L'Agence nationale du foncier opérationnelle en 2022    Covid-19 : Obligation d'un PCR négatif de 48h pour les passagers à destination de la France    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Le président Tebboune préside l'ouverture des travaux de la conférence nationale sur la relance industrielle    Les indépendants incontournables    L'Algérie sollicite l'expertise de la Berd    Plus de 4 000 employeurs récalcitrants à Béjaïa    FMI : "Les perspectives restent difficiles"    Nécessité de renforcer la coopération entre les pays dans le domaine de lutte anti-terroriste    CRB-NAHD, l'affiche    Le CA Batna récupère les points défalqués    FLN-RND, la guerre de tranchées    Distribution d'équipements à des personnes aux besoins spécifiques    Plusieurs axes routiers fermés    Le spectre d'Omicron    Epreuve de passage et de confirmation    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Amara pour une plus grande représentativité de l'Algérie    Cherfa exclut tout retour à ce système    10 morts dans une attaque terroriste    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Lancement du projet avant la fin de l'année    Un réseau de voleurs de cuivre neutralisé    Vers la révision des programmes de formation    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    MOB – USMan : Faux pas interdit pour les Crabes    A l'arrêt depuis des mois voire des années : Deux entreprises publiques relancées    Dbeyba, Seif El Islam et Haftar croisent le fer : Suspense haletant en Libye à la veille de la présidentielle    Bonnes nouvelles d'Afrique    Aujourd'hui à Librairie du Tiers-Monde : Vente-dédicace de Rachid Benaissa et Abdelkader Djeflat    «Mohamed Lamine Debaghine, un grand intellectuel, un historique»    Ramdane Asselah. Moudjahid et auteur : «Sans l'OS, il n'y aurait pas eu de 1er Novembre 1954»    Après l'affaire Pegasus: Un nouveau scandale d'espionnage marocain    Ligue 2: Les leaders à l'épreuve    Sursaut de dignité au Maroc    Dar El Beïda : une véritable cour    L'hiver est moins rude    Les leçons d'un scrutin    Une clé pour la relance économique    Goudjil souligne la transparence du vote démocratique    «L'opération Barkhane n'est pas un échec»    Le royaume se disloque    Une plaidoirie pour le tourisme saharien    Gabriel Garcia Marquez en débat    «Sœurs» long métrage de Yamina Benguigui    Une satisfaction commune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ciccolini, une erreur de casting
L'entraÎneur français est connu pour ses écarts de conduite
Publié dans Liberté le 24 - 11 - 2020

C'est mal parti pour l'USM Alger. Alors que le championnat n'a même pas commencé, voilà que le club algérois se sépare déjà de son entraîneur, le Français François Ciccolini, au lendemain de la cuisante défaite face au CRB.
En 24 heures seulement, l'USMA a perdu non seulement le trophée de la Supercoupe, limogé son entraîneur mais aussi commis une erreur de casting dont seule la direction du club et son directeur sportif Anthar Yahia doivent assumer la responsabilité. Pourtant, le choix de l'actuel directeur sportif du Français Ciccolini a fait grincer des dents les spécialistes et autres inconditionnels du club en raison d'un CV peu éloquent et un passage raté du côté de la JS Kabylie.
Malgré cela, Anthar Yahia a défendu le choix de Ciccolini contre vents et marées. Il a même présenté le technicien français comme étant un entraîneur performant. "Pour ramener un entraîneur qui n'a pas été viré, ce sera difficile, nous ne pouvons pas recruter un Mourinho ou un Guardiola.
Le premier critère pour moi c'est la qualité et la charge de travail. Ramener un grand nom avec un salaire exorbitant alors que nous n'avons même pas un centre de formation, je pense que ça ne collera pas. J'ai entière confiance en Ciccolini et en son staff qui est très compétent", avait expliqué Anthar Yahia lors de son unique point de presse animé après son arrivée à Alger.
Pourtant, l'ex-international était au courant des dérapages du Corse, de son caractère trempé et de ses sautes d'humeur. Il savait pertinemment que le profil de Ciccolini risquerait de poser problème, sachant que l'ancien entraîneur de Bastia traîne plusieurs frasques et écarts de conduite dans le championnat français, comme cet accrochage verbal avec l'attaquant italien Mario Balotteli.
En 2019, alors entraîneur du Stade Lavallois, le désormais ex-entraîneur des Rouge et Noir a commis un geste condamnable à l'adresse des supporters présents qui l'avaient conspué et avaient exigé son départ. Une année avant, il est allé même jusqu'à menacer un journaliste de France Bleu Mayenne pour lui avoir posé une question concernant ses choix tactiques. "Tu me poses toujours les mauvaises questions. Je vais te faire mal. Peut-être que je vais te frapper la tête par terre", avait dégoupillé Ciccolini qui va être suspendu pour cinq mois par la Fédération française de football.
L'aventure du Corse du côté d'Alger n'a duré que trois mois, lui qui va plier bagage pour mettre les voiles vers l'île de Beauté. En tout cas, la direction de l'USMA, par le biais de son président du conseil d'administration Achour Djelloul, veut tourner cette page. "Ciccolini était au courant du protocole de remise des médailles après la fin de la rencontre. Nous lui avons demandé de se présenter, mais il a refusé.
Il n'avait qu'à se présenter comme l'ensemble de l'équipe, mais il ne l'a pas fait. Nous ne pouvons fermer les yeux sur un dérapage pareil, d'où notre décision de mettre un terme à ses fonctions d'entraîneur", a déclaré Achour Djelloul qui, du reste, précise que "d'un point de vue contractuel, nous allons payer deux mois de salaire d'indemnités à Ciccolini". À vrai dire, le boycott de Ciccolini de la cérémonie de remise des médailles n'était que la goutte qui fait déborder le vase.
En effet, les responsables de Serport n'étaient pas contents du travail effectué jusque-là par le Corse. Et même si l'USMA ne précise pas une séparation à l'amiable avec Ciccolini, la direction est prête à toutes les éventualités pour défendre ses intérêts en cas d'une plainte de Ciccolini au niveau de la FIFA.
En tout cas, l'épisode Ciccolini est une erreur de casting que seuls Djelloul et Anthar Yahia doivent assumer pleinement, car il aurait été préférable de maintenir Mounir Zeghdoud, connu pour son éducation et son savoir-faire, au lieu de s'aventurer avec un entraîneur aux nerfs chauds. En tout cas, l'USM Alger est déjà dos au mur face à l'ESS.

Nazim T.
Il est suspendu par la LFP
Comme annoncé dans notre édition d'hier, l'entraîneur en chef de l'USM Alger, François Ciccolini, est suspendu par la commission de discipline de la LFP jusqu'à son audition le 26 novembre à 11h00.
"Signalons que cet entraîneur avait été limogé par la direction de l'USMA au lendemain du match de supercoupe entre l'USM Alger et le CR Belouizdad joué le 21 novembre au stade du 5-Juillet pour avoir enfreint aux règles de protocole en s'abstenant à monter à la tribune officielle pour recevoir sa médaille", souligne la LFP dans un communiqué.
Le technicien français risque l'interdiction à vie de toute fonction en relation avec le football et une proposition de radiation à vie. Autant dire que Ciccolini n'exercera plus en Algérie.

S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.