Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le Commandant de la GN salue les réalisation et les succès de la femme algérienne    Un texte d'un «autre temps»    Deux ex-ministres appellent à son retrait    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    Lomé pour faire le point sur les réformes    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Froger poussé vers la sortie ?    Véritable drame à Chlef    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Tiaret: Nouvelle cité, vieux problèmes    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison
Publié dans El Watan le 23 - 01 - 2021

Le jeune Mohamed Tadjadit, surnommé le poète du hirak, et ses codétenus ont quitté jeudi la prison après avoir purgé les peines pour lesquelles ils ont été condamnés.
Le tribunal de Baïnem a en effet prononcé le même jour son verdict. Mohamed Tadjadit a écopé de six mois de prison, dont 4 mois ferme. Une peine privative de liberté assortie d'une amende de 200 000 DA.
Noureddine Khimoud a été condamné à quatre mois de prison ferme, assortis d'une amende de 50 000 DA, tandis que Abdelhak Ben Rahmani a écopé d'une peine de trois mois de prison ferme, assortie d'une amende de 100 000 DA.
Le parquet avait requis deux ans de prison ferme et une amende de 200 000 DA à l'encontre des trois détenus lors du procès qui s'est déroulé le 14 janvier. Mohamed Tadjadit et Noureddine Khimoud ont été placés sous mandat de dépôt le 27 août 2020. Abdelhak Ben Rahmani, quant à lui, a été incarcéré dans le même dossier le 6 octobre.
Le 16 novembre de la même année, Mohamed Tadjadit et Noureddine Khimoud ont été présentés devant le juge d'instruction et Abdelhak Ben Rahmani deux jours plus tard, soit le 18 novembre.
Les trois ont été poursuivis pour plusieurs chefs d'inculpation, dont «atteinte au président de la République», «atteinte à l'unité et à la sécurité nationale», «incitation à attroupement non armé», «publications pouvant porter atteinte à l'unité nationale» et «outrage à corps constitué». Tous ces chefs d'inculpation sont liés à des publications sur les réseaux sociaux.
La mise sous mandat de dépôt de Mohamed Tadjadit et de deux autres activistes du mouvement populaire issu du 22 février 2019 a suscité colère et indignation, à l'instar de toutes les autres arrestations et emprisonnements pour délit d'opinion.
La demande de remise en liberté conditionnelle avait été rejetée par le tribunal de Baïnem. Un rejet qui a été confirmé par la chambre d'accusation près de la cour d'Alger. La même chambre avait confirmé, le 6 janvier de l'année en cours, la décision du juge d'instruction du tribunal de Baïnem relative au prolongement du mandat de dépôt des trois détenus.
Comme eux, plusieurs autres activistes du mouvement populaire du 22 février ont été interpellés au cours de l'année écoulée. Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), 80 personnes se revendiquant du mouvement populaire ont été écrouées au cours de l'année 2020.
Parmi elles, il y a des journalistes, à l'instar de Khaled Drareni qui a été condamné en appel à une lourde peine de deux ans de prison ferme. Il y a aussi la lourde peine infligée à l'auteur des «mèmes», le jeune Walid Khechidi, condamné à trois ans de prison ferme pour des parodies humoristiques publiées sur sa page Facebook.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.