Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les travailleurs dans l'incertitude
Renault Algérie production d'Oued T'lElat à Oran
Publié dans Liberté le 18 - 02 - 2021

Une nouvelle réduction de 50% de l'effectif des salariés de l'usine Renault d'Oued T'lélat se dessine. Après le départ avec indemnités de 476 salariés et le non renouvellement du contrat des 200 travailleurs contractuels, l'usine compte actuellement 500 salariés qui perçoivent 70% du salaire dans le cadre du chômage technique. Il semble, cependant, que la reprise des activités soit de plus en plus hypothétique et que le nombre des employés doit baisser à 250. Ce qui met les travailleurs dans une situation d'incertitude. "Notre avenir est obscur. Les nouvelles se font rares concernant le devenir de l'usine.
Outre le salaire réduit, la pression augmente chaque jour un peu plus", déplore un salarié. Le personnel dit tout ignorer de la décision prise par Renault à propos du nouveau cahier des charges imposé par le ministère de l'Industrie. Le chômage technique, instauré en mars 2020 et prolongé de deux mois (janvier/février 2021) touche à sa fin sans que les 500 salariés ne sachent à quoi s'en tenir. "Si l'usine venait à fermer, ce serait un énorme gâchis", se désole un responsable local en rappelant sa localisation stratégique et les atouts offerts.
Victimes d'une situation qu'ils n'ont jamais souhaitée, les ouvriers ont les yeux rivés sur ce que décidera le gouvernement, en espérant une issue favorable à leur usine non sans s'interroger sur le futur de l'industrie automobile ainsi que les centres de formation de Sénia, Arzew et Oued T'lélat qui sont prêts à prendre en charge la formation dans les différentes spécialités de la construction automobile.
En novembre 2020, la direction du constructeur avait convenu avec le syndicat de l'entreprise affilié à l'UGTA de mettre en application un plan social qui prévoyait le licenciement économique de 476 travailleurs, 200 contractuels dont les contrats sont arrivés à terme et le maintien de 500 salariés en chômage technique. Les travailleurs licenciés devaient toucher une indemnité de départ de trois mois de salaires par an pour les opérateurs et un mois et demi par an pour les managers.
Les 500 salariés maintenus en chômage technique, eux, devraient percevoir 70% du salaire jusqu'à la fin de l'année 2020 en attendant la reprise -ou non- de la production de véhicules prévue pour janvier 2021. Relance qui demeure tributaire de l'approbation du nouveau cahier des charges, alors qu'il ne restait à l'usine que 6000 kits à monter, soit trois mois de production assurée.
Au début de 2020, en accord avec le partenaire social, RAP Oued T'lélat avait décidé de mettre ses travailleurs au chômage technique pour une durée de trois mois durant lesquels ils ont perçu 100% du salaire de base le premier mois, 90% le deuxième et 80% le dernier mois. Avec la pandémie de Covid-19 et la suspension de l'importation des kits CKD/SKD, la situation s'était aggravée et la mesure a été reconduite dès mai 2020 pour trois mois supplémentaires à un taux, cette fois-ci, de 70% du salaire de base.
Malgré tout, la population continue d'espérer la fin de la pandémie et la relance de l'usine qui avait permis la création de 2000 emplois directs et indirects et le renforcement de l'industrie automobile. Renault Algérie Production est née en 2014 d'un partenariat entre le groupe Renault, la Société nationale des véhicules industriels (SNVI) et le Fonds national d'investissement (FNI).

NOUREDDINE BENABBOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.