Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La monnaie nationale en berne
Marché officiel de change
Publié dans Liberté le 22 - 12 - 2020

Le dinar a perdu plus de 40% de sa valeur durant ces cinq dernières années et sa parité devra continuer à chuter à raison de 5% par an, selon les projections officielles établies pour les trois prochaines années.
La valeur du dinar a connu des ajustements importants ces dernières années. Pour faire face à l'effondrement des prix du pétrole à partir du deuxième semestre 2014, le taux de change du dinar a joué, dans une large mesure, un rôle d'amortisseur, en l'absence de consolidation budgétaire.
L'évolution des cours de change du dinar vis-à-vis du dollar et de l'euro traduit aussi bien l'évolution des fondamentaux de l'économie nationale (prix du pétrole, différentiel d'inflation avec les pays partenaires commerciaux, niveau des dépenses publiques...), que celle des cours des monnaies des partenaires commerciaux de l'Algérie, notamment entre l'euro et le dollar, sur les marchés internationaux de change.
Selon une évaluation de l'Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop), la parité du dinar a connu une dépréciation de plus de 40% sur les cinq dernières années.
Durant l'année en cours, le cours de change de la monnaie nationale contre le dollar, sur le marché officiel, est passé de 134,87 DA pour 1 dollar en juin passé à 137,39 DA pour 1 dollar au 13 décembre dernier. Par rapport à l'euro, le taux de change du dinar est passé de 151,76 DA à 166,06 DA pour 1 euro durant la même période.
Compte tenu de la dégradation des principales variables macroéconomiques, notamment le déficit budgétaire et la balance de paiement, cette tendance à la dépréciation devra s'accentuer davantage à court et à moyen terme.
La loi de finances 2021 prévoit un recul des cours de change du dinar contre le dollar américain, où la moyenne annuelle devra atteindre 142,20 DA pour 1 dollar en 2021, 149,31 DA pour 1 dollar en 2022 et 156,78 DA pour 1 dollar en 2023.
La valeur de la monnaie d'un pays est le reflet de l'état de son économie. "On ne peut pas avoir un dinar fort sans une économie forte", avait répondu le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, aux membres de la Commission des finances et du budget de l'APN qui l'interrogeaient récemment sur la baisse du dinar, lors de l'examen du projet de loi du règlement budgétaire de 2018.
Le ministre a assuré que le programme de relance économique que le gouvernement compte "concrétiser à partir du mois de janvier, notamment à travers d'importants projets structurants, doit contribuer à relever le niveau de la monnaie nationale".
Dans un entretien accordé à Liberté, Nour Meddahi, professeur d'économie et finances, a indiqué que le dinar est surévalué tant que le déficit externe est au-dessus de 3% du produit intérieur brut. Il estime qu'un dollar devrait valoir 175 DA. L'économiste plaide pour que l'ajustement soit lissé sur quinze à dix-huit mois.
La dévaluation accroît les recettes de l'Etat
Le Cercle d'action et de réflexion pour l'entreprise (Care) estime, de son côté, que "l'entêtement à garder le dinar surévalué, maintenant un pouvoir d'achat artificiel et subventionnant de fait les importations, nous mène à une impasse et à des réajustements plus douloureux lorsque nous serons contraints de les faire".
En effet, le risque est d'avoir à procéder à une dévaluation brutale une fois les réserves de change épuisées. Naturellement, la dépréciation du dinar aura un impact à court terme sur le pouvoir d'achat.
Tout le monde est impacté : les fonds en dinars détenus en banque ou en billets vaudront moins, les produits importés seront plus chers, de même que ceux produits localement. Mais pour le Care, cela est inéluctable, et retarder l'ajustement ne fera que rendre le choc plus brutal.
Le think tank soutient que "la dévaluation est une solution potentielle à de nombreuses contraintes que vit actuellement l'économie algérienne". La dévaluation du dinar accroît sensiblement les recettes du budget de l'Etat.
En prenant en compte les données figurant dans le projet de la LFC 2020, le Care estime que chaque pourcentage de dévaluation de la valeur du dinar procure au Trésor public l'équivalent de 43 milliards de dinars.
Selon le think tank, une dévaluation de 25% de la valeur du dinar conduirait à des recettes supplémentaires de 1 075 milliards de dinars, soit l'équivalent de 54% du déficit budgétaire inscrit dans la loi de finances complémentaire pour l'année 2020. Pour autant, l'ajustement du taux de change ne doit pas constituer l'unique levier d'ajustement macroéconomique.
"Pour être efficace, il doit accompagner la mise en œuvre effective d'autres mesures et politiques d'ajustement macroéconomique, notamment budgétaire, aux fins de rétablir durablement les équilibres macroéconomiques, et de réformes structurelles aux fins d'asseoir une diversification effective de l'économie et in fine une hausse de l'offre domestique de biens et services", avait souligné la Banque d'Algérie dans ses dernières notes de conjoncture. Le Care n'en pense pas moins.
"Le taux de change du dinar aura été dévalué de plus de 50% depuis 2014 sans que cela ait contribué à mettre un terme au déficit de la balance des paiements ou à stimuler la croissance", constate le think tank.
Aussi, soutient-il, une dévaluation n'aura de sens et ne sera efficace que si elle est franchement assumée comme le prélude à la mise en œuvre d'un programme de réformes substantielles de notre système économique.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.