Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le variant britannique deviendra dominant"
L'Institut Pasteur confirme la détection de deux cas du virus ayant muté
Publié dans Liberté le 27 - 02 - 2021

C'est visiblement l'arrivée du variant britannique qui expliquerait la décision des autorités de fermer totalement les frontières du 1er au 31 mars prochain.
L'Institut Pasteur d'Algérie a confirmé, dans la nuit de jeudi à vendredi, l'existence de deux cas de contamination au variant britannique du coronavirus, alors que le ministère de la Santé est resté ambigu sur le sujet durant toute la journée de jeudi face aux questions de la presse.
"L'Institut Pasteur d'Algérie a détecté sur des PCR positives, datées du 19 février 2021, deux variants britanniques portant les mutations N501Y et D614G avec délétion des positions 69-79 qui sont des signatures génétiques de ce variant détecté pour la première fois le 20 septembre 2020 dans la ville de Kent en Grande-Bretagne", lit-on dans le communiqué très détaillé de l'IPA.
"Ces deux souches mutantes ont été détectées chez un membre du personnel de santé de l'EHS de psychiatrie de Chéraga — isolé actuellement — et chez un émigré venu de France pour l'enterrement de son père", a précisé l'Institut Pasteur d'Algérie, tout en soulignant que "des alertes ont eu lieu auparavant, notamment au CHU de Beni Messous et récemment à l'EPH Zmirli et dont les résultats de la recherche des 4 variants (de Grande-Bretagne, d'Afrique du Sud, du Brésil et du Japon) ont été négatifs (souche classique)".
Interrogé jeudi par l'APS, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, n'a ni confirmé ni infirmé l'existence de cas de contamination par le variant britannique. "Nos experts sont à l'affût pour toute éventualité d'apparition d'un variant", s'est contenté de répondre M. Benbouzid, estimant que "le variant n'est pas une source d'inquiétude particulière".
Mais face au relâchement constaté sur le terrain ces derniers jours et le manque de moyens dont se plaint le personnel soignant dans les établissements de santé du pays, le risque d'un retour à la case départ n'est pas à écarter.
L'Algérie est-elle prête à revenir aux mesures drastiques de confinement dans un contexte socioéconomique délicat, dont les conséquences sur les entreprises et les ménages ne sont plus à démontrer ?
Vu le rythme lent de la vaccination, en raison du nombre réduit de doses de vaccins importées jusqu'à maintenant, les marges de manœuvre du gouvernement sont très réduites.
Pour sa part, l'IPA affirme sans la moindre ambiguïté que "les données récentes montrent que le variant britannique deviendra le virus dominant dans les prochains mois" et que le nombre de pays déjà touchés par ce variant est officiellement de 86. Malgré "une certaine stabilité du nombre de cas de contamination par la Covid-19" enregistré par l'Algérie ces dernières semaines, la propagation rapide du variant anglais risque de remettre en cause tous les efforts de lutte contre cette pandémie.
Cela expliquerait la décision des autorités de fermer totalement les frontières du 1er au 31 mars prochain, même si aucune annonce officielle n'a encore été faite, le ministère des Transports n'ayant pas voulu s'exprimer sur le sujet, alors que le Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie de coronavirus se dit étranger à cette décision qui a semé beaucoup de confusion au sein des compagnies aériennes étrangères qui opèrent actuellement de manière partielle durant cette situation exceptionnelle.

Lyès MENACER


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.