Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran
Pas moins de 24 d'entre eux seront jugés
Publié dans Liberté le 24 - 11 - 2020

Pas moins de 24 hirakistes d'Oran doivent être jugés cette semaine pour leur participation aux marches populaires ou tentatives de marches en 2019 et 2020. Hier, un premier procès qui devait avoir lieu au tribunal de Fellaoucène a été reporté au 14 décembre prochain pour absence d'un des neuf prévenus poursuivis pour attroupement non armé, alors qu'ils avaient été initialement interpellés pour port de l'emblème amazigh. Mohamed Hadj Brahim, Boukhari Abdennacer, Rejdal Houari, Azi Oualaïd Amazigh, Benmeriem Abderrahmane, Farkache Abdennour, Zemit Farouk, Rejdal Fayçal et Tadj Djilali avaient été interpellés séparément lors de la marche du 28 juin 2019 avant d'être libérés en fin d'après-midi.
Tous avaient été arrêtés pour port du drapeau amazigh ou du maillot de football de la JSK à l'exception de Mohamed Hadj Brahim et de Boukhari Abdennacer qui ont été embarqués pour avoir brandi des pancartes jugées subversives. Le procès des neuf hirakistes a été renvoyé au 14 décembre. Jeudi 26 novembre, sept autres hirakistes comparaîtront devant le même tribunal de Fellaoucène pour répondre de l'accusation de trouble à l'ordre public et attroupement non armé.
Maâzouz Fethi, Hajab Houari, Mokhtari Adel Abdellah, Bouchiba Mohamed, Gharbi Moussa, Mejdoubène Zine, Berrabah Mounir et Aïdouni Sofiane ont été arrêtés le 12 décembre 2019, jour de l'élection présidentielle qui a vu les services de sécurité massivement mobilisés pour empêcher toute action de rue tendant à dénoncer le scrutin controversé. Des dizaines de hirakistes avaient été interpellés un peu partout et emmenés dans divers commissariats de la wilaya. Enfin, le procès en appel des marcheurs du 5 Octobre devrait avoir lieu ce même jeudi à la cour d'appel d'Oran.
Après les recours introduits à la fois par la défense et le parquet, Boudjenane Nacereddine, El-Hadj Bouabça, Zaouche Karim, Houari Abdelmoula, Brahim Benaouf, Abdelhadi Abbès et Fayçal Zeghad devront recomparaître, en compagnie d'une vingtaine d'autres personnes, pour répondre de l'accusation d'attroupement non armé, de trouble à l'ordre public et d'outrage à institutions de l'Etat, pour lesquels les autres avaient été condamnés à quatre mois de prison dont un mois ferme, les deux suivants ont été condamnés à six mois de prison ferme sans mandat de dépôt, alors que Fayçal Zeghad avait écopé d'une année de prison ferme par défaut avec émission d'un mandat d'arrêt. Le hirakiste, qui avait été arrêté quelques jours plus tard, a été conduit à la prison d'Oran.
La plupart des prévenus avaient été interpellés le 5 octobre lorsqu'une poignée de hirakistes avait tenté une marche près de la cité Point-du-Jour pour commémorer les événements de 1988.
À la vue des premiers véhicules de police, ils ont tenté de fuir dans les petites ruelles du quartier avant d'être interpellés en même temps que de nombreux jeunes du quartier Point-du-Jour qui n'avaient pas pris part à la marche. Lors du procès en citation directe qui a eu lieu le 7 octobre, ceux-ci ont d'ailleurs été condamnés à six mois de prison avec sursis.


S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.