Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès ajourné au 1er avril à la demande de la défense
Affaire Saïd Djabelkhir
Publié dans Liberté le 27 - 02 - 2021

Le procès à fort retentissement médiatique de l'islamologue Saïd Djabelkhir, programmé jeudi au tribunal correctionnel de Sid M'hamed, a été ajourné au 1er avril à la demande de sa défense.
L'universitaire s'est présenté à la barre en compagnie d'un seul avocat du barreau de Sétif, les avocats du barreau d'Alger constitués dans cette affaire étant en grève.
Saïd Djabelkhir est poursuivi sur la base de l'article 144 bis du code pénal pour "offense à l'islam et au prophète" à la suite d'une plainte déposée contre lui, avec constitution de la partie civile au nom de Bouyadjira Abderrerak de l'université de Sidi Bel-Abbès, représenté par ses avocats Mes Hannana El-Hachemi, Hariti Mohamed, Rahal Akid, Aïssaoui Bila, Laâlali Slimane et Djouani Noureddine. Il risque entre trois et cinq ans de prison et/ou une amende.
Le plaignant a été auditionné début février, contrairement à Saïd Djabelkhir qui n'a pas été entendu par le juge d'instruction. L'islamologue affirme avoir appris sa convocation à l'audience par les réseaux sociaux. "Après consultation de mon dossier, mes avocats ont trouvé quatre convocations à travers le tribunal de Boufarik et une par télégramme, mais je n'ai rien reçu." Et d'ajouter : "Je suis surpris de faire l'objet d'une telle procédure parce que les juges ne sont pas compétents en matière de religion."
Au centre de plusieurs controverses avec des religieux ayant une vision rigoriste de l'islam, Djabelkhir estime que les lectures traditionnelles des textes fondateurs de l'islam ne "répondent plus aux attentes, aux besoins et aux questionnements de l'homme moderne. Cet effort de réflexion est avant tout un devoir religieux et il doit être opéré sur la base de nouvelles disciplines scientifiques et surtout des sciences humaines".
Telles l'histoire, la sociologie, la psychologie, la linguistique, l'anthropologie, la philosophie et la codicologie. Très actif sur Facebook, l'académicien se positionne ainsi en défenseur d'un "islam des Lumières" contre "les tenants d'une lecture traditionaliste prétendant détenir la vérité absolue dans l'interprétation des textes religieux".
Dès l'annonce des poursuites judiciaires à son encontre, l'islamologue a bénéficié d'un large mouvement de soutien sur les réseaux sociaux et de la part de partis politiques (FFS, RCD, PT) qui ont vu en ce procès "une manière d'interdire le libre débat et la libre pensée". De son côté, le plaignant Bouyadjira Abderrerak a appelé jeudi, à sa sortie du tribunal de Sidi M'hamed, les citoyens à le soutenir dans sa démarche.

N. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.