Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    L'insomnie due au stress : pourquoi se produit-elle et comment y remédier ?    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Les indépendants à l'assaut des communes    Le Gouvernement s'engage    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Lamamra brille à New York    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tadjadit, Ben Rahmani et Khimoud poursuivent leur grève de la faim
Pour protester contre le prolongement de leur détention
Publié dans Liberté le 03 - 01 - 2021

Le "poète de la révolution" et ancien détenu du Hirak, Mohamed Tadjadit (26 ans), poursuit sa grève de la faim entamée le 27 décembre 2020, ont affirmé, hier à Liberté, ses avocats. Arrêté le dimanche 23 août par des agents en civil à Aïn Taya, côte est d'Alger, avant d'être incarcéré quelques jours plus tard, le natif de La Casbah entend par cet acte protester contre la décision de prolongement de la durée de sa détention prise par le juge d'instruction du tribunal de Bab El-Oued (Baïnem) à son encontre.
Selon le collectif de défense, Mohamed Tadjadit observe une grève de la faim à la prison d'El-Harrach, en compagnie de Ben Rahmani Abdelhak (surnommé Merouane), placé sous mandat de dépôt en octobre 2019, et Noureddine Khimoud (Nadjib Miliano), en prison depuis le 27 août dernier.
Les détenus sont poursuivis dans le même dossier pour quasiment les mêmes accusations liées essentiellement à des publications sur Facebook : "Affichage de publications de nature à saper l'unité nationale", "incitation à attroupement non armé", "attroupement non armé", "mise en danger de la vie d'autrui en appelant à un rassemblement pendant la période de quarantaine", "offense au président de la République", "outrage à corps constitués", "atteinte à l'unité et à la sécurité nationales", "publication de nouvelles susceptibles de nuire à l'ordre public et à la sécurité publique", "publication de discours de haine comprenant un appel à la violence" et "discrimination et propagation du discours de haine en utilisant les technologies de l'information et de la communication". Les avocats ajoutent également que leurs mandants ont été isolés dans une cellule à part et qu'on leur administre de l'eau sucrée. "Ils sont très affaiblis, bien que suivis médicalement", disent-ils.
De son côté, la famille Tadjadit s'inquiète de l'état de santé de son fils, a fait savoir son père, en assurant à Liberté avoir tenté de le convaincre de rompre sa grève de la faim, au terme d'une visite qu'il lui a rendue hier. Son frère a, pour sa part, assuré sur son compte Facebook que l'état de santé de Mohamed est "très critique", tout en ajoutant que "la responsabilité entière incombe à l'Etat qui doit assumer ses responsabilités si jamais il arrivait malheur à leur fils".
Il est à rappeler que Mohamed Tadjadit a déjà passé près de deux mois en prison, du 14 novembre 2019 à janvier 2020, après avoir été arrêté lors d'un rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed en soutien aux détenus d'opinion. Le 19 décembre 2019, il a été condamné à 18 mois de prison ferme pour "atteinte à l'unité nationale". Le 2 janvier, il a été libéré, ainsi que 75 autres détenus, dans le cadre de ce qui était considéré comme une "mesure d'apaisement".

Imène AMOKRANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.