Le RND condamne vigoureusement la résolution du Parlement européen sur les droits de l'homme en Algérie    Décès du Moudjahid Said Bouhadja: l'Amenokal de l'Ahaggar présente ses condoléances    Liverpool : Les Reds placent deux internationaux sur la liste des transferts    Elections du Conseil de la Fifa : Zetchi s'attend à "une rude concurrence"    Championnat d'Afrique d'Aviron en salle: L'Algérie participe avec 11 athlètes    Pluies orageuses sur plusieurs wilayas à partir de vendredi en fin de journée    Coronavirus: 1058 nouveaux cas, 612 guérisons et 20 décès ces dernières 24 en Algérie    Le Commandant de la Gendarmerie en visite au 4ème Commandement régional de Ouargla    France. Les archives cadenassées de la guerre d'Algérie.    ORAN : Explosion d'un transformateur électrique 60/30 kV à El Kerma    Ligue 1: ouverture d'un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    Lyon: Aouar sanctionné, Garcia approuve    SITUATION POLITIQUE EN ALGERIE : Goudjil dénonce une "campagne" contre l'Algérie    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    TIARET : Remise des clés à 2322 bénéficiaires de logements    OUED LILI (TIARET) : 2 voleurs de cheptel arrêtés après un accident de la route    ABANDONNES PAR L'ENTREPRENEUR : Des bénéficiaires de LPA crient à l'injustice à Mascara    MANQUE D'EAU A SIDI BEL ABBES : Ain Témouchent appelée à la rescousse    Ligue des champions: le CRB et le MCA pour démarrer du bon pied    L'APLS poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Conseil des MAE de l'OCI: Boukadoum conduira la délégation algérienne    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    Saïd Bouhadja n'est plus    Des journalistes créent une association nationale de soutien avec le peuple sahraoui    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    "La sécurité, c'est mieux !"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Kaboré en tête des résultats partiels    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey
Ancienne résidence d'été AU Titteri (Médéa)
Publié dans Liberté le 28 - 10 - 2020

Construit en 1819, ce site, qui s'étend sur une superficie de 8 370 m2, est situé à M'sallah, sur les hauteurs de la partie sud de la ville de Médéa, ancienne capitale du beylik de la province du Titteri qui a vu se succéder 17 beys.
L'antenne locale de l'Office national de la gestion et de la protection des biens culturels protégés (OGEBC) a lancé du 25 au 31 octobre, en collaboration avec l'association de wilaya des amis du musée, une opération de sensibilisation et de restauration du site historique Haouch El-Bey.
Faisant partie du patrimoine historique de la wilaya, Haouch El-Bey est un site hérité de la période ottomane, situé à M'sallah, sur les hauteurs de la partie sud de la ville de Médéa, ancienne capitale du beylik de la province du Titteri qui a vu se succéder 17 beys.
Haouch El-Bey est un site d'une grande valeur historique.Selon Mme Talbi F.-Zohra, responsable de la circonscription archéologique de l'OGEBC de la wilaya de Médéa, il y a urgence à valoriser ce patrimoine qui a subi les méfaits de la patine du temps,les agressions de la main de l'homme et les effets de la colonisation : "Nous entamons les travaux restauration du site, car celui-ci a subi des dégradations et des déprédations tout au long des périodes passées et même après l'indépendance.
Il faut rappeler que ce patrimoine a servi de résidence d'été à des beys du Titteri qui installaient leurs harems et leurs cavaleries dans cet endroit." Construit par le bey Boumezrag, dernier bey du Titteri auquel on doit plusieurs autres monuments, dont sa résidence d'hiver Dar El-Bey, Haouch El-Bey est une résidence d'été qui a été érigée en 1819.
Le site s'étend sur une superficie de 8 370 m2 et attend d'être restauré et classé. Il compte de nombreuses constructions séparées par des cours, selon l'architecture ottomane, où un pavillon est réservé au harem du bey.
Une autre partie abrite les écuries et des pièces pour la garde, a expliqué Mme Talbi. Haouch El-Bey a été utilisé par la colonisation française qui a installé sa garnison de cavalerie, puis par des organismes publics et privés après l'indépendance pour servir de siège, de dépôt, d'atelier de fabrication de chaussures, de bureaux du collectif d'exploitants agricoles, de logements aux familles sinistrées et de refuge pour les familles fuyant le terrorisme.
Ce qui a eu des répercussions négatives sur l'état des lieux, causant des dégradations à un important site qui représente un pan de notre histoire et qui nécessite aujourd'hui des travaux de restauration pour accueillir le public.
À noter que les actions de volontariat entreprises par l'OGEBC par le biais de ses agents afin de valoriser l'endroit demeurent insuffisantes pour le rendre accessible aux visiteurs, a souligné Mme Talbi F.-Zohra.
Par ailleurs, le fortin, appelé par les autochtones el-bir ou puits, une ancienne guérite se trouvant à quelques encablures de Haouch El-Bey, a été restauré il y a quelques années par les services de la direction de la culture de Médéa.
Le vestige était utilisé par les janissaires pour surveiller les lieux, étant situé dans un emplacement dominant la capitale du beylicat, et qui avait surtout servi à la surveillance des vallées boisées et des chemins escarpés des alentours. De forme conique, d'une hauteur de plus de 7 m et de 3 m de diamètre, il a été par la suite utilisé par les forces coloniales comme lieu de torture.

M. EL BEY


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.