Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MATOUB, L'INOXYDABLE REBELLE !
IL AURAIT EU 65 ANS HIER
Publié dans Liberté le 25 - 01 - 2021

Il aurait eu 65 ans hier, n'étaient les chasseurs de lumières qui en ont décidé autrement. Il a été lâchement assassiné par un groupe armé alors qu'il n'avait que 42 ans et qu'il avait, sûrement, encore beaucoup à donner.
Mais ce qu'il a donné jusqu'alors a déjà fait de lui une espèce de force qui, 23 ans après sa mort, continue à mobiliser et à éveiller les consciences. Lui, c'est évidemment Matoub Lounès, l'homme dont l'aura, le combat et l'engagement ont fait de lui un guide vivant pour son peuple en quête perpétuelle de liberté confisquée.
L'enfant qui naquit le 24 janvier 1956 à Taourirt Moussa, dans la région d'Ath Douala, se révéla très tôt au grand public qui distingua vite en lui un nouvel astre brillant dans l'univers artistique kabyle. Dans ses premières chansons, l'auditeur lambda décèle non seulement un nouveau style, mais aussi une voix propre à exciter l'intérêt et à soulever l'enthousiasme.
Il rend hommage aux ténors qui l'ont précédé, il décomplexe l'amour, il glorifie l'amitié et la fraternité, il sèche les larmes des veuves encore meurtries par le souvenir de la guerre... Il chante la mort, mais aussi l'espoir.
L'enfant terrible de Taourirt, dont les anecdotes se sont transformées, au fil du temps, en contes du terroir, ne tarde pas à révéler d'autres facettes, d'autres dimensions et d'autres forces de sa personnalité.
Outre son talent artistique, il révèle un sens inouï de l'engagement et du courage. Il fait de son identité amazighe une cause, du pouvoir un adversaire et de l'islamisme un ennemi.
Ce qui n'était pas pour déplaire aux siens qui reconnaissent vite en lui l'homme qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas, et aussi celui qui agit pendant que certains se contentent de théoriser.
Engagé jusqu'à se déplacer dans les villages pour distribuer des tracts en 1988, Matoub Lounès, criblé de balles par des gendarmes, est laissé pour mort. Mais Lounès renaît de ses cendres et revient auprès de son peuple. Un épisode qui achève de démontrer le contraire à ceux qui ne voyaient en lui qu'un "petit agitateur".
Depuis, Matoub prend une autre dimension et c'est en même temps son combat qui prend de l'ampleur. Sans répit, sans jeu de mots et sans aucune retenue, mais avec beaucoup de vérité et d'authenticité, il ne cesse de tailler des croupières à tous ceux qui ramaient à contresens de la démocratie, de la liberté, de la vérité et de l'identité millénaire.
Il a fait de son mandole une arme et de sa langue une épée qu'il plante dans chaque plaie de l'histoire non guérie du pays. Il n'épargnait même plus les siens lorsqu'ils versaient dans les chamailleries qui ne faisaient pas avancer la cause.
Bref, Matoub se dressait en Rebelle contre tout ce qui n'était pas dans l'intérêt du peuple. Monsieur le président, Kenza, Ironie du sort, Regard sur un pays damné, Hymne à Boudiaf, Lettre ouverte aux... autant d'albums où il dissèque le mal du pays et porte un regard critique sur le pouvoir et les islamistes tout en déterrant à chaque fois les vérités qui font mal à ses adversaires et, en même temps, mettent du baume au cœur d'un peuple assoiffé de justice et de réparation. Ce peuple qui a fait de lui, une fois mort, un homme encore plus vivant que jamais.
Matoub Lounès qui faisait ainsi partie du quotidien des citoyens, notamment en Kabylie, où l'on ne peut toujours pas circuler dans la rue sans entendre ses chansons et où l'on continue à chaque anniversaire de sa naissance et de sa mort de se recueillir à sa mémoire.
Plus encore, c'est durant le mouvement populaire du 22 Février que le peuple a démontré son attachement à l'esprit de Matoub Lounès tant il n'y avait pas une seule manifestation où ses chansons, ses portraits, ses mythiques expressions n'étaient pas présents dans la foule qui en a fait ainsi son guide. Pas plus tard qu'hier, nombreux sont ceux qui se sont rendus à Taourirt Moussa pour se recueillir à sa mémoire.

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.