SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Bouira : Les structures sportives se dégradent    Arsenal - Wilshere : "Özil ? C'est une honte"    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Haïzer (Bouira) : Dysfonctionnements à la polyclinique    Violences contre les femmes : 96 affaires traitées depuis janvier à Tizi Ouzou    Man City : Mahrez et ses coéquipiers assurés de terminer premiers de leur groupe    7 conseils pour dormir plus rapidement    Combat «Don quichotien» ?    Indifférence aux prix    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Quand s'endetter rapporte    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Procès de Karim Tabbou : verdict le 07 décembre    NI OFFRE NI DEMANDE    oeuvres sociales de l'Education: Une prime pour le personnel infecté par la Covid-19    Khenchela: L'ancien et l'actuel directeurs de la CCLS écroués pour corruption    Henri Teissier, l'ancien archevêque d'Alger, est décédé    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Prolongement du confinement partiel dans 34 wilayas    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    La vente des billets à partir de demain    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Multiplication des manifestations contre la France
Des dizaines de milliers de Bangladais sortis hier dans la rue
Publié dans Liberté le 28 - 10 - 2020

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté hier à Dacca, appelant au boycott des produits français et brûlant une effigie du président Emmanuel Macron, l'accusant même d'"adorer Satan", après sa défense de la liberté de caricaturer le prophète Mohamed.
Dans le monde entier, des musulmans ont réagi avec colère aux propos de M. Macron qui a promis de ne pas "renoncer aux caricatures" du prophète Mahomet, lors d'un hommage national mercredi dernier à Samuel Paty, un professeur décapité dans un attentat islamiste le 16 octobre pour en avoir montré certaines à ses élèves lors d'un cours sur la liberté d'expression.
L'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, qui avait publié ces caricatures en 2006, avait été victime en 2015 d'un attentat terroriste qui avait fait 12 morts, dont des journalistes et caricaturistes du journal. À Dacca, plus de 40 000 personnes ont participé, selon les estimations de la police, à cette marche, organisée par l'Islami Andolan Bangladesh (IAB), l'un des principaux partis islamistes bangladais.
Elle a été stoppée avant de parvenir près de l'ambassade française dans la capitale du Bangladesh, pays majoritairement musulman. Le parti IAB a appelé à d'autres manifestations dans tout le pays demain et vendredi. Le flot de critiques envers M. Macron et les appels au boycott des produits français ont notamment été alimentés par la Turquie, dont le président Recep Tayyip Erdogan a mis en question "la santé mentale" de M. Macron.
En Syrie, dans la bande de Gaza ou en Libye, des portraits de M. Macron ont été brûlés. Dans plusieurs pays du Golfe, des marchandises françaises ont été retirées des étals. Téhéran a convoqué le numéro deux de l'ambassade de France en Iran.
Islamabad a fait de même avec l'ambassadeur de France au Pakistan. Le Maroc a "vigoureusement" condamné les caricatures. Le Conseil des sages musulmans, basé à Abou Dhabi et présidé par le grand imam d'Al-Azhar, a annoncé son intention de poursuivre Charlie Hebdo et "quiconque offense l'islam".
M. Macron, qui a reçu le soutien de dirigeants européens après les attaques de M. Erdogan, a tenté dimanche de calmer le jeu avec une série inhabituelle de tweets en trois langues – français, anglais, arabe –, assurant : "Nous respectons toutes les différences dans un esprit de paix. Nous n'acceptons jamais les discours de haine et défendons le débat raisonnable. Nous continuerons."

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.