Andy Delort seul absent pour le déplacement de Montpellier à Reims    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 15ème journée    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    L'avocat de Blida libéré hier    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'incontournable rendez-vous des hirakistes
MARCHE DE KHERRATA (BEJAIA)
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2021

Les hirakistes de Kherrata s'emploient toujours, malgré l'épidémie, à raviver la flamme de la "révolution du sourire", née le 22 Février 2019. Ils demeurent toujours fidèles au mouvement de contestation populaire appelé communément "Hirak". En effet, la ville historique sise à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Béjaïa a été, hier, le théâtre de la huitième marche hebdomadaire, organisée chaque samedi depuis la reprise des manifestations au début du mois de décembre dernier dans cette région.
Comme chaque marche du samedi, les hirakistes ont commencé à converger, dès 9h, vers la place du 16-Février, devenue emblématique et point de départ habituel des marches. Brandissant les drapeaux nationaux aux côtés des emblèmes amazighs, la procession humaine s'est ébranlée, à 10h, pour rejoindre le siège de la mairie de Kherrata, située en plein centre de l'ancienne ville, point de chute des manifestations du Hirak. Du point de départ de la marche jusqu'à son point final, en parcourant la RN9 qui traverse le centre-ville, les centaines de marcheurs n'ont cessé de scander les slogans chers au mouvement populaire.
"Pour un Etat civil et non militaire", "Libérez les détenus d'opinion et politiques", "Système dégage", "Pour une presse libre et une justice indépendante", "Pour une transition démocratique" et "Pour un changement radical du système" sont autant de slogans scandés à tue-tête par les manifestants dont certains ne portaient pas de bavette tout le long de la marche. À leur arrivée devant le siège de la mairie, point de convergence des manifestants, les centaines de manifestants ont observé, comme toujours, un rassemblement d'une courte durée en reprenant en chœur les mêmes slogans.
Puis, les manifestants se sont dispersés dans le calme tout en se donnant rendez-vous samedi prochain pour une autre action similaire, en attendant la grandiose marche nationale envisagée le 16 Février prochain et que s'affaire à préparer le Hirak à Kherrata pour célébrer le deuxième anniversaire de la marche historique du 16 Février 2019 qui avait dit "non au 5e mandat de Bouteflika".

L. OUBIRA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.