Ligne ferroviaire Saïda-Tiaret-Tissemsilt : Le projet sera-t-il livré cette année ?    Belmadi s'exprime sur l'avenir de Guardiola avec Man City    Inter Milan-Milan AC : Les compositions probables    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Charfi répond aux «petits» partis    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    L'Entente face au révélateur Médéen    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Le monde en bref...    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Paroles d'un porte-parole    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien
Air Algérie
Publié dans Liberté le 29 - 11 - 2020

Les pilotes de la compagnie, affiliés au SPLA et à l'UGTA, estiment "opportun de se pencher sur la réouverture des frontières avec un protocole sanitaire qui garantirait un contrôle du risque d'importation du virus".
Air Algérie traverse une crise sans précédent due notamment à la fermeture de l'espace aérien en vigueur depuis le 18 mars dernier. C'est face à cette situation préjudiciable à la situation financière de la compagnie que les syndicats d'Air Algérie interpellent les pouvoirs publics à réagir en toute urgence en permettant à la compagnie de reprendre graduellement ses activités, à l'instar de ce qui passe dans le monde. Ainsi en est-il des Syndicats des pilotes de ligne algériens (SPLA) et de l'UGTA qui ont, dans un communiqué commun, estimé "opportun de se pencher sur la réouverture des frontières avec un protocole sanitaire qui garantirait un contrôle du risque d'importation du virus". Pour étayer leurs dires, les syndicats de l'UGTA et du SPLA ont indiqué que "la reprise des vols sur le réseau intérieur peut être bénéfique à plus d'un titre (sous réserve des décisions des pouvoirs publics)", à savoir "faciliter les conditions de transport de nos compatriotes du Sud qui souffrent depuis plusieurs mois, permettre la mise en place et l'application rigoureuses du protocole sanitaire et en déceler les éventuels manquements en prévision de l'ouverture des frontières, et maintenir l'état de navigabilité de la flotte et les compétences du personnel (un avion cloué au sol revient plus cher qu'un avion qui vole même a minima)".
En soulignant que "plusieurs gouvernements du monde ont soutenu leurs compagnies aériennes non seulement par des mesures financières et sociales, mais aussi en créant un environnement qui leur permet de maintenir une partie de leur activité", les deux syndicats soutiennent que "malgré ces mesures de facilitation, plusieurs compagnies ont été contraintes, pour leur survie, de procéder à une réduction des effectifs et des salaires, à une restructuration et à une mise en vente ou stockage d'une partie de leur flotte". Quid d'Air Algérie ? "Les syndicats se posent sérieusement la question du devenir de la compagnie devant l'absence de mesures minimales d'accompagnement du pavillon national dans la mesure où l'activité de notre compagnie s'est limitée à la réalisation de quelques vols de rapatriement à perte, charters, ainsi que le maintien de l'activité cargo, alors que d'autres compagnies étrangères continuent de transporter régulièrement des passagers de et vers l'Algérie à des tarifs exorbitants, souvent exigés en devises", soutient le communiqué. Et ce, avant d'expliquer que "cette situation est extrêmement préjudiciable pour Air Algérie, sur le court terme, avec un manque à gagner immédiat et, sur le moyen et le long terme, avec une possible perte de clientèle qui se redirigera vers d'autres compagnies. Air Algérie a depuis toujours tenu tête à toute concurrence à la seule condition qu'elle soit loyale".
Les syndicats des pilotes de ligne de l'UGTA et du SPLA soulignent, pourtant, que les problèmes de la compagnie ne sont pas seulement financiers, indiquant avoir été "surpris d'apprendre, à travers les médias, des décisions, telles que la création de compagnies privées et ne maintenir la compagnie nationale que sur le réseau international".
Les syndicats rappellent, dans ce sens, que "la compagnie, bien qu'asphyxiée financièrement, continue à ce jour de financer sur ses fonds propres les salaires de ses 10 000 travailleurs contrairement à des compagnies majors qui sont passées sans attendre à des mesures sociales douloureuses". Et de dénoncer "les attaques et dénigrements infondés" sur tous types de médias que subit quotidiennement la compagnie, en soulignant que "tout le personnel d'Air Algérie se retrouve dans le désarroi total et s'inquiète plus profondément quant à son devenir, notamment devant la persistance des rumeurs allant jusqu'à sa liquidation totale".
C'est dans ce sillage qu'intervient aussi l'annonce, par le Syndicat des mécaniciens d'avion (SNTMA), de l'échec des négociations avec la direction de la compagnie, quant à la réduction des salaires proposée par la direction de la compagnie.
A. Rafa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.