L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Ghediri sera-t-il libéré ?
La chambre d'accusation de la cour d'Alger décidera aujourd'hui
Publié dans Liberté le 21 - 02 - 2021

C'est ce matin que la chambre d'accusation de la cour de justice d'Alger rendra son verdict dans l'affaire Ali Ghediri. Sauf grande surprise, l'ancien candidat à l'élection présidentielle d'avril 2019 devra retrouver sa liberté après près de 15 mois de détention.
Mais contrairement à d'autres détenus politiques, Ali Ghediri "ne souhaite pas être gracié", il "attend un non-lieu", indiquent ses avocats. L'homme estime être "injustement incarcéré" depuis juin 2019, indique son entourage.
Après avoir attendu 15 mois en prison, le général à la retraite a pu enfin être auditionné, le 7 février, par le juge près la chambre d'accusation de la cour de justice d'Alger. L'audition est rendue possible après un arrêt rendu par la Cour suprême acceptant le pourvoi en cassation introduit par la défense du détenu qui a estimé que la poursuite de son mandant par le tribunal criminel était "anormale".
Le concerné lui-même a rejeté les accusations portées contre lui, estimant qu'il n'avait "rien fait" pour aller en prison. Ali Ghediri, un ancien militaire qui s'est vite investi en politique après avoir quitté l'institution militaire en 2015, est devenu la cible de l'ancien chef de l'armée, Ahmed Gaïd Salah.
Ce dernier n'avait pas apprécié les sorties médiatiques, parfois acerbes, de l'ancien directeur des ressources humaines du ministère de la Défense nationale. Ce dernier avait, par exemple, pris la défense de l'ancien général Hocine Benhadid, incarcéré en 2016 après des critiques contre le chef de l'armée de l'époque et contre Saïd Bouteflika, alors conseiller et frère du président déchu Abdelaziz Bouteflika.
Malgré cette inimitié, Ali Ghediri a pu se porter candidat à l'élection avortée d'avril 2019. Deux mois plus tard, il sera arrêté et accusé d'atteinte "au moral de l'armée en temps de paix", " falsification de documents officiels " et "fourniture de documents à des parties étrangères".
Après une rude bataille judiciaire durant laquelle l'ancien général a entamé une grève de la faim, deux accusations ont sauté du dossier. Il n'est plus poursuivi que pour "atteinte au moral de l'armée".
Comm e seule preuve, la justice brandit une déclaration faite lors d'une interview accordée en décembre 2018 au quotidien El Watan à travers laquelle, il avait appelé Ahmed Gaïd Salah à peser de tout son poids pour éviter un cinquième mandat. "Je n'ai rien dit d'anormal", se défend Ali Ghediri.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.