Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis
Honduras
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2021

Plusieurs centaines de candidats à l'exil ont formé jeudi au Honduras une caravane de migrants qui entend se rendre à pied aux Etats-Unis, via le Guatemala et le Mexique, à la recherche de meilleures conditions de vie, avec l'espoir d'être autorisés à entrer par le futur président américain Joe Biden. Un premier contingent de 300 personnes s'est élancé à l'aube de San Pedro Sula, la deuxième plus grande ville du pays, à 180 km au nord de Tegucigalpa, pour rallier la frontière du Guatemala, au poste de Corinto, situé à une centaine de kilomètres.
Selon l'appel qui se répand sur les réseaux sociaux, quelque 3000 personnes devaient se retrouver jeudi soir à San Pedro Sula pour partir à l'aube hier vers Corinto ou Agua Caliente, l'autre point-frontière avec le Guatemala, un trajet de 260 km. Le Honduras a mobilisé 7000 policiers pour encadrer les groupes de migrants durant leur périple jusqu'à la frontière guatémaltèque. Les migrants disent vouloir fuir l'extrême pauvreté, le chômage, la violence des gangs et des trafiquants de drogue, ainsi que la crise accentuée par la pandémie de coronavirus et le passage dévastateur de deux puissants ouragans en novembre. Le gouvernement mexicain a averti qu'il "ne permettra pas l'entrée illégale (sur son territoire) de caravanes de migrants, et (qu'il) continuera de s'en tenir à sa législation migratoire et aux protocoles sanitaires établis". Quelque 500 policiers ont été envoyés à la frontière avec le Guatemala dans le sud-est du pays, dans les Etats du Chiapas et de Tabasco, a précisé à la presse Aristeo Taboada, délégué régional de l'Institut national des migrations (INM).
Plus d'une douzaine de caravanes de migrants ont quitté le Honduras depuis octobre 2018, mais toutes se sont heurtées aux milliers de gardes-frontières et militaires américains positionnés à la frontière sud avec le Mexique par le président Donald Trump. Le Guatemala, le Mexique et le Honduras ont signé un accord dit de "pays-tiers sûrs" avec l'administration Trump, dans lequel ils s'engagent à collaborer avec les Etats-Unis pour stopper les flux migratoires en provenance d'Amérique centrale.
R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.