Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Laraba défend son projet
Face aux critiques suscitées par la Loi électorale
Publié dans Liberté le 28 - 01 - 2021

Désormais, la loi obligera les candidats et les partis politiques à tenir une comptabilité, à justifier la provenance des fonds et à ne pas dépasser le seuil permis.
À quelques heures de la fin des délais accordés aux partis politiques et aux personnalités pour formuler leurs propositions sur la mouture de la nouvelle loi électorale, les membres chargés de l'élaboration du texte ont rencontré, hier, les médias pour tenter de vulgariser leur projet et surtout se défendre des attaques et critiques qui les ciblent.
Outre Ahmed Laraba, président de la commission, et Walid Laggoune, le rapporteur, les autres membres du comité de rédaction, jusque-là discrets, se sont prêtés au jeu des questions-réponses des journalistes. Ils ont défendu un texte qui, selon eux, mettra "fin à la maffia" lors des rendez-vous électoraux et répond "aux revendications du Hirak", d'après Walid Laggoune.
Dans ce cadre, les juristes présents ont beaucoup expliqué les raisons qui ont présidé à certains choix dans la rédaction du texte. Ils ont justifié, par exemple, les raisons ayant inspiré l'article qui oblige les candidats à une élection de justifier un taux de 4% lors du précédent scrutin avant de pouvoir candidater pour un nouveau mandat électoral.
"Cela poussera les candidats à prouver l'existence d'une assise populaire", justifient-ils. Un membre du panel s'est longuement interrogé, pour sa part, avec un brin d'étonnement, sur les motivations qui ont poussé les partis politiques à focaliser sur "le seuil des 4%, alors que dans le même article, il existe d'autres alternatives". La loi prévoit, en effet, qu'un parti ou un candidat n'ayant jamais participé à un scrutin peut recourir à des parrainages populaires pour faire valider sa candidature.
L'autre point qui a suscité des débats est celui relatif à la participation des femmes dans les joutes électorales. La mouture de la loi électorale prévoit l'obligation d'une parité parfaite lors de l'élaboration des listes électorales. Mais le système électoral ne garantit pas pour autant l'élection des femmes.
"Nous avons fait le choix de nous éloigner du système des quotas", se sont défendus les membres de la commission qui font remarquer que l'ancienne loi électorale qui oblige les partis à mettre 30% de femmes sur leurs listes a fait évoluer la présence féminine dans les assemblées.
Au sujet du financement des campagnes électorales, les membres de la commission Laraba considèrent qu'ils "ont fait le maximum" pour empêcher la fameuse immixtion de l'argent en politique. Désormais, la loi obligera les candidats et les partis politiques à tenir une comptabilité, à justifier la provenance des fonds et à ne pas dépasser le seuil permis.
Plus que cela, la loi prévoit la création d'une commission au niveau de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) chargée spécialement des finances électorales. Les membres de la commission pensent que cela suffit à "moraliser" la vie politique.
À la question de savoir pourquoi jumeler la loi électorale avec la loi organique portant régime électoral avec celui de l'Anie, Walid Laggoune a expliqué que sa commission n'a fait que suivre une disposition de la Constitution.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.