Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Le choc !    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Chlef: Le nouveau procureur général installé    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le MSP pour un régime parlementaire
Révision de la constitution
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 07 - 2020

En réponse à l'avant-projet de révision de la Constitution élaboré par la commission présidée par M. Laraba, le MSP a présenté une série de propositions avec l'espoir de les voir être retenues dans le texte final qui sera soumis au référendum.
Karim Aimeur –Alger (Le Soir)- Ces propositions ont été défendues, hier mardi, par le président du parti, Abderrazak Makri, lors d'une conférence de presse tenue au siège de sa formation à Alger. Le conférencier a abordé longuement la nature du régime que son parti propose et la nécessité d'une véritable séparation des pouvoirs pour instaurer une vraie démocratie. Ainsi, le plus important parti islamiste plaide pour un régime parlementaire et le préfère aux régimes présidentiel et semi-présidentiel. «Aucun régime algérien n'a de sens s'il ne concrétise pas la démocratie et la compétition. Nous pensons que le régime parlementaire est celui qui sied le mieux pour, les phases de la transition démocratique et le mieux adapté pour soutenir et protéger le gouvernement en temps de crise», a affirmé Abderrezak Makri. Mais face à «l'impossibilité de parvenir à un consensus politique autour de ce régime», le conférencier estime que «le consensus sur le régime semi-présidentiel est possible», en affichant la disponibilité de sa formation à faire une concession dans ce sens.
A condition, a-t-il expliqué, que le Premier ministre soit désigné «obligatoirement» parmi la majorité parlementaire, afin de refléter la légitimité du Président et celle de la représentation parlementaire. L'orateur a insisté sur la légitimité du Parlement qui ne doit pas être issue de la fraude électorale qui donnera un gouvernement illégitime. «Le Parlement légitime est un symbole de la démocratie et sa première fonction est la législation», a-t-il souligné, affirmant que l'opposition parlementaire doit avoir de larges pouvoirs. Le président du MSP a plaidé, en outre, pour une vraie séparation des pouvoirs pour réaliser la démocratie, expliquant que les Etats les plus développés se sont appuyés sur les contre-pouvoirs, appelant à la simplification de l'exercice politique. Pour lui, sans la séparation des pouvoirs (exécutif, judiciaire et législatif), il ne peut y avoir de bonne gouvernance, ajoutant que «personne ne peut nous convaincre que la lutte contre la corruption relève d'une volonté individuelle». Il a soutenu que «l'indépendance de la justice se concrétise à travers la protection des juges et l'élection des membres des instances judiciaires et leur présidence, notamment le Conseil supérieur de la magistrature». Et d'affirmer que l'indépendance de la justice n'est pas possible si le Conseil supérieur de la magistrature continue à dépendre du pouvoir exécutif et son président ainsi que la majorité des membres qui sont désignés.
Dans ses propositions, le MSP a appelé au respect des libertés individuelles et collectives et la liberté de la presse, qualifiant la corruption et la fraude électorale de «hautes trahisons». Le président du MSP a, par ailleurs, plaidé pour que la langue arabe soit la seule langue nationale et officielle pour toujours, défendant la promotion de tamazight dans son «environnement naturel arabo-musulman».
Concernant l'éducation nationale, le conférencier a soutenu que l'école ne peut pas être neutre comme proposé dans la mouture de la révision constitutionnelle, expliquant que «l'éducation a des objectifs liés à l'identité du pays et sa vision, et elle n'est pas neutre».
Abordant la célébration du 58e anniversaire de l'indépendance, Abderrezak Makri, président du MSP a évoqué le rapatriement des crânes de 24 résistants algériens qui étaient conservés dans le musée de l'Homme à Paris. Il a qualifié cette restitution d'«évènement historique», en revenant sur la résistance du peuple algérien durant les premières décennies de la colonisation française.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.