Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    Hirak, l'heure des clarifications    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les hirakistes ne lâchent pas prise
MARCHE HEBDOMADAIRE DE KHERRATA (BEJAIA)
Publié dans Liberté le 17 - 01 - 2021

Les fidèles du Hirak ne lâchent pas prise à Kherrata. En effet, la ville était, hier, à sa septième marche des samedis, depuis que le mouvement populaire du 22 Février 2019 a décidé de reprendre, en décembre dernier, ses marches hebdomadaires dans la région. Malgré le froid glacial et la pluie battante, ce sont des centaines de citoyens qui, encore une fois, ont battu le pavé dans les rues de cette ville martyre.
Comme toutes les marches des samedis précédents, celle d'hier n'a pas dérogé à la règle. Dès 9h, des citoyens commençaient par dizaines de personnes à converger vers la place du 16-Février, point de départ habituel des manifestations. Arborant le drapeau national et l'emblème amazigh, le coup d'envoi de la marche a été donné vers 10h30 par des centaines de manifestants qui ont parcouru l'itinéraire habituel allant du point de départ de la marche jusqu'en face du siège de la mairie de Kherrata.
Avec toujours la même ardeur et une ferme détermination à faire aboutir les revendications phare de leur mouvement, notamment "pour un changement radical du système et pour une transition démocratique", les marcheurs ont scandé à tue-tête tout au long de leur parcours les slogans chers au Hirak. "Système dégage", "Pour un Etat civil et non militaire", "Pour une presse libre et une justice indépendante", "Libérez les détenus d'opinion et politiques", "Pouvoir assassin" et "Pour une Algérie libre et démocratique" sont autant de mots d'ordre qui ont rythmé la marche d'hier.
Des slogans scandés haut et fort par la procession humaine jusqu'à son arrivée en face du siège de l'APC en traversant l'axe routier principal du centre-ville. Arrivés devant l'édifice de l'APC de Kherrata, les manifestants ont marqué une halte en scandant en chœur les mêmes slogans avant de se disperser dans le calme et la sérénité. À noter que la ville de Kherrata est considérée comme l'épicentre incontestable de la Révolution du sourire pour avoir organisé un certain 16 Février 2019 la première marche pacifique contre le 5e mandat du président déchu, Abdelaziz Bouteflika.
À l'approche du deuxième anniversaire de cette marche historique, la région s'affaire, selon ses hirakistes, à organiser une marche nationale grandiose pour sa commémoration. Par ailleurs, des marches du Hirak ont été organisées, avant-hier, vendredi, dans la ville balnéaire de Tichy, sur la côte est de Béjaïa, et à El-Kseur. Des centaines de citoyens ont participé à ces deux manifestations pacifiques. Comme à Kherrata, les manifestants ont scandé les slogans traditionnels du mouvement populaire du 22 Février 2019. Avec ces deux marches organisées à Tichy et à El-Kseur, il faudra s'attendre probablement à ce que d'autres localités de la wilaya de Béjaïa leur emboîtent le pas le week-end prochain.
L. OUBIRA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.