La "liste ouverte" pour contrer la "chkara"    L'Algérie "tenace face aux ennemis d'hier et d'aujourd'hui"    7 longues années d'attente    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Prolongation de mandat    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Enquête    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    LA TRITURE    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Pour une conférence nationale inclusive"
Abderrezak Makri, président du MSP
Publié dans Liberté le 03 - 12 - 2020

Le président du MSP a appelé le chef de l'Etat à ne pas signer le texte de la révision constitutionnelle parce que la Constitution, soutient-il, "n'est pas représentative du peuple algérien", un texte considéré comme d'essence "laïque".
Lors d'une longue conférence de presse animée hier au siège de son parti à Alger, le président du Mouvement de la société pour la paix, Abderrezak Makri, a plaidé de nouveau en faveur de la transition, en tendant la main à l'opposition pour "constituer une alternative".
Tout en dénonçant les tenants du pouvoir qu'il accuse d'"avoir échoué" dans leur feuille de route, le chef du MSP a appelé la classe politique à entamer une nouvelle transition qui s'appuiera sur la déclaration du 1er Novembre, la plateforme de Mazafran et la déclaration de la conférence d'Aïn Benian. "Nous avons toujours montré notre disposition à faire des concessions pour le bien du pays et au détriment de notre parti", a-t-il rappelé, non sans accuser, sans les nommer, des partis politiques et des personnalités d'avoir "trahi" le Hirak.
Les propositions de sa feuille de route en faveur de cette transition : "une conférence nationale inclusive qui va conduire à la constitution d'un gouvernement d'union nationale" et la"révision des lois importantes, comme celles des partis et des élections, pour parvenir à des élections transparentes". Il a affiché la disposition de son parti à "être partenaire" dans une coalition gouvernementale, mais "plus jamais de participation formelle", dit-il. Pour Abderrezak Makri, cet appel est venu pour faire face à "l'échec" de la feuille de route du système.
Le taux de participation, lors du dernier scrutin référendaire, "a montré que nous avions raison", mais "malheureusement, le pouvoir algérien a montré son génie dans le ratage des occasions", a-t-il fulminé. Il a appelé dans ce sens le chef de l'Etat à ne pas signer le texte de la nouvelle révision constitutionnelle parce que la Constitution, soutient-il, "n'est pas représentative du peuple algérien", un texte considéré comme d'essence "laïque".
Au chapitre des droits de l'Homme, Abderrezak Makri réclame "la libération de tous les détenus", y "compris les islamistes", demande à la presse de parler "de tous les détenus sans distinction" et appelle à l'ouverture du champ médiatique et politique. Une occasion pour lui de critiquer vivement la dernière résolution du Parlement européen quant à la situation des droits de l'Homme en Algérie, un Parlement qu'il accuse d'avoir utilisé "un langage hautain" et "colonialiste".
Mais avant de s'en prendre aux parlementaires européens, le chef du parti islamiste considère que cette résolution est "la preuve que le pouvoir algérien est faible" et que "l'Etat algérien est en faillite" car "seuls les faibles se soumettent au chantage des autres". Sur le fond, il s'en prend notamment aux "parlementaires de la droite chrétienne" du Parlement européen. Un qualificatif suffisant pour taxer ce texte d'idéologique. Il reproche également aux parlementaires de "faire de la distinction entre certains détenus et pas d'autres" en citant l'exemple d'Ali Benhadj "qui fait l'objet d'injustices quotidiennes sans que personne parle de lui"."Nous demandons la transparence
Sur l'état de santé du Président"
Abderrezak Makri a réclamé des autorités la transparence sur l'état de santé du chef de l'Etat. "Nous souhaitons un prompt rétablissement au président de la République. Mais nous demandons de la transparence pour mettre fin aux rumeurs" véhiculées sur l'état de santé réel du chef de l'Etat, a indiqué Abderrezak Makri. "En quoi montrer une vidéo peut poser problème ?" s'est-il interrogé. "Au parti et par éthique, nous ne nous attaquons aux hommes que lorsqu'ils sont debout."
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.