Le décès de Abdelhakim Meziani est une "grande perte" pour la culture algérienne    Man United : Solskjaer ne boude pas son plaisir après l'arrivée de Sancho    Bayern : Un cador européen suit Goretzka    Pegasus: Le Gouvernement sahraoui condamne un "acte criminel" contraire au droit international    Décès de l'ancien ministre de l'Industrie Mahmoud Khoudri    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Tottenham : C'est officiel pour Heung-min Son    Coronavirus: 1350 nouveaux cas, 812 guérisons et 18 décès    Foot / Représentants algériens en compétitions interclubs : le Bureau fédéral tranchera le 29 juillet    "L'oeuvre de Dieu, la part du diable"    USTO-MB: 3.500 places pédagogiques pour les nouveaux bacheliers    Décès du journaliste Mohamed Alouane à l'âge de 79 ans    Espionnage marocain contre des responsables algériens: l'Algérie exprime sa profonde préoccupation    Canicule: des températures de 44 degrés sur des wilayas de l'Ouest et du Centre du pays    Crise en Libye : Lamamra s'entretient avec Jan Kubis des derniers développements du processus politique    Décès à 72 ans du journaliste et homme de culture Abdelhakim Meziani    L'homme de théâtre Abdelmalek Boussahel n'est plus    BAC 2021: un taux de réussite national de 61,17 %, une moyenne d'admission à 9,5/20    Aïd El-Adha : la permanence des commerçants respectée à 100%    Une tradition ressuscitée dans les villages d'Aïn Zaouïa    L'Epwgcet en appelle au civisme des citoyens    KAMEL BOUGDAL TIRE SA REVERENCE    UNE FOULE NOMBREUSE SALUE UN MILITANT POLITIQUE ENGAGE    Sonatrach se dote d'un code d'éthique D. R.    Le ministre de la Santé limogé en plein rebond épidémique    «Intelligence et lutte contre la cybercriminalité»    Le variant Delta menace la demande    L'Algérie appelée à consolider ses capacités de production    Maroc, la grande kechfa !    Un calendrier pour concrétiser les accords stratégiques    Enfin un plan B ?    La rentrée scolaire se prépare déjà    La LFP attend un «signe»...    La LFP interpellée sur les dates des matchs en retard    Nourredine Saâdi n'est plus    Sortie de Money le nouveau single d'Ayoub Medjahed    Allô Alger    Mali : Ouverture d'une enquête après la tentative d'assassinat du président    El Hawma au théâtre : Un spectacle qui veut bousculer les vieilles habitudes    Une commission pour plancher sur le cadre juridique    L'eau pour tout le monde    Le Conseil constitutionnel s'indigne    Une nouvelle dynamique à l'export    Des drones pour reboiser les forêts ?    Le programme LPL relancé dans 15 wilayas    Un monument de la presse sportive s'en va    L'actrice Pilar Bardem est décédée à 82 ans    «L'Algérien n'est pas mis en cause...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le boy-scout révolté
Mohamed Tadjadit a quitté la prison ce jeudi
Publié dans Liberté le 23 - 01 - 2021

Les trois militants du Hirak dont le "poète du mouvement" Mohamed Tadjadit (27 ans), Noureddine Khimoud (25 ans) et Abdelhak Ben Rahmani (38 ans) ont quitté, ce jeudi, la prison d'El-Harrach après avoir purgé leurs peines.
Arrêté le dimanche 23 août 2020 par des agents en civil, à Aïn Taya, côte est d'Alger, avant d'être mis quelques jours plus tard en détention préventive, le natif de La Casbah, Mohamed Tadjadit, s'est retrouvé en compagnie de Ben Rahmani Abdelhak (surnommé Merouane), placé sous mandat de dépôt en octobre 2019, et de Noureddine Khimoud (Nadjib Miliano), en prison depuis le 27 août dernier.
Le poète du Hirak a été condamné par le juge du tribunal de Bab El-Oued à six mois de prison, dont quatre ferme. Ils étaient jugés, notamment, pour atteinte à l'unité nationale.
Une accusation dure à avaler pour Mohamed : "Que veulent-ils dire par ‘atteinte à l'unité et à la sécurité nationales' ? ça veut dire que je suis un harki moi ? Je préfère mourir que d'accepter une accusation pareille ! Le pouvoir est en train de nous jeter la pierre", s'est-il exclamé. Habitant à Heuraoua une commune d'Aïn Taya (est de la capitale), où il nous a reçus, le jeune de 27 ans rumine encore "son chef d'inculpation".
D'une voix légèrement tremblante, il révèle qu'il ne va pas leur donner l'occasion de l'arrêter encore une fois, "cela ne veut pas dire que je resterai caché, les bras croisés, mais je vais continuer à militer, mais de manière légale".
Au lendemain de sa sortie de prison où il a passé six mois de détention, le poète savoure ses premiers jours de liberté : "Je suis libre dans mon pays, à la vie à la mort !" L'activiste, qui s'est révélé par ses poèmes contestataires dénonçant le régime, est revenu sur les jours et les semaines passés à la prison d'El-Harrach. "Derrière les barreaux, les prisonniers vivent dans des conditions inhumaines", s'est-il désolé.
Il a, par la même occasion, lancé un appel aux autorités : "Laissez leurs familles leur préparer à manger et leur faire entrer el-qofa (le panier). La situation est insupportable, en plus de l'insalubrité, les conditions matérielles de la détention et l'alimentation sont catastrophiques." Et d'ajouter : "Parfois, on nous ramène des marmites remplies d'eau, ils sont en train de les tuer.
C'est une atteinte à la dignité, alors qu'en principe, en prison, on nous prive de liberté seulement." Interrogé sur le secret de sa popularité, il a révélé que c'était grâce à son "optimisme". "J'ai un discours rassembleur, je n'ai pas de couleur politique, je suis un chaâbi (enfant du peuple)" Il nous a révélé qu'il était louveteaux à 7 ans chez les Scouts musulmans, et c'est pendant cette période qu'il a appris à faire de la poésie.
Sourire aux lèvres, l'ancien détenu a voulu rendre hommage à tous ceux qui l'on soutenu et au personnel en charge de l'établissement pénitentiaire, à qui il témoigne toute sa sympathie. "Ils sont presque dans la même situation que nous. Ils sont prisonniers eux aussi. Je les ai encouragés à constituer un syndicat", dit-il encore en martelant : "Je parie même que si je demandais aux gardiens de prison de retirer leurs casquettes et de rejoindre le Hirak, ils n'hésiteraient pas une minute."
Ce même personnel qui a tenté de le dissuader d'arrêter la grève de la faim qu'il avait entamée le 27 décembre pour protester contre la décision du juge d'instruction du tribunal de Bab El-Oued de prolonger sa détention préventive.
Il est également revenu sur les tentatives de manipulation qu'il a su déjouer. Tadjadit a ainsi indiqué que pendant l'enquête : "On a tenté de me manipuler et de me faire plusieurs propositions, dont celle de devenir responsable d'une association ou de créer un comité de quartier.
Je n'ai pas besoin de tout cela pour nettoyer mon quartier." Des manœuvres qui n'ont point déteint sur sa détermination ni alteré son amour pour l'Algérie. "C'est mon pays, il faut comprendre le sens profond de la terre patrie, et moi, je n'ai pas un autre pays de rechange, c'est ici que je veux vivre. Le peuple cherche la liberté." Ce qui l'amène à évoquer sa tentation pour la harga (émigration clandestine) en Turquie."Il y a deux ans, je voulais encore partir, et c'est le Hirak qui m'a retenu", a-t-il indiqué.
Il a également ajouté que "dans son quartier, plus de 7 jeunes ont quitté le pays il y a quelques jours". Ainsi, il a lancé un appel aux jeunes qui veulent partir : "Restez, militez, construisez votre pays, c'est à eux de partir."

Imène AMOKRANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.