Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La Fourmi" d'Oran !
...SOUFFLES...SOUFFLES...SOUFFLES...
Publié dans Liberté le 12 - 11 - 2020

Ce n'est pas une fable de La Fontaine ! Non plus un conte tiré du majestueux ouvrage Kalîlawadimna d'Ibn al-Mouqaffae !
Je ne vous raconte pas un conte, parce que celui qui raconte le jour, disait ma grand-mère, enfantera des enfants chauves ou teigneux, dit le conte ! Donc, je suis en pleine réalité réelle !
Je vous parle de "La Fourmi" d'Oran ! Ce n'est pas cette fourmi noire que, enfants, l'on appelait "la fourmi arabe" ni non plus celle de couleur rouge et de grande taille que nous désignions par le nom "fourmi roumi" ! Certes, "La Fourmi" d'Oran, comme les autres fourmis, les noires et les rouges, les arabes ou les roumis, a des ailes, a de l'intelligence, a du savoir-faire et a du savoir-vivre !
Quand la colonisation française a plié bagage, Oran disposait d'une vingtaine de salles de cinéma. Des salles de cinéma, à l'instar de celles de Paris ! Je répète : à l'instar des salles de cinéma de Paris. Paris, capitale de la France, pays colonisateur.
Un grand butin culturel de guerre !
Les Oranais, comme les populations des autres villes algériennes, les métropoles, les moyennes et les petites de l'intérieur du pays, ont fêté l'indépendance avec un butin de guerre culturel cinématographique extraordinaire ! À Oran, à l'instar de toutes les villes algériennes libérées, dans chaque quartier, il y avait au moins une salle de cinéma, si ce n'est plus. Et chaque salle était spécialisée dans la projection d'un genre de film : les films indiens, américains, policiers, égyptiens... Cela n'est pas de la nostalgie, mais une visite à un commencement qui a mal commencé !
Certes, cette jeunesse oranaise, comme les autres jeunesses dans d'autres villes, des quartiers populaires oranais Eckmühl, Tirigo, Amandiers, Boulanger, Gambetta, Sidi Elhouari, Plateau, El-Yahat, Mdina Jdida... ne se souvient pas, plutôt n'arrive même pas à croire, qu'il existait à côté de leur lieu de résidence une belle salle de cinéma qui représente toute une mémoire culturelle. Et que cet établissement cinématographique a été convoité, pillé, vendu, fermé, transformé, détourné, ruiné...
Aujourd'hui, à Oran, aucune salle de cinéma ne fonctionne d'une façon professionnelle. Quelques-unes sont utilisées, de temps en temps, pour les meetings des partis politiques, à l'occasion d'élections locales, nationales ou présidentielles.
Dans une ville où le nombre de la population tourne autour de deux millions, peut-être un peu plus, les Oranais, de tout leur butin culturel de guerre d'indépendance, il ne reste debout que l'Opéra, construit en 1906 et inauguré en 1907 ! Devenu le théâtre régional d'Oran après l'indépendance et qui porte le nom d'Abdelkader-Alloula, assassiné par le terrorisme islamiste en 1994.
La seule institution culturelle butin de guerre qui reste encore en vie ! Les autres ont rendu l'âme !
Vingt ans de bahboha el maliya, l'abondance financière, où la îssaba au pouvoir jetait l'argent par les portes et par les ports !! et on n'a pas construit un seul théâtre à Oran, aucune bibliothèque de lecture publique, ville sans maison de culture, aucun conservatoire, aucune école des Beaux-Arts !
Et cette ville appelée Oran a été proposée par le RCD comme capitale méditerranéenne depuis les années 1990. Une ville qui a marqué beaucoup de poètes, de romanciers et de peintres, de Cervantès, en passant par Camus, jusqu'à Nizar Kabbani et Saâdi Youssef !
Mais aujourd'hui, à Oran, il y a "La Fourmi" !
Ma grand-mère me disait que la Fourmi est un symbole de bien, de bon, un signe d'el-khir ! La maison où il y a une colonie de fourmis, cela signifie qu'il y a des grains, du blé et du pain pour tout le monde. Et Oran d'aujourd'hui a sa Fourmi !
Et "La Fourmi" d'Oran n'est ni une fourmi noire ni une autre rouge, elle est un géant petit théâtre qui brise le silence. Un petit bijou artistique qui rend le sourire à cette ville marginalisée.
"La Fourmi" d'Oran est le premier établissement culturel réalisé par un privé.
Et c'est un bon signe à encourager. Espérons qu'il drainera d'autres investisseurs, ceux qui ont les moyens et l'amour de l'art, à s'engager dans le domaine de la culture !
"La Fourmi" ouvrira bientôt ses portes pour le plaisir culturel et artistique des Oranais et de leurs hôtes, pour le plaisir de tous les Algériens.
"La Fourmi" sera un lieu pour le théâtre, la littérature, l'art plastique, le cinéma. En somme, un espace pour la beauté et l'intelligence. Merci au dramaturge et réalisateur Mourad Senouci, directeur artistique de cette belle réalisation, qui fait un travail de fourmi pour la réalisation de "La Fourmi".
Oui, comme l'a bien dit ma mère : "La fourmi est le symbole du bien, du bon et de l'aisance !"
A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.