Le décès de Abdelhakim Meziani est une "grande perte" pour la culture algérienne    Man United : Solskjaer ne boude pas son plaisir après l'arrivée de Sancho    Bayern : Un cador européen suit Goretzka    Pegasus: Le Gouvernement sahraoui condamne un "acte criminel" contraire au droit international    Décès de l'ancien ministre de l'Industrie Mahmoud Khoudri    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Tottenham : C'est officiel pour Heung-min Son    Coronavirus: 1350 nouveaux cas, 812 guérisons et 18 décès    Foot / Représentants algériens en compétitions interclubs : le Bureau fédéral tranchera le 29 juillet    "L'oeuvre de Dieu, la part du diable"    USTO-MB: 3.500 places pédagogiques pour les nouveaux bacheliers    Décès du journaliste Mohamed Alouane à l'âge de 79 ans    Espionnage marocain contre des responsables algériens: l'Algérie exprime sa profonde préoccupation    Canicule: des températures de 44 degrés sur des wilayas de l'Ouest et du Centre du pays    Crise en Libye : Lamamra s'entretient avec Jan Kubis des derniers développements du processus politique    Décès à 72 ans du journaliste et homme de culture Abdelhakim Meziani    L'homme de théâtre Abdelmalek Boussahel n'est plus    BAC 2021: un taux de réussite national de 61,17 %, une moyenne d'admission à 9,5/20    Aïd El-Adha : la permanence des commerçants respectée à 100%    Une tradition ressuscitée dans les villages d'Aïn Zaouïa    L'Epwgcet en appelle au civisme des citoyens    KAMEL BOUGDAL TIRE SA REVERENCE    UNE FOULE NOMBREUSE SALUE UN MILITANT POLITIQUE ENGAGE    Sonatrach se dote d'un code d'éthique D. R.    Le ministre de la Santé limogé en plein rebond épidémique    «Intelligence et lutte contre la cybercriminalité»    Le variant Delta menace la demande    L'Algérie appelée à consolider ses capacités de production    Maroc, la grande kechfa !    Un calendrier pour concrétiser les accords stratégiques    Enfin un plan B ?    La rentrée scolaire se prépare déjà    La LFP attend un «signe»...    La LFP interpellée sur les dates des matchs en retard    Nourredine Saâdi n'est plus    Sortie de Money le nouveau single d'Ayoub Medjahed    Allô Alger    Mali : Ouverture d'une enquête après la tentative d'assassinat du président    El Hawma au théâtre : Un spectacle qui veut bousculer les vieilles habitudes    Une commission pour plancher sur le cadre juridique    L'eau pour tout le monde    Le Conseil constitutionnel s'indigne    Une nouvelle dynamique à l'export    Des drones pour reboiser les forêts ?    Le programme LPL relancé dans 15 wilayas    Un monument de la presse sportive s'en va    L'actrice Pilar Bardem est décédée à 82 ans    «L'Algérien n'est pas mis en cause...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'incontournable rendez-vous des hirakistes
MARCHE DE KHERRATA (BEJAIA)
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2021

Les hirakistes de Kherrata s'emploient toujours, malgré l'épidémie, à raviver la flamme de la "révolution du sourire", née le 22 Février 2019. Ils demeurent toujours fidèles au mouvement de contestation populaire appelé communément "Hirak". En effet, la ville historique sise à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Béjaïa a été, hier, le théâtre de la huitième marche hebdomadaire, organisée chaque samedi depuis la reprise des manifestations au début du mois de décembre dernier dans cette région.
Comme chaque marche du samedi, les hirakistes ont commencé à converger, dès 9h, vers la place du 16-Février, devenue emblématique et point de départ habituel des marches. Brandissant les drapeaux nationaux aux côtés des emblèmes amazighs, la procession humaine s'est ébranlée, à 10h, pour rejoindre le siège de la mairie de Kherrata, située en plein centre de l'ancienne ville, point de chute des manifestations du Hirak. Du point de départ de la marche jusqu'à son point final, en parcourant la RN9 qui traverse le centre-ville, les centaines de marcheurs n'ont cessé de scander les slogans chers au mouvement populaire.
"Pour un Etat civil et non militaire", "Libérez les détenus d'opinion et politiques", "Système dégage", "Pour une presse libre et une justice indépendante", "Pour une transition démocratique" et "Pour un changement radical du système" sont autant de slogans scandés à tue-tête par les manifestants dont certains ne portaient pas de bavette tout le long de la marche. À leur arrivée devant le siège de la mairie, point de convergence des manifestants, les centaines de manifestants ont observé, comme toujours, un rassemblement d'une courte durée en reprenant en chœur les mêmes slogans.
Puis, les manifestants se sont dispersés dans le calme tout en se donnant rendez-vous samedi prochain pour une autre action similaire, en attendant la grandiose marche nationale envisagée le 16 Février prochain et que s'affaire à préparer le Hirak à Kherrata pour célébrer le deuxième anniversaire de la marche historique du 16 Février 2019 qui avait dit "non au 5e mandat de Bouteflika".

L. OUBIRA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.