Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Ould Kaddour dans le collimateur    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Sans diagnostic point de remède !    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination
Il est l'un des saxophonistes les plus en vue de la scène musicale
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2021

Chez les Adjrad, on est musicien de père en fils. L'amour de la musique s'est manifesté à un très jeune âge pour le cadet, Koussaïla, grâce à la mandole du paternel, Moh Awejrane. Mais c'est surtout le saxophone, qu'il découvre à l'Institut régional de formation musicale d'Alger, qui marque son parcours de musicien. Depuis plus d'une dizaine d'années, Koussaïla Adjrad, 27 ans, sillonne le monde avec son instrument fétiche.
Chanteur, compositeur et musicien, le jeune Adjrad Koussaïla est issu d'une famille de mélomanes. Le père, Moh Awejrane, est auteur, compositeur et chanteur. Le frère, Youba Adjrad, est aussi compositeur et interprète, et a déjà participé au télécrochet "Arab Idole". C'est tout naturellement que la musique devient pour lui une passion puis un métier.
Dès 2008, à l'âge de 15 ans, le jeune musicien compose ses premières notes sur l'instrument fétiche de la famille Adjrad, la mandole. En 2010, il commence à se produire dans des festivals, avant de rejoindre en 2015 l'Institut régional de formation musicale (IRFM d'Alger).
Au fil de son apprentissage, un instrument, qu'on ne rencontre pas souvent sur la scène musicale actuelle, s'impose comme une révélation pour Adjrad : le saxophone. "C'est grâce à mon professeur M. Bouyahi Salim, qui est toujours à l'écoute, toujours présent pour ses étudiants, que j'ai pu l'apprendre et me perfectionner", raconte-t-il.
Fortement sollicité par plusieurs artistes et formations pour sa maîtrise de cet instrument-roi de la musique jazz, il devient l'un des saxophonistes les plus en vue de la musique algérienne. La passion pour le jazz est mêlée à une fascination. "C'est l'un des instruments les plus proches de la voix humaine. Il a le pouvoir de faire transporter le public vers des contrées émotionnelles très variées", dira-t-il.
En 2019, il intègre le groupe Djmawi Africa, qui a entre-temps opéré quelques changements après le départ de son chanteur Djam.
Les influences du groupe vont du gnawa originel au raï, en passant par le blues. L'expérience avec les Djmawi est "un coup de foudre musical", et, note Adjrad, "entre les membres du groupe et le public existent une harmonie et une magie particulières".
Pour ce qui est du saxophone et de son apprentissage en Algérie, Adjrad explique qu'"il y a un manque flagrant d'enseignants qualifiés dans les écoles. C'est l'une des raisons pour lesquelles on ne le rencontre pas souvent".
Malgré les difficultés, le musicien a fait son petit bonhomme de chemin et a pu se faire un nom, grâce à une passion de chaque instant et à une détermination à toute épreuve. Mais la crise sanitaire et ses retombées sur le domaine artistique ont mis les artistes et les musiciens, plus particulièrement, dans une situation de paradoxe, selon lui.
"En termes de matériel nous n'avons jamais eu autant de possibilités qu'aujourd'hui. L'argent n'est plus un frein comme il a pu l'être auparavant (...) Mais, en même temps, il est devenu très difficile de se faire une place en raison de cette crise économique. Les maisons de disques sont moins enclines à prendre des risques", regrette-t-il.

Yasmine AZZOUZ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.