Algérie Télécom: déploiement de 104 Km de fibre optique à Tamanrasset en 2020    Création de projets: 50% des microcrédits prévus en 2021 au profit des femmes    Education nationale : Oudjaout reçoit des représentants de syndicats du secteur    Solidarité nationale: un programme intersectoriel pour le soutien de la femme au foyer    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    Crouch : "Klopp doit absolument arrêter ce cycle horrible"    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Les femmes battent le pavé à Alger    Lamentable posture pour les «démocrates»    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Quand les banques n'appliquent pas    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    "Nous reprenons confiance"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le boy-scout révolté
Mohamed Tadjadit a quitté la prison ce jeudi
Publié dans Liberté le 23 - 01 - 2021

Les trois militants du Hirak dont le "poète du mouvement" Mohamed Tadjadit (27 ans), Noureddine Khimoud (25 ans) et Abdelhak Ben Rahmani (38 ans) ont quitté, ce jeudi, la prison d'El-Harrach après avoir purgé leurs peines.
Arrêté le dimanche 23 août 2020 par des agents en civil, à Aïn Taya, côte est d'Alger, avant d'être mis quelques jours plus tard en détention préventive, le natif de La Casbah, Mohamed Tadjadit, s'est retrouvé en compagnie de Ben Rahmani Abdelhak (surnommé Merouane), placé sous mandat de dépôt en octobre 2019, et de Noureddine Khimoud (Nadjib Miliano), en prison depuis le 27 août dernier.
Le poète du Hirak a été condamné par le juge du tribunal de Bab El-Oued à six mois de prison, dont quatre ferme. Ils étaient jugés, notamment, pour atteinte à l'unité nationale.
Une accusation dure à avaler pour Mohamed : "Que veulent-ils dire par ‘atteinte à l'unité et à la sécurité nationales' ? ça veut dire que je suis un harki moi ? Je préfère mourir que d'accepter une accusation pareille ! Le pouvoir est en train de nous jeter la pierre", s'est-il exclamé. Habitant à Heuraoua une commune d'Aïn Taya (est de la capitale), où il nous a reçus, le jeune de 27 ans rumine encore "son chef d'inculpation".
D'une voix légèrement tremblante, il révèle qu'il ne va pas leur donner l'occasion de l'arrêter encore une fois, "cela ne veut pas dire que je resterai caché, les bras croisés, mais je vais continuer à militer, mais de manière légale".
Au lendemain de sa sortie de prison où il a passé six mois de détention, le poète savoure ses premiers jours de liberté : "Je suis libre dans mon pays, à la vie à la mort !" L'activiste, qui s'est révélé par ses poèmes contestataires dénonçant le régime, est revenu sur les jours et les semaines passés à la prison d'El-Harrach. "Derrière les barreaux, les prisonniers vivent dans des conditions inhumaines", s'est-il désolé.
Il a, par la même occasion, lancé un appel aux autorités : "Laissez leurs familles leur préparer à manger et leur faire entrer el-qofa (le panier). La situation est insupportable, en plus de l'insalubrité, les conditions matérielles de la détention et l'alimentation sont catastrophiques." Et d'ajouter : "Parfois, on nous ramène des marmites remplies d'eau, ils sont en train de les tuer.
C'est une atteinte à la dignité, alors qu'en principe, en prison, on nous prive de liberté seulement." Interrogé sur le secret de sa popularité, il a révélé que c'était grâce à son "optimisme". "J'ai un discours rassembleur, je n'ai pas de couleur politique, je suis un chaâbi (enfant du peuple)" Il nous a révélé qu'il était louveteaux à 7 ans chez les Scouts musulmans, et c'est pendant cette période qu'il a appris à faire de la poésie.
Sourire aux lèvres, l'ancien détenu a voulu rendre hommage à tous ceux qui l'on soutenu et au personnel en charge de l'établissement pénitentiaire, à qui il témoigne toute sa sympathie. "Ils sont presque dans la même situation que nous. Ils sont prisonniers eux aussi. Je les ai encouragés à constituer un syndicat", dit-il encore en martelant : "Je parie même que si je demandais aux gardiens de prison de retirer leurs casquettes et de rejoindre le Hirak, ils n'hésiteraient pas une minute."
Ce même personnel qui a tenté de le dissuader d'arrêter la grève de la faim qu'il avait entamée le 27 décembre pour protester contre la décision du juge d'instruction du tribunal de Bab El-Oued de prolonger sa détention préventive.
Il est également revenu sur les tentatives de manipulation qu'il a su déjouer. Tadjadit a ainsi indiqué que pendant l'enquête : "On a tenté de me manipuler et de me faire plusieurs propositions, dont celle de devenir responsable d'une association ou de créer un comité de quartier.
Je n'ai pas besoin de tout cela pour nettoyer mon quartier." Des manœuvres qui n'ont point déteint sur sa détermination ni alteré son amour pour l'Algérie. "C'est mon pays, il faut comprendre le sens profond de la terre patrie, et moi, je n'ai pas un autre pays de rechange, c'est ici que je veux vivre. Le peuple cherche la liberté." Ce qui l'amène à évoquer sa tentation pour la harga (émigration clandestine) en Turquie."Il y a deux ans, je voulais encore partir, et c'est le Hirak qui m'a retenu", a-t-il indiqué.
Il a également ajouté que "dans son quartier, plus de 7 jeunes ont quitté le pays il y a quelques jours". Ainsi, il a lancé un appel aux jeunes qui veulent partir : "Restez, militez, construisez votre pays, c'est à eux de partir."

Imène AMOKRANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.