Les propositions du mouvement El-Islah    Toujours pas de conclusions    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Un an de prison ferme requis    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    L'incontournable rendez-vous des hirakistes    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    Football - Ligue 1: Un état des lieux préoccupant    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le silence assourdissant des partis du pouvoir
Après les déclarations du président français sur la situation politique en Algérie
Publié dans Liberté le 23 - 11 - 2020

les partis, notamment le FLN, le RND et TAJ, tout comme les partis islamistes, à l'instar du mouvement El-Bina, se complaisent dans un silence autant assourdissant qu'énigmatique.
Plus de quarante-huit heures après les déclarations du président français, Emmanuel Macron, sur l'Algérie, les partis du pouvoir ou évoluant dans sa périphérie observent un mutisme pour le moins intrigant. Aucune réaction n'est enregistrée pour l'heure.
Ni de leur part ni du côté officiel, si l'on excepte celle de l'ONM. Si prompts d'ordinaire à saisir la moindre occasion pour s'ériger en gardiens du temple du "nationalisme et du souverainisme", les partis, notamment le FLN, le RND et TAJ, tout comme les partis islamistes, à l'instar du mouvement El-Bina, se complaisent dans un silence autant assourdissant qu'énigmatique.
Pourtant, le contenu de l'entretien accordé par le président français au magazine Jeune Afrique, paru vendredi, assimilé par plus d'un observateur à "une grave ingérence" dans les affaires internes de l'Algérie, ne les aurait, en d'autres circonstances, pas confinés au silence.
Une attitude similaire est observée aussi chez les organisations satellites, dont les animateurs se bousculent d'habitude au portillon des chaînes TV offshore, tolérées par l'Etat algérien, pour se livrer à la surenchère à chaque fois qu'il est question d'agiter la... main de l'étranger, de crier au complot contre la nation ou d'amplifier des menaces qui pèseraient sur le pays.
Une agitation dans le but évident de faire diversion sur les revendications politiques, sociales et économiques des Algériens.
On se souvient d'ailleurs du zèle et de la promptitude avec lesquels le FLN, le RND et TAJ avaient réagi à la résolution du Parlement européen, votée en novembre 2019, en faveur du mouvement populaire en Algérie et condamnant la répression et l'emprisonnement des manifestants pacifiques du Hirak.
Les groupes parlementaires des trois partis, ainsi que les présidents des deux Chambres (APN-Sénat), en l'occurrence Slimane Chenine et Salah Goudjil, avaient dénoncé, faut-il sans doute le rappeler, une "ingérence flagrante dans les affaires internes" de l'Algérie, en qualifiant ladite résolution de "provocation à l'encontre du peuple algérien".
Même l'Organisation nationale des enfants des chouhada (Onec) n'avait pas manqué l'occasion de joindre sa voix à ces "prétendus" gardiens du temple pour exprimer son "regret" et crier sa "colère" à la face du Parlement européen.
Mais cette propension à l'indignation de "conjoncture" n'est pas spécifique aux partis traditionnels du pouvoir. Ce type d'agitation "saisonnière" est largement partagé aussi par la mouvance islamiste.
L'été passé, Abderrezak Makri, Abdelkader Bengrina et Abdellah Djaballah, pour ne citer que quelques figures de cette nébuleuse, avaient accusé de "subordination à la France" tous ceux qui ne partageaient pas la dimension islamiste "exclusive" qu'ils voulaient imprimer à la nouvelle Constitution.
Et aujourd'hui encore, les partisans d'un ordre moral nouveau s'emploient à interdire la langue française dans les institutions étatiques et les administrations publiques, et militent carrément en faveur du retrait de son enseignement à l'école.
Exemple illustratif : le ministre fraîchement installé du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, El-Hachemi Djaâboub, membre dirigeant du MSP — mais en bisbille avec son parti depuis sa nomination —, qui a décidé de supprimer l'utilisation de la langue française dans tous les services rattachés à son département.
À l'inverse, les partis et les mouvements progressistes et démocrates, qui ne s'inscrivent pas forcément dans cette logique "rétrograde", sont accusés de "traîtrise" et de "hizb frança" (parti de la France) par ceux-là mêmes qui, aujourd'hui, restent mutiques devant les "injonctions" d'Emmanuel Macron sur la "transition en Algérie". Mais les choses ont peut-être le mérite d'être claires, cette fois-ci...

Mehdi M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.