du pays.

Hanafi H.
FAWZI DERRAR, DG DE L'INSTITUT PASTEUR D'ALGERIE
-"Les jours à venir seront plus difficiles à gérer"
FACE AU MANQUE DE MOYENS DE PROTECTION CONTRE LE CORONAVIRUS
-Les soignants interpellent le gouvernement
DES MEETINGS DE CAMPAGNE SANS RESPECT DU PROTOCOLE SANITAIRE
-Quand la politique chahute la stratégie de lutte
LA PANDEMIE EXPLOSE À BEJAIA
-Plus de 300 cas de contamination en trois jours


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.